Annonce de la séance du 17 mai : Philippe Aguignier sur les crises financières en Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mardi 17 mai 2022 à 18h la maison de la Recherche, 2 rue de Lille (présentiel), 75007 – Salon Borel. 

Nous y recevrons :

Philippe Aguignier (Inalco et Sciences po)

sur le thème :

La récurrence des épisodes d’instabilité financière en Chine

Résumé

Le secteur immobilier en Chine est entré depuis 2021 dans une crise grave, qui se manifeste entre autres par les difficultés financières du promoteur immobilier Evergrande. Cet épisode d’instabilité, pour l’instant jugulé mais encore loin d’être réglé, a succédé à bien d’autres ces dernières années.

L’analyse des ressorts de ces épisodes montre que les difficultés résultent d’une surabondance de liquidités dans l’économie chinoise et de mécanismes déficients d’allocation du capital, conduisant à un excès structurel d’investissement, dans l’immobilier comme dans d’autres secteurs.

La Banque centrale et les régulateurs financiers disposent à la fois d’une forte expérience, d’un palette d’outils très large et de ressources considérables pour gérer ces épisodes d’instabilité; elles ne semblent pas en revanche avoir les moyens de les prévenir, d’où leur récurrence. L’objet principal de la présentation sera d’illustrer et d’expliquer ce paradoxe.  

Document d’appui :

http://www.institutmontaigne.org/blog/evergrande-too-big-fail

Biographie

Philippe Aguignier enseigne aujourd’hui l’économie chinoise à l’Inalco et à Sciences Po, et est chercheur associé au programme Asie de l’Institut Montaigne. Il a  auparavant travaillé trente-cinq ans au sein d’un groupe bancaire international, dont vingt-cinq dans le monde chinois.

Ses travaux et publications portent principalement sur l’évolution du système bancaire et financier chinois.

Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique, de l’ENSAE, et titulaire d’un doctorat en Etudes Extrême-Orientales de l’Université Paris 3, portant sur les finances locales et les disparités régionales en Chine après les réformes.

 

 

 

 

 

Annonce de la prochaine séance du séminaire BRICs : Jean-Philippe Touffut et Julien Vercueil sur la Russie en perspective – mardi 19 avril 18h

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu exceptionnellement mardi 19 avril à 18h à l’auditorium Georges Dumézil de la maison de la Rercheche de l’Inalco, 2, Rue de Lille 75007 Paris, en partenariat avec le Centre Cournot pour la recherche en économie.

Elle recevra :

Jean-Philippe Touffut (Centre Cournot)

Julien Vercueil (Inalco-CREE, séminaire BRICs)

Sur le thème :

“L’économie russe en perspective. De la rente à la guerre – et après ?”

[ici prochainement le lien vers le formulaire d’inscription à cette séance en présentiel]

La Russie a déclenché en Ukraine une guerre dévastatrice. Les deux présentations dialogueront autour d’une mise en perspective de moyen et long termes de la situation économique actuelle de la Russie.

Il s’agira de comprendre comment une économie dont l’insertion internationale s’est largement fondée sur la rente des matières premières depuis les années 1990 peut réagir aujourd’hui face à un processus de fermeture accéléré autant subi (via les sanctions) que voulu (via la politique de substitution aux importations). Ce qui est en jeu dans ce processus, c’est le modèle de développement de l’économie de la Russie et son mode de régulation. 

Jean-Philippe Touffut est économiste, directeur du Centre Cournot depuis 2000. Il dirige les ouvrages et les livrets de la Collection Cournot, dans le champ de l’économie institutionnelle et des probabilités appliquées. 

Julien Vercueil est professeur d’économie à l’Inalco, auteur de Economie politique de la Russie (1918-2018). Paris : Le Seuil (coll. Points), 2019.

Deux textes courts d’appui à la séance :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/01/l-economie-russe-n-est-jamais-parvenue-a-se-degager-de-la-rente-petroliere_6115716_3232.html

https://www.heidi.news/profil/julien-vercueil

 

Annonce de la prochaine séance du séminaire Brics : Stéphane Grumbach (Inria) sur Etat et plateforme

la prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 16 mars de 18h à 20h (heure de Paris).

Elle recevra :
Stéphane Grumbach (INRIA) sur le thème :

ETAT ET PLATEFORME :

LE PARTAGE DE LA GOUVERNANCE

La séance aura lieu exclusivement sur zoom (changement par rapport à l’annonce initiale).

Compte tenu du caractère tardif de l’annonce nous vous donnons tout de suite les codes zoom :

Sujet : Séminaire BRICs – Stéphane Grumbach
Heure : 16 mars 2022 06:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/97648061740

ID de réunion : 976 4806 1740

Résumé :

In the last decades, platforms, a new sort of actors have emerged.

They act mostly in the digital sphere, ensuring intermediation on two­sided markets, matching producers and consumers of goods or services. The technology to harvest, store and process continuous flows of data has given rise to new services which reach individuals, and change fundamental aspects of their life. Acting remotely from territories, these services have become so essential that they  challenge legacy corporations as well as governments, while contributing to redefine both social norms and legal rules. Adapting to digital technologies has become a necessity for all institutions, private companies as well as public administrations and governments.

In this paper, we show how governments are being upgraded with systems inspired from digital platforms, to better serve their citizens, increasing not only efficiently, but also transparency. Digital platforms on the other hand, because they popularise new norms worldwide, are increasingly involved in governing. The digital sphere has changed irreversibly the art of government. We consider various scenarios to analyse the future of the tensions between platforms and governments.

Bio de l’intervenant : https://who.rocq.inria.fr/Stephane.Grumbach/shortbio-fr.html

Documents d’appui :
 

https://blogs.oii.ox.ac.uk/ipp-conference/sites/ipp/files/documents/IPP_Platformasagovernment.pdf

 

 

Annonce de la séance du 2 mars – Ilan Bizberg sur les régimes de santé d’Amérique latine face à la pandémie

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 2 mars à 18h (heure de Paris). La séance se tiendra en ligne.

Elle recevra :

Ilan Bizberg (El Colegio de Mexico)

sur le thème :

Les régimes de santé d’Amérique latine face à la pandémie

Latin American Health Regimes facing the pandemic

Le lien d’inscription sera disponible très prochainement ici

Résumé : aucun des pays d’Amérique latine n’a pu mettre en place des systèmes de santé pleinement universels, égalitaires et efficaces, bien que l’Uruguay et le Costa Rica se soient probablement rapprochés le plus de cet objectif. La pandémie que le monde traverse actuellement a mis à rude épreuve tous les systèmes de santé du continent ; une situation exceptionnelle qui nous permet de comparer leurs performances et leur résilience. Il est clair que certains pays ont mieux résisté à la crise que d’autres en partie en raison de l’état des services de santé eux-mêmes, mais aussi de l’approche adoptée par les différents gouvernements pour faire face à l’épidémie. J’analyserai trois aspects : 1. Les trajectoires spécifiques des différents systèmes de santé, et plus particulièrement les changements qu’ils ont subis depuis le début du boom des matières premières et l’arrivée au pouvoir de coalitions redistributives dans certains pays ; 2. Les caractéristiques spécifiques des différents systèmes de santé en termes de couverture, de structure, d’investissement, d’infrastructure et de performance historique ; et 3. La performance des divers systèmes de santé pendant la pandémie.

