Annonce de la séance du 25 janvier, 18h, rue de Lille : Pierre Salama sur l’onde progressiste en Amérique latine

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 25 janvier à 18h, Salle Sylvestre de Sacy, Maison de la Recherche, 2, rue de Lille, 75007 Paris.

Elle recevra :

Pierre Salama

Sur le thème :

Onde progressiste en Amérique latine :

Argentine, Brésil Colombie, Mexique, le chemin escarpé des réformes structurelles

Document d’appui : Salama possible version finale PSalama

Résumé

Après les échecs tant économiques, environnementaux que sociaux d’une droite au Pouvoir et, au Brésil, d’une extrême droite fragilisant les institutions, quasiment tous les pays renouent avec une vague progressiste. D’un pays à l’autre, cette onde diffère, parfois profondément dans ses projets. Ce qui l’unit est d’abord le rejet de l’expérience douloureuse passée, ensuite un ensemble d’espoirs, pour certains d’une société meilleure, pour d’autres d’une société profondément différente.

Si l’utopie est la condition du mouvement, si le rêve est nécessaire, si demander l’impossible est ce qu’il y a de plus réaliste, il est plus que jamais nécessaire de faire une anatomie (« de la société bourgeoise » disait Marx) des problèmes structurels que connaissent les économies de chacun des pays afin de peser sur le cours des évènements et d’ouvrir des chemins certes escarpés mais nouveaux. Les pays latino-américains sont sur un fil du rasoir. Ce n’est pas le même pour tous même si ce « fil du rasoir » a des traits communs. Quatre pays sont dans cet article privilégiés : l’Argentine, le Brésil, la Colombie et le Mexique.

Les conditions politiques pour rompre structurellement avec les politiques économiques passées ne sont cependant pas présentes actuellement pour des raison à la fois externes (conjoncture mondiale moins favorable que par le passé) qu’internes (pas de majorité au parlement le plus souvent). Aussi est-il fort probable que dans certains pays il y ait des réformes significatives plus importantes que dans d’autres, que l’amélioration du pouvoir d’achat soit décidée, ainsi que des mesures sur la protection de l’environnement, et que des projets industriels liés à la recherche de plus de souveraineté soient entrepris. C’est important, surtout compte tenu du passif laissé par les gouvernements de droite, mais ce n’est pas la hauteur des problèmes rencontrés par ces pays depuis quelques dizaines d’années. S’il s’agit de mettre en œuvre des réformes structurelles comme une réforme fiscale, une politique industrielle agressive, une protection de l’environnement efficace pour échapper durablement à la tendance à la stagnation économique et à la faible mobilité sociale qu’elle génère, alors la probabilité d’un succès est assez faible compte tenu du contexte international, des rapports de force au sein des parlements, sauf à la marge dans certains pays.

Réunion en hybride. Lien zoom :
https://us02web.zoom.us/j/85106762099

ID de réunion : 851 0676 2099

 Présentation de l’auteur

Pierre Salama, latino-américaniste, est Professeur émérite des universités, Université Sorbonne Paris Nord, CEPN–CNRS, UMR 7115. E-mail : psalama@wanadoo.fr ORCID ID : 0000-0002-3861-1961, codigo Pags5555

Docteur honoris causa universités de Guadalajara et des UAM (Mexique), membre de l’Académie des sciences économique de Colombie, lauréat du prix Cortazar

Derniers livres parus, Contagion virale, contagion économique, risques politiques en Amérique latine, édition du Croquant, 2020, Economie de l’Amérique latine avec Mylène Gaulard, édition Bréal, 2020.

 

 

 

 

Annonce de la séance BRICS+ du 18 janvier (partenariat Master EPOG+) : Gonzalo Ordonez sur “Policy and governance of science in Emerging economies” – en ligne

La prochaine séance BRICs+, organisée en partenariat avec le master Erasmus Mundus EPOG+, se tiendra en ligne mercredi 18 janvier (attention à l’horaire légèrement décalé : 18h30).

Elle recevra

Gonzalo Ordonez, professeur à l’Universidad Externado de Colombia,

sur le thème :

“Policy and governance of science in emerging economies: the effects of North-South and South-South research collaboration”.

For online (live) attendance: https://live.epog.eu

For the replay: https://videos.epog.eu

Tous les détails et documents d’accompagnement sur le site du master EPOG+ : https://www.epog.eu/event/231-policy-and-governance-of-science-in-emerging-economies-the-effects-of-north-south-and-south-south-research-collaboration/

Announcement of our next session (Wednesday, December 14th, 6:45PM): Uma Rani on digital labour platforms and employment in the global South

Dear colleagues,

the next session of our Brics Seminar, held jointly with EPOG+ (Université Paris Cité) will be organized online on Wednesday, December 14th, 6:45 PM. It will host:

Uma Rani (ILO, Geneva)

Role of digital platforms in transforming the world of work: A global south perspective
 
Discussants: Anika Muneer (EPOG+, Major B), Wenjian Wang (EPOG+, Major A)
 

Reference: The report offers a comprehensive picture of the experience of workers and businesses on online web-based and location-based platforms, drawing on surveys and interviews with some 12,000 workers and representatives of 85 businesses around the world, in multiple sectors. It also provides insights into the business model of digital labour platforms, examines regulatory responses around the globe, and presents a way forward to ensure that all platform work is decent work. Link to the report: https://www.ilo.org/global/research/global-reports/weso/2021/WCMS_771749/lang–en/index.htm