La présentation s’appuiera sur un article accepté pour publication dans la revue “Interventions économiques” de l’UQAM. Lien vers le texte d’appui ici

Ilán Bizberg est professeur-chercheur du Centre d’Études Internationaux, El Colegio de México, membre associé à l’étranger du CADIS/EHESS, Paris, membre associé du Collège International « Zwischen Raumen » de l’Institut Latino-Américain de l’Université Libre de Berlin, membre associé du CEIM/Université de Québec à Montréal. Niveau III du Sistema Nacional de Investigadores. Titulaire d’un Doctorat en Sciences Sociales à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a eu la Bourse «Alexander von Humboldt», octroyée par la Fondation Alexander von Humboldt pour des études postdoctorales à l’Université de Bielefeld, en janvier-décembre 1992. Il a été professeur invité de Sciences Po Paris et Poitiers. Il a occupé les Chaires Alfonso Reyes et Simon Bolivar de l’IHEAL, Université de Paris III et la Chaire des Amériques à l’Université de Rennes. Il a été Directeur d’études à l’EHESS, Directeur d’Etudes Associé à la Fondation Maison des sciences de l’homme, chercheur associé au CNRS-CREDAL, et Public Policy Scholar au Woodrow Wilson Center, Washington. Ouvrages récents : Variedades de Capitalismo en América Latina, El Colegio de México, 2015 et Diversity of Capitalisms in Latin América, Palgrave, Macmillan, 2019. En 2020, il a remporté le prix de recherche de la Fondation Alexander von Humboldt.

 

 

 

Prochaine séance : le spatial, nouvelle frontière de la Chine. Isabelle Sourbès-Verger, Lucie Sénéchal-Perrouault, Julien Breuzon 9 février 2022 à 18h

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu (en ligne) mercredi 9 février 2022 à 18h.

Elle aura pour thème :

L’ESPACE : LA NOUVELLE FRONTIERE DE LA CHINE

En ligne, pour vous inscrire cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.inalco.fr/webform/brics-9e-seance

Et recevra :

  • Isabelle Sourbès-Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault,  “Le rêve de la Chine dans l’espace”
  • Julien Breuzon, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
    l’industrie spatiale ?”

Modération : Jean-Paul Maréchal

L’humanité  est  à l’aube d’une nouvelle  ère de la conquête spatiale, une  ère qui sera assurément bien différente de la précédente. En effet, la première phase de cette  épopée – qui débute en 1957 avec Spoutnik et qui culmine en 1969 avec Apollo 11 – fut exclusivement dominée par les  Etats et très largement structurée par des considérations liées  à la Guerre froide.

Depuis la fin de cette époque de pionniers, autrement dit depuis presqu’un demi-siècle, les activités spatiales ont surtout servi  à faciliter les activités terrestres, et cela notamment grâce aux satellites dédiés aux communications,  à la météorologie ou  à l’aide  à la navigation. Mais l’ère dans laquelle nous sommes désormais entrés se distingue de la précédente sur deux points principaux : le retour en force de la géopolitique et l’arrivée massive d’acteurs privés.

La géopolitique a fait son retour de façon marquée dans le domaine spatial avec la montée en puissance de la Chine. L’annonce du projet de faire marcher des taïkonautes sur la Lune d’ici 2035 relance la course  à l’exploration de l’espace profond car il est  évident que l’ étape suivante sera l’arrivée sur Mars.

A cela s’ajoute une militarisation accrue de l’espace. Le phénomène en tant que tel n’est certes pas nouveau et l’on peut par exemple citer l’initiative de défense stratégique   du président Reagan surnommée alors par la presse le projet   “guerre des étoiles”. Mais l’utilisation militaire de l’espace a pris depuis quelques années une tout autre ampleur. Ainsi, en 2007, la Chine a testé un missile antisatellite en détruisant l’un de ses satellites météorologiques. (L’Inde a procédé à un test du même genre en mars 2019, et les Russes en novembre 2021.) Par ailleurs, les avions militaires orbitaux vont se multiplier avec des possibilités d’attaque que ne possèdent pas les vecteurs traditionnels. C’est la raison pour laquelle par exemple le gouvernement français a décidé, en septembre 2019, de créer un Commandement de l’Espace rattaché à l’Armée de l’Air qui est ainsi devenue l’Armée de l’Air et de l’Espace.


Le deuxième changement par rapport  à la période précédente réside dans l’arrivée d’acteurs non étatiques. En effet, entre 1958 et 2009, la quasi-totalité des dépenses dans le domaine spatial était le fait d’acteurs publics, principalement la NASA et le Pentagone. Mais au cours des années 2010, l’investissement privé a atteint un niveau annuel moyen de 2 milliards de dollars, soit 15 % du total. On pense à Space X (Elon Musk), Blue Origin (Jeff Bezos) ou Virgin Galactic (Richard Branson). Les domaines d’intervention envisagés par ces nouveaux acteurs sont variés. Ils vont du tourisme spatial à l’exploitation de ressources sur des corps célestes en passant par la mise en oeuvre d’essaims de satellites de communication.

Dans ce contexte, la République populaire de Chine apparaît comme un acteur de premier plan. Son programme spatial constitue l’un des  éléments clés de la volonté de rattrapage technologique de ses dirigeants. Si le programme spatial chinois remonte certes l’ère Mao, c’est à partir de 1978 que Pékin va mener une politique systématique de rattrapage technologique. Ce sera en 1978 le lancement officiel de la politique dite des ” quatre modernisations “  (forgée en 1975 par Zhou Enlai), en 1986 le Programme 863 appelé State High Tech Development Plan (qui représente désormais annuellement 5% des dépenses de l’Etat) … Xi Jinping accède au pouvoir en 2012. Cette même année il affiche
l’objectif de réaliser le   rêve chinois   pour 2049, c’est-à-dire pour le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Il s’agit de faire de l’empire du Milieu   un pays innovant d’ici 2020,  “un des pays les plus innovants”   d’ici 2030 et, pour finir, la première puissance innovante   d’ici 2049. Trois ans après le lancement du   rêve chinois  , Pékin inaugure le programme   “Made in China 2025” (sur lequel le régime ne communique plus trop…). On estime qu’en 2017, le budget spatial chinois s’élevait  à environ 9,3 milliards de dollars et qu’il employait 200 000 personnes. Il convient tout de même de signaler que la même année la NASA disposait d’un budget de 9,3 milliards de dollars et employait environ 17000 personnes.

Lieu traditionnel de rivalités géopolitiques, l’espace est désormais également devenu celui d’une compétition géo-économique au sein de laquelle Pékin compte bien peser de façon décisive. A ce titre, l’espace est bien l’une des   nouvelles frontières   – militaire, économique, diplomatique…– de la Chine.

Afin de nous aider  comprendre le rôle que joue et qu’est susceptible de jouer la Chine dans
cette nouvelle donne spatiale, la séance du 9 février comportera deux interventions.

La première, intitulée “Le rêve de la Chine dans l’espace”, sera proposée par Isabelle Sourbès
Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault.

La seconde, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
l’industrie spatiale ?”, sera proposée par Julien Breuzon.

  • Isabelle Sourbès-Verger est géographe, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l’occupation de l’espace circumterrestre et des politiques spatiales.
  • Lucie Sénéchal Perrouault est doctorante au CNRS. Elle réalise sa thèse sur la spatial
    commercial chinois à l’EHESS au centre Alexandre Koyré.
  • Julien Breuzon est ingénieur dans le secteur aérospatial et diplômé  de sciences politiques. Ses recherches actuelles ont pour objet l’analyse des impacts géopolitiques sur les organisations industrielles des secteurs stratégiques et sur les systèmes d’innovations nationaux. Elles se focalisent sur l’industrie spatiale en Asie.

Cette séance poursuit une réflexion entamée en 2020 avec la parution d’un numéro de la revue
Monde chinois nouvelle Asie (n°64, Editions Eska) consacré au spatial chinois et coordonné  par Philippe Achilleas et Jean-Paul Maréchal, respectivement directeur et directeur adjoint de l’Idest (Institut du droit de l’espace et des télécommunications) à l’Université Paris-Saclay. Ci-contre la présentation du numéro : couv MC 64

Announcement of the next session (jointly organised with Master EPOG+, 26/01/2022) : Kristen Sehnbruch on Migrants in the Chilean Labour Market

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu le mercredi 26 janvier 2022 à 18h (En ligne). Elle sera organisée en hommage à Xavier Richet, co-fondateur et animateur du séminaire BRICs, décédé prématurément le 16 janvier dernier.

The next session of the BRICs seminar will be held on Wednesday, January 26th, 6PM (Online). Il will be organized in tribute of Xavier Richet, co-founder and moderator of the BRICs seminar, who died prematurely on 16 January.

Elle sera organisée conjointement avec le master EPOG+ / It will be organised jointly with the EPOG+ Master

Nous recevrons / We will receive :

Kristen Sehnbruch

British Academy Global Professor and Distinguished Policy Fellow
International Inequalities Institute – London School of Economics and Political Science

Migrants in the Chilean Labour Market: A Story of Successful Integration?

Wednesday, January 26th, 6:00 PM

Direct link to the session:
https://zoom.us/j/99869886771
ID : 998 6988 6771

Abstract : 

In recent years, Chile has become one of the top 5 destination countries where migration has increased the most (United Nations, 2020): Just over one million migrants arrived in the last five years in a country with a total population of 19.1m. This is part of an increasing trend in South-South migration, which prompts questions as to how well these migrants integrate into local labour markets.

The theoretical and empirical literature on migrant integration into labour markets is generally based on industrialised countries (Hujo & Piper, 2007). However, the experience of migrants in developing countries is likely to be very different from what we have observed in the Global North: Large informal sectors shape labour markets, welfare states are incipient, as is the institutional infrastructure that helps migrants integrate into local labour markets (Fellini & Guetto, 2020). Also, the quality of available jobs in these countries is frequently so low that workers may be unable to achieve a minimal standard of living (Sehnbruch et al., 2020; Gonzalez et al, 2021).

This paper contributes to the existing literature in three ways: first, it uses detailed survey data – as opposed to case studies – to examine how well migrants are integrating into the Chilean labour market using a set of multidimensional indicators. Until now, this was not statistically possible as employment data did not capture enough cases of migrants to allow for a disaggregated analysis

Second, this paper presents a measure of the labour market performance of migrants that is more nuanced than existing studies. In the international literature, migrant labour force integration is often examined by studying the employment rates and wages of migrants and how different factors influence these outcomes.4 But this paper asks whether migrant workers are more deprived than local workers in terms of the quality of their jobs. In the global South, where widespread and high levels of informality characterise labour markets, a multidimensional perspective of labour market achievements and deprivations is crucial.

Third, by examining horizontal labour market inequalities (Stewart, 2008), this paper asks whether some of the findings and theoretical approaches that the literature on migration has established in the global North also hold in the global South. In particular, it will examine whether the relationship between the educational levels of migrants and their employment outcomes are similar, and whether the liberal institutional arrangements for immigration and employment in Chile have positively affected the integration process of migrants in the labour market.

About the author :

Kirsten Sehnbruch is a British Academy Global Professor and Distinguished Policy Fellow at the International Inequalities Institute at the London School of Economics and Political Science. She is known for her work on conceptualising and measuring the quality of employment, particularly in developing countries. Her research subjects include quality of employment, multidimensional indicators, Latin American labour markets, labour relations, Chilean politics and public policy.
 
Here is the link to the paper related to the presentation:

 

Xavier Richet

——English version below—-

Xavier Richet, professeur émérite à l’Université Sorbonne Nouvelle, nous a quittés dimanche 16 janvier, le jour de son soixante-dix-septième anniversaire. Cette disparition prématurée d’une personnalité centrale du groupe du séminaire BRICs laisse un vide qui ne pourra être comblé.

Avec Michel Schiray, Guilhem Fabre et Pierre Salama, Xavier Richet a co-fondé le séminaire BRICs en 2011. Depuis, sans discontinuer, Xavier lui a apporté son énergie, ses vastes connaissances, sa capacité d’analyse et son sens de l’organisation dans des domaines essentiels : l’économie et la politique industrielles, l’analyse économique de l’innovation, les questions monétaires internationales et en particulier l’internationalisation du renminbi, le développement de secteurs industriels clés en Chine (par exemple le secteur automobile), l’analyse des enjeux des Nouvelles routes de la Soie chinoise en Europe de l’Est et dans les Balkans occidentaux. Il a également participé à l’organisation et à la réalisation des journées d’études, séances et colloques du séminaire BRICs localisés dans les institutions partenaires à Montpellier, Rio de Janeiro, Campinas, New Delhi, Trivandrum, Shanghai, Guadalajara, Mexico, Moscou.  