Biography: Uma Rani is Senior Economist with the Research Department at the International Labour Organization in Geneva, Switzerland. She works on issues related to digital labour, minimum wages, informal economy and other development issues.​

See the complete announcement on the website of our EPOG+ partner: https://www.epog.eu/event/220-role-of-digital-platforms-in-transforming-the-world-of-work/

 

Annonce de la séance du 7 décembre : Jean-Philippe Eglinger sur le capitalisme vietnamien et la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 7 décembre à 18h à la maison de la recherche de l’Inalco, 2 Rue de Lille, 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy et en ligne (voir le lien zoom sous l’annonce)

Elle recevra :

Jean-Philippe Eglinger

Sur le thème :

Le capitalisme vietnamien et la Chine

Résumé : Les rapports entre la Vietnam et la Chine sont anciens et peuvent se concevoir dans des domaines multiples tant sur les plans historiques, sociaux que politiques, économiques, géostratégiques.

La récente visite du Secrétaire Général du Parti Communiste Vietnam (premier dirigeant étranger à se rendre en Chine) après le 20e congrès du Parti Communiste Chinois montre l’importance que revêt cette relation bilatérale pour ces deux pays.

Pourtant, si chaque domaine peut faire l’objet de recherches poussées, il reste difficile d’agréger l’ensemble de ces domaines pour obtenir une étude globale et actualisée de cette relation “multiforme”.

Le but de la séance du mercredi 7 décembre est donc triple :

  1. Décrypter le point de vue Vietnamien quant à la nature de cette relation riche et quelquefois ambivalente.
  2. Faire un constat de la relation Vietnam – Chine en tentant de rassembler les documents collectés dans les différents domaines structurant la relation entre les deux pays. En présentant les sujets concernant l’encerclement chinois, l’avancée chinoise au Vietnam et le positionnement et les modes de riposte vietnamiens.
  3. Lancer le débat pour commencer à structurer un travail de recherche pour une publication future sur ce sujet.

Lien pour suivre la séance sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/85950193021

L’intervenant :

Jean-Philippe Eglinger est docteur de l’Inalco (2005) où il a soutenu une thèse sur « Genèse, situation actuelle et perspectives d’avenir des Compagnies Générales (Tổng Công ty) en République Socialiste du Việt Nam à travers les sources vietnamiennes ». Il occupe actuellement le poste de responsable des formations en Alternance de l’Inalco, où il est également chargé de cours dans les Masters Vietnamien des affaires et Culture et entreprises. ll a publié de nombreux articles sur l’économie vietnamienne, dont « The role of private economy in the Socialist-Oriented market economy in Việt Nam » (Russian Journal of Vietnamese Studies, Special Issue 2021, janvier 2022), « Le Việt Nam résilient, de la « guérilla » anticovid à la recherche d’une nouvelle dynamique postpandémique » (co écrit avec le Pr. Pierre Journoud, L’Asie du Sud Est 2022, Bilan, enjeux et perspectives, mars 2022), « Pour une “mise en valeur” de la Mer de l’Est. Le cadre politique et les moyens économiques du Vietnam », in P. Journoud (dir.), La mer de Chine méridionale au prisme du Soft Power. Nouvelles approches franco-vietnamiennes d’un vieux conflit maritime, Paris, L’Harmattan, 2022.

Annonce de la séance du 23 novembre : Manuelle Franck, Nathalie Fau, Elsa Lafaye de Micheaux et Xavier Delannay sur l’aide et les investissements de la Chine en Asie du Sud-Est

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 23 novembre à 18h à la maison de la recherche de l’Inalco, 2 Rue de Lille, 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy et en ligne (voir le lien zoom sous l’annonce)

Elle recevra :

Manuelle Franck, Nathalie Fau, Xavier Delannay (en présence),

Elsa Lafaye de Micheaux (à distance)

Sur le thème : 

Aide et investissements de la Chine en Asie du Sud-Est

À la question « comment la Chine se transforme-t-elle ? » qui animait les observateurs de la Chine au début de la décennie 1980 a succédé depuis la dernière décennie un nouveau sujet, qui consiste à chercher à savoir « comment la Chine change-t-elle le monde ? »  (D. Brautigam 2015 : p.xv). Cette interrogation a cours à propos de l’Asie du Sud-Est. 

En effet, l’un des traits les plus saillants du développement de l’Asie du Sud-Est depuis la décennie 2000 est l’implication économique chinoise, à travers une projection politique et financière croissante qui a fait de Pékin la puissance désormais reconnue comme la plus influente régionalement (ISEAS 2022), à l’origine d’effets économiques, sociaux et politiques multiples et de transformations qui restent encore largement à déchiffrer. Les volumes engagés semblent inédits, à la fois dans la vitesse de leur progression et dans leurs montants, encore que les flux ne soient pas simples à identifier et à mesurer.

La présente session du séminaire aura l’ambition d’offrir, dans un premier temps et à partir d’un focus sur ce que la Chine dénomme son aide étrangère, une analyse (par Elsa Lafaye de Micheaux, CASE, Université Rennes 2) de l’aide au développement chinoise en Asie du Sud-Est rapportée à la fois à ses principes propres, à la progression de ses montants, à sa répartition à travers les projets d’aide en ASE, et enfin, point crucial, à son articulation à la politique étrangère et à sa complexité institutionnelle. Du point de vue de la méthode, l’approche retenue ici est mixte : d’abord elle périodise les étapes de l’aide chinoise à partir de sources secondaires, elle croise en économie descriptive différents travaux de mesure et plusieurs bases de données relatives à l’aide et l’investissement sur la période 2000-2020, s’appuyant sur les discours du gouvernement (trois livres blancs : 2011, 2014, 2021), elle éclaire du point de vue des sciences politiques la bureaucratie de l’aide par une analyse institutionnelle des rouages de sa mise en oeuvre politique et pratique. 