Infatigable voyageur, Xavier avait développé un réseau de connaissances et partenaires intellectuels qui couvrait le monde entier, et dont beaucoup étaient devenus ses amis. Il en a largement fait bénéficier le séminaire. Parvenu à l’âge de la retraite, il a continué d’irriguer constamment le séminaire BRICs de suggestions de thèmes, d’intervenants de haut niveau et d’initiatives qui ont très largement contribué à son développement, tout comme ses propres prises de parole et présentations, toujours en prise avec une actualité qu’il décryptait en temps réel.

Xavier Richet était un chercheur et un enseignant très apprécié. Ses anciens étudiants sont nombreux à avoir gardé contact avec lui et gardent le souvenir d’une grande bienveillance, d’une curiosité s’appliquant à de très larges domaines, et d’une grande capacité d’écoute.

L’équipe du séminaire BRICs vient de perdre l’un de ses piliers.

Nous exprimons ici tout le chagrin et l’émotion que nous cause la perte d’un collègue estimé, d’un mentor, d’un ami. Nos pensées se tournent vers son épouse et sa famille, que nous assurons de notre indéfectible soutien.

Guilhem Fabre, Pierre Salama, Michel Schiray, Julien Vercueil, Thibaud Deguilhem, Elsa Lafaye de Micheaux, Jean-Paul Marechal

—————–

English 

Xavier Richet, professor emeritus at Sorbonne Nouvelle University, passed away on Sunday 16 January, on his seventy-seventh birthday. This premature death of a central figure in the BRICs seminar group leaves a void that cannot be filled.

Together with Michel Schiray, Guilhem Fabre and Pierre Salama, Xavier Richet co-founded the BRICs seminar in 2011. Since then, Xavier has continuously contributed to our common work with all his energy, his vast knowledge, his analytical skills and his organisational skills in key areas: industrial economics and policy, economic analysis of innovation, international monetary issues and in particular the internationalisation of the renminbi, the development of key industrial sectors in China (e.g. the automotive sector), the analysis of the challenges of the Chinese New Silk Roads in Eastern Europe and the Western Balkans. He also participated in the organisation and realisation of study days, sessions and colloquia of the BRICs seminar held in the partner institutions in Montpellier, Rio de Janeiro, Campinas, New Delhi, Trivandrum, Shanghai, Guadalajara, Mexico City, Moscow.

A tireless traveller, Xavier had developed a network of acquaintances and intellectual partners that spanned the globe, many of whom became his friends. The seminar benefited greatly from this network. After having reached retirement age, he has continued to provide the BRICs seminar with suggestions for themes, high-level speakers and initiatives that have greatly contributed to its development, as have his own speeches and presentations, which were always in tune with the current events that he deciphers in real time.

Xavier Richet was a much appreciated researcher and teacher. Many of his former students have kept in touch with him and remember him as a very kind and curious person with a wide range of interests and a great capacity to listen.

The BRICs seminar team has lost one of its pillars.

We express our sorrow and emotion at the loss of a valued colleague, mentor and friend. Our thoughts are with his wife and family, whom we assure of our unfailing support.

Guilhem Fabre, Pierre Salama, Michel Schiray, Julien Vercueil, Thibaud Deguilhem, Elsa Lafaye de Micheaux, Jean-Paul Marechal

Prochaine séance : Sara Regragui et Eléonore Nantas sur les enjeux technologiques et géopolitiques des Nouvelles routes de la Soie chinoises en Afrique du Nord et Eurasie.

Toute l’équipe du séminaire BRICs (Inalco CREE – UdP – FMSH et EHESS) vous présente ses meilleurs voeux pour cette nouvelle année

La prochaine séance du séminaire BRICs (Inalco CREE – UdP – FMSH et EHESS) aura lieu mercredi 12 janvier à 18h (en ligne).

Elle recevra :

Sara Regragui, doctorante à l’université de Montpellier

Eléonore Nantas, doctorante à l’Inalco.

Les Nouvelles routes de la soie chinoises et leurs enjeux technologiques et de sécurité.

Lien d’inscription pour cette séance :  http://www.inalco.fr/webform/brics-7e-seance

Voici les titres (provisoires) des interventions :

  • Sara Regragui : La course au numérique post-pandemie : la mainmise de la Chine sur l’Afrique du Nord.
  • Eléonore Nantas : Quand la chine façonne son propre champ de bataille en Europe et Eurasie, entre cyber sécurité et routes de la soie.

Résumé de l’intervention de Sara Regragui :

La course au numérique post pandémie: mainmise de la Chine sur l’Afrique du Nord

En cette période de crise pandémique COVID-19, le digital engendre de nouvelles vagues de changement toujours plus rapides. Les comportements et habitudes des citoyens et des entreprises changent continuellement, créant une demande de transformation à grande échelle de l’économie et de la société au niveau mondial. Le digital est désormais identifié dans le monde entier comme la quatrième révolution industrielle, source de grandes opportunités économiques et sociales, mais aussi de changements inédits. La vague digitale nécessite de nombreux ajustements dans les politiques, le commerce et les partenariats internationaux pour bénéficier de ses retombées.

Bien que l’Afrique ne soit pas encore sur la voie du rétablissement, la pandémie représente un “moment” distinct pour cette nouvelle ère, qui pourrait être utilisé pour apporter un changement dans les relations de l’Afrique du Nord avec la Chine.
À l’heure où la pandémie de COVID-19 et la crise financière qui en découle frappent la région africaine, il est encore plus crucial de stimuler le commerce et son infrastructure.

L’année 2022 souffle un vent nouveau avec le Royaume du Maroc qui devient le premier pays de la région à signer la convention de mise en œuvre conjointe de la BRI (Belt and Road Initiative) avec la Chine. Ce plan de mise œuvre annonce l’accélération des développements de la BRI dans la région et plus particulièrement le lancement de la Digital Silk Road (Route de la Soie numérique) en Afrique du Nord, qui vise à compléter l’initiative géo-économique chinoise.

En s’appuyant largement sur les technologies chinoises, les pays de l’Afrique du Nord ont l’occasion d’améliorer leurs réseaux de télécommunications, leurs capacités en matière d’intelligence artificielle, l’informatique en cloud, leurs systèmes de commerce électronique et de paiement mobile, leurs technologies de surveillance, leurs Smart Cities (villes intelligentes) et d’autres domaines de haute technologie tels que la Blockchain, l’Intelligence Artificielle ou l’Internet des Objets. Néanmoins, ce partenariat a un coût de dépendance numérique qui pourrait avoir de lourdes conséquences. L’exposition aux acteurs chinois en matière de technologie sera de plus en plus inévitable, les pays bénéficiaires auront une visibilité limitée de la quantité et de l’étendue des données et des systèmes numériques accessibles à l’État chinois, en mettant en cause leur souveraineté. La DSR deviendra un outil de coercition politique.

Plusieurs démocraties ont exprimé de sérieuses inquiétudes à propos de la Route de la soie numérique. Elles craignent qu’à l’heure où Pékin s’affirme davantage sur la scène mondiale, la Chine n’utilise la DSR pour permettre aux pays bénéficiaires d’adopter son modèle d’autoritarisme technologique, ce qui serait préjudiciable aux libertés individuelles et à la souveraineté de ces pays. L’acceptation de tels risques dans le cyberespace vis-à-vis de Pékin deviendra progressivement une condition d’accès à l’économie régionale au sens large.
Dans cette intervention, nous exposerons les risques et les enjeux qui découlent de l’adoption de cette initiative auxquels feront face les pays nord-africains.

Résumé de l’intervention d’Eléonore Nantas :

Le cœur de mes recherches demeure le projet chinois Belt and Road Initiative (BRI), souvent appelé « nouvelles routes de la soie » et son impact sur l’Eurasie. C’est mon regard sur l’appréhension de ses conséquences qui a changé. Au lieu de me concentrer sur deux économies spécifiques en forgeant une analyse à l’aune de leurs caractéristiques particulières, j’ai décidé de rendre compte de mes recherches sous l’angle de la vulnérabilité économique d’un ensemble plus vaste, couvrant l’Europe et l’Eurasie, véhiculée par le développement des infrastructures ferroviaires : par quels vecteurs le projet chinois Belt and Road Initiative peut-il mener à une déstabilisation des économies européennes et eurasiatiques ? Ma proposition de piste de réponse est le vecteur cyber sécuritaire appliqué aux technologies opérationnelles de transport.

Cette évolution du sujet me permet de déployer une réflexion largement enrichie des éléments d’un terrain que je pratique quotidiennement et qui me passionne. De plus c’est un domaine encore peu étudié et encore moins rendu accessible à des publics non-spécialistes. Je considère cet état actuel des choses comme une insuffisance de dialogue entre les domaines de recherches géo-économiques et technologiques. Au-delà du présent sujet d’étude, j’ai l’espoir que ce travail permettra d’apporter une pierre à l’édifice de la coopération entre ces deux disciplines en prenant soin de rendre mes travaux aussi accessibles que possible à n’importe quel lecteur, peu importe son bagage universitaire ou professionnel.

Comme cela sera détaillé dans l’intervention, la problématique que je traite est étroitement liée à des enjeux géostratégiques de maîtrise des données, édiction de normes et poids des appareils militaires dans la sauvegarde de l’intégrité des infrastructures nationales.

Les intervenantes :

Sara Regragui est doctorante en études chinoises à l’Université Paul Valéry de Montpellier, France. Ses principaux intérêts de recherche portent sur les impacts géo-économiques de la Route de la soie numérique de la Chine en Afrique du Nord. La problématique de sa thèse se concentre sur la façon dont les pays d’Afrique du Nord envisagent de développer leur coopération avec la Chine et quels défis devront-ils relever en rejoignant la BRI et la Route de la soie numérique. Sara est titulaire d’un Master en négociation de projets internationaux spécialisé en chinois et d’un Mastère Spécialisé® en Transformation Digitale, Marketing et Stratégie de l’Emlyon business school. Elle travaille actuellement en tant que consultante en transformation digitale chez Avanade. Pour sa thèse de doctorat, elle est sous la supervision de Guilhem Fabre et Stéphane Valter.

Eléonore Nantas est doctorante au CREE -INALCO sous la direction de Julien Vercueil. Le sujet de sa thèse  est intitulé “Le projet chinois Belt and Road Initiative, générateur de nouvelles surfaces d’exposition aux déséquilibres économiques en Europe et Eurasie :  le cas d’étude du vecteur cyber-sécuritaire appliqué aux technologies opérationnelles dans le domaine du transport

 

 

 

Next session of the Brics Seminar: Arun Kumar on the impact of Covid on the Indian Economy – New schedule –

The next session of our Brics Seminar will be held online (exclusively) on Wednesday, December 15th.

Beware of the new schedule : 4:30 PM-6:30 PM, Paris Time (due to time lag with India).

/

La prochaine séance de notre séminaire Brics se tiendra en ligne (exclusivement) mercredi 15 décembre.

Attention à l’horaire décalé : 16h30-18h30 (en raison du décalage horaire avec l’Inde)

We will receive / Nous recevrons :

Prof. Arun Kumar

Institute of Social Sciences, New Delhi

On the following topic:


“The Socio-economic impact of Coronavirus on India: What kind of Recovery is There?”

you will soon find here the registration link

Abstract :

India was the most impacted economy out of the G20 countries with a shrinkage of 24% in GDP in April to June 2020. As unlock took place starting June 2020, recovery was also expected to be equally sharp. Complacency set in. The government and the people relaxed so when India was struck by a most severe second wave from March 2021 it played havoc with the people, especially those outside the metros. Since July 2021 India is recovering from the impact of the second wave.


The talk will cover the problems in data for analysis of the decline and the recovery given that the Indian economy consists of a very large unorganized sector which has been declining since demonetization in 2016. This sector declined even more sharply during the lockdown and the second wave. The data for this sector comes only once in 5 years so it is assumed that it is growing more or less at the same rate as the organized sector. This assumption does not hold anymore since the two components are moving in the opposite directions.

Alternate data has to be used to assess the impact on the unorganized sector and on the GDP. The official GDP data is incorrect in many ways. International agencies also use government data since they are not data gathering agencies. So, their forecasts are similar to those of the government and therefore they reproduce the flaw in the government data. 


The impact and the recovery are uneven across the two sectors, even within the organized sector. For various reasons the stock markets have boomed and inequalities are on the rise. Government used `supply side’ policies rather than taking care of those severely impacted. But these policies cannot help quick recovery since demand is short. If at all they deliver, it will be in the medium and long term but the problem is immediate.  

There is serious impact on employment, health, education and various other aspects of society. The supply side policies pushed pro-corporate sector policies that have led to the biggest year long agitation by farmers. Public sector workers are protesting privatization and monetization of public assets. Thus there is considerable turmoil. There is also serious inflation in the midst of loss of employment and incomes.

We are headed to a New Normal and how will India deal with them is another issue that needs to be addressed. The talk will cover some of these issues. 