Ensuite, Manuelle Franck (CESSMA, Inalco) et Nathalie Fau (CESSMA, Université Paris Cité), analyseront plus particulièrement les flux financiers publics tels qu’ils sont répertoriés dans la base de données AidData qui répertorie les projets chinois de 2000 à 2017 (13427 projets dans 165 pays, dont 1249 projets en Asie du Sud-Est). Après avoir exposé les apports et limites de cette base, elles proposeront, à l’aide d’outils de cartographie statistique, une analyse de la répartition spatiale des projets et de leurs caractéristiques temporelles, en termes d’acteurs et de secteurs, à l’échelle des pays et à l’échelle des projets, en exposant de façon plus détaillée les enjeux de leur répartition sectorielle. L’analyse met en évidence les modalités, enjeux et conséquences de la stratégie chinoise de projection à l’international, telle qu’elle se manifeste à travers le financement des projets répertoriés, et la façon dont les logiques chinoises s’articulent avec les stratégies des pays récipiendaires.

Intervenant dans la deuxième partie de séance (commentaires et questions), Xavier Delannay (Master 2, Sciences Po) esquissera la présentation de la CIDCA (2018) et de ses principaux acteurs, une institution emblématique de la nouvelle ère dans laquelle entre le système chinois de l’aide internationale.

Lien pour la connexion à distance :
https://us02web.zoom.us/j/88520182378

Documents de référence : 

Ces travaux étant actuellement en phase de soumission pour publication, les auteurs renvoient aux textes publiés ultérieurement. Afin de compléter la séance, la lecture d’un chapitre général sur la projection financière en Asie du Sud-Est dans les questions sur les transformations normatives que ces flux véhiculent est proposée (E. Lafaye et Chiang M.H, 2022), que l’on pourra compléter par une introduction récente à l’aide chinoise (Alisée Pornet). D’autre part, on pourra regarder le rapport de synthèse rédigé par l’équipe AidData.

Lafaye de Micheaux Elsa et Chiang Min Hua, 2022, « A propos de l’influence normative chinoise en Asie du Sud-Est. Une esquisse de cadrage des liens entre investissements et normes à l’échelle régionale » in Asie du Sud-est 2022, sous la direction de C. Cabasset et J. Samuel, IRASEC, Bangkok. https://books.openedition.org/irasec/4632?lang=fr 

Alisée Pornet, 2020, « Every Step Makes a Footprint: China’s Aid and Development as Incremental Policies » in An emerging China-centric order. China’s Vision for a New World Order in Practice, N. ROLLAND dir., NBR Special Report #87, August 2020, p. 101-118. 

Ammar A. Malik et Al., 2021, Banking on the Belt and Road Initiative, Insight from a new global dataset of 13427 chinese development projects, Policy report, AidData,  https://www.aiddata.org/publications/banking-on-the-belt-and-road

Présentation des auteurs :

Manuelle Franck est professeure des universités en géographie à l’Inalco et membre du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains, asiatiques (CESSMA, UMR 245 Ird-UPC-Inalco). Ses recherches en géographie urbaine et régionale portent sur les processus d’urbanisation et les dynamiques urbaines dans les villes secondaires en Indonésie et sur les processus d’intégration régionale en Asie du Sud-Est insulaire.

Dernières publications: Avec Nathalie Fau (dir.), L’Asie du Sud-Est, Emergence d’une région, mutation des territoires, Armand Colin, 2019, 448p. Avec Thierry Sanjuan Thierry (dir.) , « Territoires de l’urbain en Asie : une nouvelle modernité ? », CNRS Editions Alpha, 2015, 402 p. https://books.openedition.org/editionscnrs/28927

Nathalie Fau est maîtresse de conférences HDR à l’Université Paris Cité et membre du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains, asiatiques (CESSMA, UMR 245 Ird-UPC-Inalco). Ses travaux en géographie portent sur les processus d’intégration régionale de l’Asie du Sud-Est et notamment sur le rôle des espaces maritimes.

Dernières publications : Fau N. 2022 « Les frontières maritimes : quelles spécificités ? L’exemple des mers d’Asie du Sud-Est » Bulletin de l’Association de Géographes Français, pp. 77-99  , n° 98-3. Fau N. 2021  « Régionalisation des espaces maritimes en Asie du Sud-Est », Bulletin de l’Association de Géographes Français, pp. 81-101, n° 98-1. Avec Manuelle Franck (dir.), L’Asie du Sud-Est, Emergence d’une région, mutation des territoires, Armand Colin, 2019, 448p. Avec Benoit de Tréglodé, 2018, Mers d’Asie du sud-est. Coopérations, intégrations et sécurités, CNRS édition.