The Author:

Prof. Arun Kumar is Malcolm Adiseshiah Chair Professor at the Institute of Social Sciences, New Delhi, and author of “Indian Economy’s Greatest Crisis” and “Demonetization and the Black Economy”, Penguin Random House

Here is a presentation of “Indian Economy’s Greatest Crisis” :

Desperate times call for desperate measures.’ The outbreak of COVID-19 aptly justifies this expression as the world faces an unprecedented situation. But what is so unusual about the coronavirus, especially since viral attacks-H1N1, Ebola and Nipah-have taken place earlier as well? How has it affected India and the world? What are the socio-economic implications for India? How has India’s response been to the coronavirus? What is more important-life or livelihood? How can India recover from the sudden economic shock caused by the pandemic?
This book is an attempt to answer these and many more such questions.
The coronavirus hit the world in December 2019 like a hurricane. What started as a medical emergency soon turned into an economic one. No global financial crisis has ever hit humanity as hard as COVID-19. The world, therefore, was caught ill prepared when the pandemic struck. The situation, to say the least, is worse than a war. The situation in India is no different: In terms of the number of cases reported, it is second only to the United States.
This book highlights the enormity of the impact of the coronavirus pandemic on India. It critically examines the government’s efforts to control the disease and mitigate its adverse effects on Indian economy and society. Making a compelling argument that an economy is not like a rubber ball, which, if dropped on a hard surface, will bounce back to its original position, the author provides incisive reasons to why economic recovery will be slow and not ‘V-shaped’. He, however, cogently suggests that good governance, a robust public-health system, and clean and representative politics are key to bringing India’s economy back on track

Pr. Kumar has also published numerous posts and articles on the recent evolution of Indian Economy, incuding the following:

  1. “Shadows of the Pandemic: What the Latest GDP Numbers Tell us about the Nature of India’s Recovery”. The Wire. 5 December, 2021. It is at: https://thewire.in/economy/covid-19-pandemic-india-economy-gdp-numbers-recovery 
  2. With the Omicron Variant, Let’s Hope for the Best and Prepare for the Worst. The Wire. 4 December 2021. https://thewire.in/health/with-the-omicron-variant-lets-hope-for-the-best-and-prepare-for-the-worst 
  3. This path of development is toxic. Mainstream. 19 November 2021.It is at: http://mainstreamweekly.net/article11787.html  
  4. Stolen Tax Havens Papers Reveal the Rich are the New Colonizers. HW News, October 18, 2021. It is at: https://hwnews.in/news/national-news/stolen-tax-havens-papers-reveal-rich-new-colonizers/169340 
  5. Panel discussion on Demonetization on Mirror Now. It is at: https://www.youtube.com/watch?v=2JAXDzW1YOw  
  6. Interview on Demonetization and Black Economy in English on HW News with Mr. Sujit Nair. It is at: https://www.youtube.com/watch?v=qELSFa5NtYc  
  7. Short Interview on Demonetization by Centre for Financial Accountability. It is at: https://youtu.be/WsE7ihUSvYA  
  8. Article on 5 years after demonetization in the Scroll. It is at: https://scroll.in/article/1009871/five-years-later-its-even-more-clear-that-demonetisation-was-a-disaster-for-india
  9. Article on what is wrong with our GDP data, especially with the 2021-22 Q1 GDP data which is an overestimate. The Economic shocks have impacte the methodology of estimation. It is in The Leaflet at: https://www.theleaflet.in/2021-22-q1-gdp-data-overestimates-economic-shocks-question-methodology/
  10. Article in The Hindu. October 13 on the Pandora Papers and the Global Financial Architecture. It is at:HTTPS://WWW.THEHINDU.COM/OPINION/LEAD/TAKING-THE-LID-OFF-ILLICIT-FINANCIAL-FLOWS/ARTICLE36974015.ECE.
  11. Article in Hindi on Oct. 13 re the Dramatically rising stock markets, growing instability and concerns. It is in the Hindustan at: https://epaper.livehindustan.com/Home/MShareArticle?OrgId=1310473aeb61
  12. In Hindi an article on Oct 5, re. The revelations in the Paradise papers and capital flight from India. It is in the Hindustan at: https://www.livehindustan.com/blog/story-hindustan-opinion-column-06-october-2021-4748664.html . 
  13. Article on the flaws in calculation of current inflation due to methodological issues. It is in The Hindu, 23 September and is at: https://www.thehindu.com/opinion/op-ed/a-flawed-calculation-of-inflation/article36618816.ece
  14. The Policy Times Online Chat: Has Indian Economy Bounced Back Really and Inclusively? 15 September. It is at: https://www.youtube.com/thepolicytimes 
  15. Modi Govt’s Attitude to Farm Protests Shows that the farm bills have little to do with agriculture but a Concession to Big Business. Published on September 12 in the Wire along with Dr. Uma Shankari. It is at: https://thewire.in/agriculture/modi-farm-laws-big-business.
  16. Is the Indian Economy back on Track. Discussion on HindiSat.com on September 1. It is at:https://youtu.be/cJoHOdhGZqY.
  17. National Monetisation Pipeline: PM Modi selling what nation built over 75 years? The Urban Debate,Mirror Now. 24 August. It is at: https://youtu.be/kfvyM4Qvjc0. 
  18. Changing India: Economy from 1947-2021. Discussion on HW News. On Independence Day 15 August. It is at: https://youtu.be/cVgaIU6_oFo.
  19. In Hindi. Hope the Stock Market book does not turn into a Bubble. In Hindustan on 4 August. It is at: https://www.livehindustan.com/blog/story-hindustan-opinion-column-05-august-2021-4293559.html  
  20. 30 Years of Economic Reforms: Was It Good or Bad?On the occasion of 30 years of these policies on HW News. 24 July. It is at: https://youtu.be/U3BKP5UB-ns 

 

Next session of the BRICs seminar: Natalia Bracarense on Energy Yuan

la prochaine séance du séminaire BRICs (INALCO CREE-FMSH-UdP-EHESS) aura lieu

the next session of the BRICs seminar will take place

Wednesday, December 1st 2021, 6PM (online)

Nous recevrons / we will receive :

Natalia De Lima Bracarense,

Associate Professor of Economics

North Central College

Visiting scholar at University of Paris

From petrodollar to energy-yuan: currency internationalization in the light of network effects 
 
(based on an article co-written with Irène Berthonnet)
 
 
 
Abstract
“Contrary to what is generally maintained in international relations literature, China’s effort to internationalize the renminbi has not stall after its inclusion in the International Monetary Fund’s (IMF) Special Drawing Rights in 2015. From 2015 onward, RMB internationalization strategies have instead shifted towards network and institutional building to support the potential expansion of its international role. This argument rests upon a historical institutionalist approach of network externalities applied specifically to the energy-yuan strategy, through which China both fosters renminbi internationalization and secures energy provision.”
 
Moderator: Thibaud Deguilhem (UdP)
 
Natalia De Lima Bracarense is a spectialist in development economics and history of economic thought. Her PhD Thesis was focused on Latin America and her current researches deal with China in an institutionnalist perspective. During the past few years, she published  articles in history of economic thought and economic methodology. Natalia Bracarense published in Cambridge Journal of Ecoonmics, Review of Social Economy, Review of Political Economy, Journal of Economic Issues and Review of Radical Political Economy.
 
Natalia De Lima Bracarense est spécialiste d’économie du développement et d’histoire de la pensée. Sa thèse de doctorat portait sur l’Amérique latine et ses recherches actuelles s’intéressent à la Chine, dans une perspective institutionnaliste. Ces dernières années, elle a publié des articles dans des recueils d’essais en histoire de la pensée économique et en méthodologie économique. Natalia De Lima Bracarense a également publié dans le Cambridge Journal of Economics, la Review of Social Economy, la Review of Political Economy, le Journal of Economic Issues et la Review of Radical Political Economics.

Announcement of the next session, November 17th, 6PM : Sergei Guriev on the Political Economy of Russia’s response to Covid-19 pandemic

The Next session of the BRICs seminar (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) will be held at Inalco (Maison de la recherche, 2 Rue de Lille, 75007 Paris, Room 2.05) on Wednesday November 17th , 6 PM.

We will receive:

Sergei Guriev, (Sciences Po, Paris)

Political economy of Russia’s response to COVID-19 pandemic

Please click on the link below to register for this session:

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-4

Abstract:

In objective terms, Russia was relatively well prepared for the COVID-19 crisis – with its large sovereign wealth fund, relative isolation due to sanctions, low share of tourism and hospitality in GDP, and the ready-to-go vaccine against MERS that was relatively easy to convert to a vaccine against COVID. Yes, as of today, Russia is the most affected country in the world in absolute terms with its excess mortality exceeding the one of the US and approaching 1 million and is a top three countries in the world in terms of excess mortality per capita. What went wrong? How is COVID policy response related to political and economic realities of today’s Russia? Will Russian policy change after the September 2021 parliamentary elections? What are the mid-term and long-term prospects of Russian economy?

Sergei Guriev, Professor of Economics, Sciences Po, Paris. Sergei Guriev joined Sciences Po as a tenured professor of economics in 2013 after running the New Economic School in Moscow in 2004-13. In 2016-19, he was on leave from Sciences Po serving as the Chief Economist of the European Bank for Reconstruction and Development (EBRD).

Dr. Guriev’s research interests include political economics, development economics, labor mobility, and contract theory. Dr. Guriev has published in international refereed journals including American Economic Review, Quarterly Journal of Economics, Review of Economic Studies, Journal of European Economic Association, Economic Journal, Journal of Economic Perspectives, Journal of Economic Literature, Brookings Papers on Economic Activity, Economic Policy and American Political Science Review. He has been a board member of Sberbank, E.ON Russia, Alfa-Strakhovanie Insurance Company, Russia Venture Company, Russian Home Mortgage Lending Agency, Russian Agricultural Bank, and the Dynasty Foundation. In 2006, he was selected a Young Global Leader by the World Economic Forum. In 2009-11, he was included in the top 100 of the President of Russia’s Cadre Reserve. In 2016-17 he has served as the President of the Society for Institutional and Organizational Economics. Since 2017, he has been a member of the Executive Committee of the International Economic Association. He is also a Research Fellow and the Leader of the Research and Policy Network on Populism at the Centre for Economic Policy Research, London. He is a Global Member of the Trilateral Commission and an Ordinary Member of the Academia Europaea.

Sergei Guriev’s website is https://sites.google.com/site/sguriev
For non research articles, see for instance Project Syndicate : https://www.project-syndicate.org/columnist/sergei-guriev
An article on the topic of the session (English and French versions) : https://tnova.fr/societe/sante/russias-policy-response-to-covid-its-economic-benefits-and-human-losses/
 
 

 

 

Annonce de la séance du 27 octobre : Zhao Wei et Joël Ruet sur le modèle de croissance chinois

La séance 3 du séminaire BRICs et économies émergentes (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu le mercredi 27 octobre 2021 à 18h, Maison de la recherche de l’INALCO, Salle Sylvestre de Sacy, 2.05. Elle se tiendra en mode hybride.
 
 
 
Elle recevra

Wei Zhao (ESSCA School of Management)
et Joël Ruet ( CNRS –  Institut interdisciplinaire de l’innovation – Ecole Polytechnique )

« Le modèle de croissance chinois post covid, une approche en termes de régulation »

Le lien d’inscription est : http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-3

Résumé / Abstract :

Combining some theoretical perspectives of economic development stages, a capital accumulation regime with Chinese characteristics and a techno-economic paradigm, our presentation tries to explain how the Chinese growth miracle reached the edge of crisis after 2008. It argues that for 30 years, the ‘visible hand’ managing the Chinese economy has progressively shifted from local governments’ initiatives and experiments to central government’s macro policy supplemented with industrial economics tools.

This brought China’s growth from the factor-driven to the investment-driven stage, and progressively decoupled the financial system from China’s local, dominant, accumulation regime, directing finance into a technological accumulation regime.

The Chinese central government attempts three macroeconomic approaches with which to readdress the growth pattern: rebalancing; supply-side reform; and innovation-driven development. The Belt and Road Initiative is an attempt to domestically recouple backward to coastal provinces, trade and investment to economic diversification, and to upgrade provinces.

The current Chinese growth model is composed of different capital accumulation regimes: export, domestic infrastructure investment, financial market liberalisation, e-commerce platform economy, all based on the manufacturing economy built up over the last 40 years. China needs upgrading its manufacturing economy to an innovation level and build a new capital accumulation regime based upon it. The recent economic events in China such as digital platform sector regulation, real estate debt crisis, and power cut, etc. shall be understood within such a macro framework.
 
Ci-contre vous pouvez télécharger le pdf de la présentation : Le modèle de croissance chinois post covid
 

Annonce de la prochaine séance du séminaire BRICs / Next session of the BRICs Seminar : Javier Mejia sur les réseaux historiques d’entrepreneurs en Colombie / Social Networks and Entrepreneurship in Colombia

La deuxième séance du séminaire BRICs et économies émergentes (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu mercredi 20 octobre 2021 à 18h, heure de Paris. Elle se tiendra intégralement en ligne, en anglais.

/

The Second session of our BRICs Seminar (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) will be held Wednesday, October 20th, 6 PM (Paris Time). It will be held online (language: English)

Elle recevra /

We will be hosting:

Javier Mejia (Standford University)

Title: “Social Networks and Entrepreneurship.

Evidence from the Antioquian Industrialization”

Javier Mejia (https://javiermejia.mystrikingly.com/) holds a PhD in Economics.

He is currently a Postdoctoral Research Fellow at the Political Science Department of Stanford University.

Registration link / lien d’inscription au séminaire :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-2

This paper explores the relationship between social networks and entrepreneurship by constructing a dynamic social network from archival records. The network corresponds to the elite of a society in transition to modernity, late 19th- and early 20th-century Antioquia (Colombia).