Elsa Lafaye de Micheaux est maîtresse de conférences HDR à l’Université Rennes 2 et membre du Centre Asie du Sud-Est (UMR 8170 Cnrs-Ehess-Inalco). Ses travaux en économie politique institutionnaliste se sont portés en premier lieu sur la Malaisie. Ils s’inscrivent dans l’étude de la diversité des capitalismes en Asie du Sud-Est et dans l’analyse des transformations contemporaines portées par la montée en puissance chinoise, en s’intéressant en particulier aux circulations normatives. Elle coordonne le réseau international de recherche ASEAN China Norms (IRN, CNRS, 2019-2023) à partir duquel plusieurs projets de recherches sont en cours : ainsi, le projet Émergence de l’université de Paris-Cité, conduit avec Nathalie Fau, dont plusieurs résultats sont présentés dans cette séance BRICS.

Dernières publications : « China’s outward foreign direct investment in Southeast Asia: Analyzing the Chinese state’s strategies and potential influence”, avec Chiang Min-Hua, Thunderbird International Business Review, 64( 6), 581– 593, 2022. Malaisie contemporaine, avec David Delfolie et Nathalie Fau, Irasec-Les Indes Savantes, Bangkok-Paris, 2022. « Décliner la Déclaration des droits de l’homme en Asie du Sud-Est » in Histoire et postérité de la Déclaration universelle des droits de l’homme sous la direction d’A. Boza, E. Decaux et V. Zuber, PUR, Rennes, 2022. Préface à l’édition anglaise Political Economy of Capitalisms de Robert Boyer, avec Thomas Lamarche, Palgrave McMillan, Singapour, 2022. 


Xavier Delannay est étudiant en deuxième année de master en science politique majeure relations internationales à Sciences Po Paris. Pendant son année de césure, il a passé 6 mois au Centre Asie du Sud-Est (CASE, Paris) et au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA, Paris) en tant que stagiaire sous la direction de Nathalie Fau (Université Paris-Diderot/CESSMA) et Elsa Lafaye de Micheaux (Université Rennes 2/CASE). Il a également participé aux travaux de l’IRN ASEAN-China Norms.

 

Annonce de la séance du 9 novembre : Marc Lautier sur l’industrialisation tardive de l’Afrique

La prochaine séance du séminaire BRICs Inalco (CREE-UPCité-EHESS-FMSH) aura lieu mercredi 9 novembre 2022 à 18h à la Maison de la recherche de l’Inalco – Salle Sylvestre de Sacy.

Elle recevra :

Marc Lautier (Université de Rennes)

pour présenter l’ouvrage qu’il a co-écrit avec Jean-Raphaël Chaponnière :

“Quelles perspectives d’industrialisation tardive pour l’Afrique ?”

publié fin octobre chez AFD éditions (lien de téléchargement : https://www.afd.fr/fr/ressources/quelles-perspectives-dindustrialisation-tardive-pour-lafrique-subsaharienne).

L’ouvrage sera discuté par Alice Sindzingre (CEPN).

Pour la connexion à distance :
https://us02web.zoom.us/j/88629465150

 

Annonce de la séance inaugurale du séminaire BRICs 2022-2023 : François Gipouloux sur l’impossible avènement d’un capitalisme en Chine (XVè-XIXè siècle) – mercredi 5 octobre / Inaugural Session of the BRICs Seminar

[English version below]

Pour sa séance inaugurale, le séminaire BRICs recevra

François Gipouloux, directeur de recherche émérite au CNRS

pour son ouvrage : “Commerce, argent, pouvoir.- l’impossible avènement d’un capitalisme en Chine, XVIè – XIXè s.”, CNRS editions. 

Maison de la Recherche de L’Inalco, 2, rue de Lille, 75007 Paris

18h-20h

Entrée libre – pas d’inscription préalable

Lien vers la retransmission en ligne :
https://us02web.zoom.us/j/81084285702

Le dynamisme de l’économie chinoise depuis la fin des années 1970
et sa position centrale dans les échanges mondiaux invitent à revisiter
une période cruciale, celle de la fin de l’époque impériale (xvie-xixe siècle).
Au cours de ces trois siècles, la Chine, dont l’économie est pourtant très
avancée et florissante, voit se creuser l’écart avec les pays de l’Europe
du nord. Pourquoi ?


De multiples explications ont été données de cette longue divergence.
Peu de place a pourtant été accordée aux véritables acteurs et aux modalités
concrètes de fonctionnement des marchés. C’est cette carence que ce livre
entend combler, en donnant la parole aux textes, et en suivant le parcours
de trois personnages centraux : le bailleur de fonds, l’intermédiaire, et
l’entrepreneur commercial. Réinterroger l’origine de la puissance chinoise, c’est
aussi en discerner les lignes de fractures, les points de rupture, les faiblesses.
Si la période impériale tardive voit la multiplication de riches marchands,
l’entrepreneur capitaliste est absent du paysage. Le capital, fragmenté,
n’est pas aisément mobilisable : il est périodiquement détruit ou thésaurisé.


À contre-courant de bien des idées reçues sur la prospérité chinoise,
cet ouvrage esquisse un audacieux parallèle entre la Chine d’hier et celle
d’aujourd’hui. On comprend ainsi que la richesse vient souvent des connivences
avec le pouvoir politique, et non pas d’institutions facilitant l’alchimie secrète
qui transforme l’épargne en capital.