I exploit the timing of unexpected deaths as a source of exogenous variation of individuals’ network position. I find that individuals better connected at a global level (i.e. more important as bridges in the entire network) were more involved in entrepreneurship. However, I do not find individuals better locally connected (i.e. with a denser immediate network) to be more involved in entrepreneurship. I provide quantitative evidence on the performance of the firms and narratives on the behavior of the entrepreneurs who created them to indicate that these results can be explained by the requirement of complementary resources that entrepreneurship had. These resources were spread out in society and markets worked poorly enough to canalize them to entrepreneurs. Thus, networks operated as substitutes for markets in the acquisition of resources. Hence, this paper highlights how individuals with network positions that favor the combination of a broad set of resources can have a comparative advantage in entrepreneurship.”

Très prochainement le lien d’inscription à cette séance sera disponible ici.

Annonce de la séance d’ouverture du séminaire BRICs (06 octobre, 18h) : Jean-Joseph Boillot, “Utopies made in monde. Le sage et l’économiste”.

La séance d’ouverture du séminaire BRICs et économies émergentes (INALCO CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu le 6 octobre 2021 à la Maison de la Recherche, 2 Rue de Lille 75007 Paris, Salle 2.05 (Sylvestre de Sacy).

Elle recevra :

Jean-Joseph Boillot

Pour la présentation de son ouvrage

“Utopies made in monde. Le sage et l’économiste”

Odile Jacob, 2021

La séance sera introduite par Jean-François Huchet, président de l’INALCO.

  • Présentation de la séance :

Comme l’écrit Bertrand Badie pour la géopolitique, il serait peut-être temps que les économistes fassent beaucoup plus de place aux « pays du sud » toujours relativement écartés tant du pilotage de l’économie mondiale que dans les sciences économiques où ils ont même perdu du poids depuis la chute du mur de Berlin.

Mais à quoi pensent-t-ils ? Comment pensent-t-ils ? Quelles sciences économiques produisent-ils ? C’est à ces questions que je me suis intéressé depuis la sortie du livre « Chindiafrique » en 2014. Cinq ans après, quelques réponses modestes sont apparues et le temps de la pandémie a été utilisé pour terminer le manuscrit d’Utopies made in monde » organisé autour de quatre grandes questions :

1/ Où en est le « progrès » à l’échelle mondiale et notamment du fossé entre pays riches et pays pauvres ? La fameuse grande convergence est -elle en route ? (l’exposé fera un point sur l’impact de la pandémie de covid-19 sur les pays Brics)

2/ Puisqu’il n’y a pas de futur ou d’avenir sans « utopie » au sens de quête d’un monde idéal ou tout du moins d’un monde meilleur, quelles utopies (et leurs modèles économiques implicites ou explicites) ont marqué les trois grands mondes du sud couverts dans leur histoire et encore aujourd’hui ? Y a-t-il vraiment de grandes différences avec le monde occidental ?

3/ Quelles sont les sagesses au sens de comportements prudents, équilibrés, mais aussi calculateurs, accumulées par ces mondes émergents, et leurs différences y compris par rapport avec le monde occidental ?

4/ Peut-on enfin mobiliser ces trois notions de Progrès, Utopie (idéal) et Sagesse (comportement stratégique) pour concevoir une économie sage qui rassemble dans une même démarche scientifique et des solutions pratiques pays développés et pays émergents ?

 

  • Jean-Joseph Boillot 

Jean-Joseph Boillot est chercheur associé à l’IRIS. Il est spécialiste de l’économie indienne ainsi que du monde émergent, et tout particulièrement du triangle Chine-Inde-Afrique vu comme pôle structurant de la nouvelle économie mondiale en formation.

Agrégé de sciences économiques et sociales et docteur en économie, il a notamment enseigné à l’École normale supérieure et travaillé sur l’Asie comme chercheur associé au CEPII dans le cadre d’une thèse de doctorat sur le modèle indien de développement.

Il a ensuite été conseiller financier pour le Trésor de 1991 à 2006 basé dans les grandes régions émergentes du monde dont les Peco, l’ex-URSS, le monde chinois et enfin le monde indien. Depuis son retour à Paris en 2006, il partage son temps entre des missions régulières dans les pays émergents et des activités de conseil pour des organismes publics et de grandes entreprises ainsi qu’au club du CEPII où il suit l’Inde et le monde émergent .

 

Présentation du séminaire BRICs 2021-2022 / Presentation of the 2021-2022 BRICs seminar

Présentation :

La pandémie de COVID 19 et ses conséquences ont bouleversé l’économie et la géopolitique mondiales en accentuant les tendances précédentes, qu’il s’agisse du développement du numérique, de la crise climatique ou des inégalités.

Le séminaire BRICS a suivi de près les enjeux liés à la santé publique depuis des années. Il s’agit pour l’année à venir d’adapter nos analyses aux multiples interactions en cours entre les crises sanitaire, climatique, socio-économique, et les recompositions géopolitiques qui les accompagnent, autour des rivalités de grandes puissances comme les USA, la Chine et son rapprochement avec la Russie.

En accordant une attention particulière aux études de terrain et aux études thématiques dans les grands émergents (Afrique, Amérique Latine, Inde) sans négliger la nécessité d’une réflexion théorique solide, le séminaire BRICs 2021-2022, en proposant à des collègues universitaires internationaux d’offrir leurs analyses à une discussion critique et collective, tentera de cerner les interactions complexes à l’oeuvre entre les multiples dimensions des turbulences actuellement traversées par les BRICs et les émergents. Il s’agira pour les intervenants non seulement d’établir un état des lieux raisonné mais aussi d’esquisser une analyse des tendances d’évolution dans les aires et pays étudiés.

Presentation :

The Covid-19 pandemic has overhauled the world economy and geopolitics. The pandemic and its consequences have also reinforced previous tendencies: digitalization, climatic crisis and income disparities.

For several years, the BRICs seminar has been closely following public health-related challenges in key emerging countries. For the year to come the analyses conveyed in the BRICs seminar will adapt to the interplay between sanitary, socio-economic, climatic crises and the geopolitical changes that are accompanying them around rivalry between great powers (USA, China and its rapprochement with Russia).

By paying a particular attention to field studies and thematic studies in major emerging countries (in Africa, Asia or Latin America), without neglecting theoretical approaches, the 2021-2022 BRICs seminar will aim at helping to decipher the trajectories of these countries, thanks to the contribution of international scholars who will share their view with the audience in an interactive and critical discussion.

We hope that the BRICs seminar will continue in the future to contribute to a more precise understanding of the current situation and economic, social and political perspectives of these regions and countries. .

Save the date / First session of the BRICs seminar : Wednesday, October 6th (6-8 PM, Paris Time, 2 Rue de Lille, 75007 Paris (2.05) : Jean-Joseph Boillot (in french) Made in World Utopias / Utopies made in Monde – Le sage et l’économiste. A propos de son livre / About his latest book “Utopie Made in Monde” (juin 2021, Odile Jacob)

0 a Couv_BOILLOT_UtopiesMadeMondev1