Le texte d’appui : introduction

L’auteur :

Directeur de recherches émérite au CNRS (depuis 2015), docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (1981), François Gipouloux est chercheur associé au Collège d’Etudes Mondiales, et membre de la commission « Histoire, Sciences de l’Homme et de la Société » du Centre national du livre. Ses recherches portent sur l’urbanisation en Chine, la rivalité des grandes métropoles asiatiques (Hong Kong, Singapour, Shanghai) dans le corridor maritime de l’Asie de l’est, et sur une comparaison, entreprise sur la longue durée, de la dynamique du capitalisme en Europe et en Asie.

Il a coordonné le projet de recherche pour la Communauté Européenne: « Sustainable urbanisation in China—Historical and comparative perspectives, mega-trends towards 2050 » (2011-2015). Il est également le coordinateur du Groupe de Recherche International (CNRS) « Aux origines de la mondialisation et de la ‘divergence’ Europe Asie : Réseaux commerciaux et trajectoire des institutions économiques, 1000-2000 » et du programme de recherche international (CNRS-EHESS-FMSH) «Empires maritimes, empires continentaux 1500-2000 ». Il est l’auteur d’une soixantaine d’articles et chapitres d’ouvrages scientifiques ainsi que des ouvrages suivants (auteur et directeur de publication):

  1. Commerce, argent, pouvoir : l’impossible avènement d’un capitalisme en Chine, XVIe-XIXe siècle,  Paris, CNRS-Éditions, 2022.
  2. La Méditerranée asiatique : villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe XXIe siècles, Paris, CNRS-Editions, 2009, (Mention de l’Académie de Marine 2010). Traduit en anglais, chinois et coréen.
  3. China’s  Urban Century Governance, Environment and Socio-Economic Imperatives, Cheltenham, Edward Elgar, 2015, (dir.).
  4. Gateways to Globalisation: Asia’s International Trading and Finance Hubs, Cheltenham, Edward Elgar, 2011, (dir.).
  5. La Chine au XXIe siècle : une nouvelle superpuissance économique ? Paris, Armand Colin, 2005 (Prix Francis Garnier 2006). Traduit en portugais.

English Version:

The 2022-2023 BRICs seminar (Inalco-CREE, UPCité, FMSH and EHESS) will have the pleasure to receive Francois Gipouloux, emeritus research director at the CNRS for his book entitled: “Trade, money, power.- the impossible advent of capitalism in China, 16th – 19th centuries.” (in French), CNRS editions.

The session will be held on Wednesday October, 5th at the Maison de la Recherche de l’Inalco, 2, rue de Lille, 75007 Paris Salle Sylvestre de Sacy, 6 p.m.-8 p.m. Free access – no priori registration – link to the zoom session : https://us02web.zoom.us/j/81084285702

Abstract: 

The dynamism of the Chinese economy since the end of the 1970s and its central position in world trade invite us to revisit a crucial period, that of the end of the imperial era (16th-19th century). During these three centuries, China, whose economy was advanced and flourishing, saw the gap widen with the countries of northern Europe. Why ?

Many explanations have been given for this long divergence. However, little importance has been given to the real players and to the concrete ways in which the markets operate. It is this lack that this book intends to fill, by giving voice to the texts, and by following the journey of three central characters: the financial backer, the intermediary, and the commercial entrepreneur.

Re-examining the origins of Chinese power means also discerning its fault lines, breaking points, weaknesses. If the late imperial period saw the multiplication of wealthy merchants, the capitalist entrepreneur was absent from the landscape. Being fragmented, capital is not easily mobilized: it is periodically destroyed or hoarded.

Contrary to many clichés about Chinese prosperity, this book sketches a daring parallel between the China of yesterday and that of today. We thus understand that wealth often comes from collusion with political power, not from institutions facilitating the secret alchemy that transforms savings into capital.

The author:

Emeritus Research Director at the CNRS (since 2015), doctor of the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (1981), François Gipouloux is an associate researcher at the College of World Studies, and a member of the “History, Sciences of the Man and Society” of the Center national du livre. His research focuses on urbanization in China, the rivalry of major Asian metropolises (Hong Kong, Singapore, Shanghai) in the maritime corridor of East Asia, and a comparison, undertaken over the long term, of the dynamics of capitalism in Europe and in Asia.

He coordinated the research project for the European Community: “Sustainable urbanization in China—Historical and comparative perspectives, mega-trends towards 2050” (2011-2015). He is also the coordinator of the International Research Group (CNRS) “At the origins of globalization and Europe-Asia ‘divergence’: Trade networks and the trajectory of economic institutions, 1000-2000” and of the international research program (CNRS-EHESS -FMSH) “Maritime Empires, Continental Empires 1500-2000”. He is the author of about sixty articles and chapters of scientific works as well as the following works (author and director of publication):

  • Trade, money, power: the impossible advent of capitalism in China, 16th-19th century (in French), Paris, CNRS-Éditions, 2022.
  • The Asian Mediterranean: port cities and trading networks in China, Japan and Southeast Asia, 16th 21st centuries (in French), Paris, CNRS-Editions, 2009, (Mention de l’Académie de Marine 2010). Translated into English, Chinese and Korean.
  • China’s Urban Century Governance, Environment and Socio-Economic Imperatives, Cheltenham, Edward Elgar, 2015, (ed.).
  • Gateways to Globalisation: Asia’s International Trading and Finance Hubs, Cheltenham, Edward Elgar, 2011, (ed.).
  • China in the 21st century: a new economic superpower? Paris, Armand Colin, 2005 (Francis Garnier Prize 2006). Translated into Portuguese.

 

BRICS Seminar 2022-2023: a presentation / Séminaire BRICS 2022/2023 : une présentation

[English version below]

Séminaire BRICs et économies émergentes – 2022-2023 : face à la fragmentation du monde

Face à la succession des crises et à la divergence des trajectoires des pays qui le composent, l’ensemble BRICs et les économies émergentes naviguent à vue. Début 2022, alors que le « monde d’avant » entrevoyait la possibilité d’un retour à une forme de normalité – certes plombée par les questions environnementales -, après deux années de pandémie venue de Chine, c’est la Russie qui a joué le rôle de déstabilisateur global en provoquant par son invasion de l’Ukraine la plus forte déflagration militaire en Europe depuis la deuxième guerre mondiale.

Le système international constate à nouveau ses faiblesses institutionnelles face à une crise aussi brutale qu’imprévue. L’onde de choc économique du conflit s’est propagée partout, d’abord par les canaux classiques des marchés financiers, puis par les conséquences régionales et mondiales de la guerre sur les prix et la disponibilité de l’énergie et des céréales. Les répliques économiques de cette guerre continueront de secouer la planète en 2022-2023, même si le conflit prend fin prochainement – éventualité rien moins que certaine.  

Absorbée par ses échéances politiques internes et un ralentissement économique qui se confirme alors que ses propres déséquilibres financiers et immobiliers atteignent des niveaux inédits, la Chine balance entre un soutien diplomatique à la Russie toujours bienvenu lorsqu’il permet de pointer les responsabilités occidentales dans le délitement de la gouvernance mondiale, et la nécessité de limiter les conséquences du conflit sur ses liens économiques avec l’Europe et les Etats-Unis, mais aussi sur son projet phare de Nouvelles route de la Soie.

Ambivalentes, les positions de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud le sont aussi, pour des raisons différentes. Leurs dirigeants souhaitent profiter des opportunités offertes par la recherche tous azimuts de partenariats de la part d’une Russie qui s’est coupée de l’Ouest et marquer leur désapprobation pour une diplomatie occidentale elle-même si souvent contradictoire. Toutefois, la fragilité énergétique et alimentaire de l’Inde lui fait redouter la flambée des prix des matières premières, tandis que le Brésil de Jair Bolsonaro, tout en votant contre la Russie à l’ONU, affiche une neutralité de façade, en partie destinée à préserver son approvisionnement en engrais russes. Le mouvement de fragmentation du monde se poursuit et n’épargne ni les BRICs, ni les économies émergentes.

En ces temps où l’urgence se propage dans de multiples directions – sanitaire, militaire, humanitaire, énergétique, alimentaire, socio-écologique -, le séminaire BRICs n’entend pas abandonner les questionnements structurels et historiques, ni la mobilisation d’approches théoriques inspirées de l’institutionnalisme, qui donnent toute sa place à la réflexion interdisciplinaire. En 2022-2023, les questions portant sur l’environnement, le travail, la société et la démographie continueront de faire l’objet de nos discussions, au travers des thématiques traitées par nos invités. Les terrains sur lesquels porteront ces questionnements ne se limiteront pas aux BRICs stricto sensu. Ils toucheront aux Suds et aux émergents des cinq continents, concernés et parfois percutés par les politiques des pays des BRICs.

Poursuivant une collaboration entamée il y a un an avec le Master Erasmus Mundus EPOG+ (European Policies for the Global Transition, Université Paris Cité), le séminaire BRICs de l’Inalco ouvrira des sessions spéciales partagées avec EPOG+ (appelées BRICs+), en dehors de ses créneaux habituels qui se tiendront deux mercredis par mois, à 18h à la Maison de la Recherche de l’Inalco, au 2, Rue de Lille (Salle Sylvestre de Sacy, 2ème étage) à partir du 5 octobre 2022.

//

Seminar BRICs and emerging economies – 2022-2023: facing the fragmentation of the world

Faced with the succession of crises and the divergence of the trajectories of the countries that make it up, the BRICs group and the emerging economies are navigating in stormy waters. At the beginning of 2022, when the world was foreseeing the possibility of a return to a form of normality – certainly weighed down by environmental issues -, after two years of a pandemic from China, it was Russia that played the role of global destabilizer by provoking by its invasion of Ukraine the strongest military explosion in Europe since the Second World War.

The international system is once again acknowledging its institutional weaknesses in the face of such a brutal crisis. The shock wave of the conflict on the economy spread everywhere, first through the traditional channels of financial markets, then through the regional and global impacts of the war on prices and on the availability of energy and cereals. The economic aftershocks of this war will continue to shake the planet in 2022-2023, even if the conflict ends soon – an eventuality that is far from certain.

Absorbed by its internal political deadlines and an economic slowdown which is confirmed while its own financial and real estate imbalances reach unprecedented levels, China balances between diplomatic support for Russia – which is always welcome when it makes it possible to point out Western responsibilities in the disintegration governance-,  and the need to limit the damages of the conflict on its economic ties with Europe and the United States, but also on its flagship Belt and Road Initiative.

The positions of India, Brazil and South Africa are also ambivalent, for different reasons. Their leaders wish to take advantage of the opportunities offered by the all-out search for partnerships on the part of a Russia which has cut itself off from the West. They are also willing to mark their disapproval of Western diplomacy which is itself so often contradictory. However, India’s energy and food vulnerabilities makes it fear the skyrocketting prices of raw materials. Meanwhile, Jair Bolsonaro’s Brazil, while voting against Russia at the UN, displays a facade of neutrality, partly intended to preserve its supply of Russian fertilizers. The movement of fragmentation of the world continues and spares neither the BRICs nor the emerging economies.

In these times when the emergency is spreading in multiple directions – health, military, humanitarian, energy, food, socio-ecological -, the BRICs seminar does not intend to abandon structural and historical questions, nor the mobilization of theoretical approaches inspired by institutionalism, which gives full place to interdisciplinary reflection. In 2022-2023, issues relating to the environment, labour, society and demography will continue to be the subject of our discussions, through the topics addressed by our guests. The fields on which these questions will relate will not be limited to the BRICs stricto sensu. They will be also devoted to the South and the emerging countries of the five continents, concerned and sometimes impacted by the policies of the BRIC countries.

Continuing a collaboration begun a year ago with the Erasmus Mundus EPOG+ Master (European Policies for the Global Transition, Paris Cité University), Inlaco’s BRICs seminar at will organize special sessions shared with EPOG+ (these sessions will be called BRICs+), outside its usual slots that will be held two Wednesdays a month, at 6 p.m. at the Inalco Maison de la Recherche, 2, Rue de Lille (Salle Sylvestre de Sacy, 3rd floor) starting from October 5, 2022.

Announcement of the next session (June, 1st) / Annonce de la séance du 1er Juin : Antoine Flahault on Anti-Covid Policies in the World / Antoine Flahault sur les politiques anti-covid dans le monde

The Next session of the BRICs seminar will be held on Wednesday, June 1st, 6:00 PM [online]

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 1er juin 2022 à 18h [en ligne]

Nous y recevrons / We will receive :

Antoine Flahault (Institute of Global Health, Université de Genève)

sur le thème / on the following theme:

COVID-19, attempts to forecast and manage the crisis

COVID19, comment a-t-on pu prévoir et gérer la crise ?

[please write an e-mail to Julien Vercueil in order to receive the zoom codes of the session]

Abstract : Attemps to forecasting and managing the COVID-19 crisis: what a big deal ! We will see together first why we are not so good in forecasting pandemics, and why it has been problematic not to be able to predict a few weeks ahead of time, not only the COVID-19 case but also in the recent past, about Ebola, Influenza and many other emerging infectious diseases. In a second part of this seminar, we will review the various options in terms of public policies, which are available for controling pandemics. We will assess those which were implemented in different countries, at least for the first two years of the COVID-19 pandemic. Opening the box of the so-called One Health approach, which explore the interface between human, animal and environmental health, will eventually review various circulating hypotheses regarding the origins of this pandemic and also the role of indoor aerosol transmission as key route of transmission of coronaviruses.

 

Antoine Flahault MD, PhD in biomathematics, is professor of public health at Faculty of Medicine, University of Geneva where he is the founding director of the Institute of Global Health, at Campus Biotech (since Jan. 2014). He has been elected as deputy director of the Swiss School of Public Health (Zürich) in 2019. He has been appointed founding director of the French School of Public Health (EHESP, Rennes, 2007-2012), co-director of Centre Virchow-Villermé for Public Health Paris-Berlin  (Université Descartes, Sorbonne Paris Cité) up to 2014, co-director of the European Academic Global Health Alliance (EAGHA) up to 2017, president of the Agency for Public Health Education Accreditation (APHEA) up to 2018. He has conducted his research in mathematical modelling of communicable diseases ; has chaired the WHO collaborative centre for electronic disease surveillance ; has coordinated research on Chikungunya in Indian Ocean and in French Caribean Islands (Inserm Prize, 2006); was scientific curator of a large exhibition Epidemik, la Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, Rio and Sao Paulo, 2009-2013); was member of the Swiss National COVID-19 Science Task Force (2020-21). He chairs the High-Level Expert Group on COVID-19 at WHO-Europe (2021-22). He was elected corresponding member at Académie Nationale de Médecine (Paris). He has chaired in 2016 the World Health Summit, the M8 Alliance, and since 2016 the Geneva Health Forum. In January 2022, he had 350 scientific publication referenced in Medline.

 

Antoine Flahault est docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Paris, et docteur (PhD) en biomathématiques. Depuis janvier 2014, il est nommé professeur ordinaire à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève où il a fondé l’Institut de Santé Globale au Campus Biotech. Il a été élu co-directeur de l’Ecole Suisse de Santé Publique (Zürich) depuis 2019.  Nommé professeur de santé publique en 2002 à Paris, il a fondé l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique qu’il a dirigée, à Rennes, de 2007 à 2012, a été nommé co-directeur du Centre Virchow-Villermé de Santé Publique Paris-Berlin (Université Descartes, Sorbonne Paris Cité) jusqu’en 2014, co-directeur de l’Alliance Académique Européenne pour la Santé Globale (EAGHA) jusqu’en 2017, président de l’Agence Européenne d’Accréditation des Formations en Santé Publique (APHEA) jusqu’en 2018. Il a mené des recherches en modélisation mathématique des épidémies ; a dirigé le centre collaborateur de l’OMS pour la surveillance électronique des maladies ; a coordonné les recherches sur le Chikungunya dans l’Océan Indien et sur l’arc Antilles-Guyane (Prix Inserm 2006) ; a été commissaire scientifique de l’exposition Epidemik à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris, Rio et Sao Paulo, 2009-2013) ; a été membre de la Swiss National COVID-19 Science Task Force (2020-21) et préside un groupe d’experts de haut niveau pour le bureau régional OMS Europe. Il a été élu membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine (Paris). Il a présidé en 2016 le World Health Summit, l’Alliance M8, et depuis 2016 le Geneva Health Forum. Il a (janvier 2022) 350 publications scientifiques référencées sur Medline.

Annonce de la séance du 17 mai : Philippe Aguignier sur les crises financières en Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mardi 17 mai 2022 à 18h la maison de la Recherche, 2 rue de Lille (présentiel), 75007 – Salon Borel. 

Nous y recevrons :

Philippe Aguignier (Inalco et Sciences po)

sur le thème :

La récurrence des épisodes d’instabilité financière en Chine

Résumé

Le secteur immobilier en Chine est entré depuis 2021 dans une crise grave, qui se manifeste entre autres par les difficultés financières du promoteur immobilier Evergrande. Cet épisode d’instabilité, pour l’instant jugulé mais encore loin d’être réglé, a succédé à bien d’autres ces dernières années.

L’analyse des ressorts de ces épisodes montre que les difficultés résultent d’une surabondance de liquidités dans l’économie chinoise et de mécanismes déficients d’allocation du capital, conduisant à un excès structurel d’investissement, dans l’immobilier comme dans d’autres secteurs.

La Banque centrale et les régulateurs financiers disposent à la fois d’une forte expérience, d’un palette d’outils très large et de ressources considérables pour gérer ces épisodes d’instabilité; elles ne semblent pas en revanche avoir les moyens de les prévenir, d’où leur récurrence. L’objet principal de la présentation sera d’illustrer et d’expliquer ce paradoxe.  

Document d’appui :

http://www.institutmontaigne.org/blog/evergrande-too-big-fail

Biographie

Philippe Aguignier enseigne aujourd’hui l’économie chinoise à l’Inalco et à Sciences Po, et est chercheur associé au programme Asie de l’Institut Montaigne. Il a  auparavant travaillé trente-cinq ans au sein d’un groupe bancaire international, dont vingt-cinq dans le monde chinois.

Ses travaux et publications portent principalement sur l’évolution du système bancaire et financier chinois.

Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique, de l’ENSAE, et titulaire d’un doctorat en Etudes Extrême-Orientales de l’Université Paris 3, portant sur les finances locales et les disparités régionales en Chine après les réformes.

 

 

 

 

 

Annonce de la prochaine séance du séminaire BRICs : Jean-Philippe Touffut et Julien Vercueil sur la Russie en perspective – mardi 19 avril 18h

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu exceptionnellement mardi 19 avril à 18h à l’auditorium Georges Dumézil de la maison de la Rercheche de l’Inalco, 2, Rue de Lille 75007 Paris, en partenariat avec le Centre Cournot pour la recherche en économie.

Elle recevra :

Jean-Philippe Touffut (Centre Cournot)

Julien Vercueil (Inalco-CREE, séminaire BRICs)

Sur le thème :

“L’économie russe en perspective. De la rente à la guerre – et après ?”

[ici prochainement le lien vers le formulaire d’inscription à cette séance en présentiel]

La Russie a déclenché en Ukraine une guerre dévastatrice. Les deux présentations dialogueront autour d’une mise en perspective de moyen et long termes de la situation économique actuelle de la Russie.

Il s’agira de comprendre comment une économie dont l’insertion internationale s’est largement fondée sur la rente des matières premières depuis les années 1990 peut réagir aujourd’hui face à un processus de fermeture accéléré autant subi (via les sanctions) que voulu (via la politique de substitution aux importations). Ce qui est en jeu dans ce processus, c’est le modèle de développement de l’économie de la Russie et son mode de régulation. 

Jean-Philippe Touffut est économiste, directeur du Centre Cournot depuis 2000. Il dirige les ouvrages et les livrets de la Collection Cournot, dans le champ de l’économie institutionnelle et des probabilités appliquées. 

Julien Vercueil est professeur d’économie à l’Inalco, auteur de Economie politique de la Russie (1918-2018). Paris : Le Seuil (coll. Points), 2019.

Deux textes courts d’appui à la séance :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/01/l-economie-russe-n-est-jamais-parvenue-a-se-degager-de-la-rente-petroliere_6115716_3232.html

https://www.heidi.news/profil/julien-vercueil

 

Annonce de la prochaine séance du séminaire Brics : Stéphane Grumbach (Inria) sur Etat et plateforme

la prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 16 mars de 18h à 20h (heure de Paris).

Elle recevra :
Stéphane Grumbach (INRIA) sur le thème :

ETAT ET PLATEFORME :

LE PARTAGE DE LA GOUVERNANCE

La séance aura lieu exclusivement sur zoom (changement par rapport à l’annonce initiale).

Compte tenu du caractère tardif de l’annonce nous vous donnons tout de suite les codes zoom :

Sujet : Séminaire BRICs – Stéphane Grumbach
Heure : 16 mars 2022 06:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/97648061740

ID de réunion : 976 4806 1740

Résumé :

In the last decades, platforms, a new sort of actors have emerged.

They act mostly in the digital sphere, ensuring intermediation on two­sided markets, matching producers and consumers of goods or services. The technology to harvest, store and process continuous flows of data has given rise to new services which reach individuals, and change fundamental aspects of their life. Acting remotely from territories, these services have become so essential that they  challenge legacy corporations as well as governments, while contributing to redefine both social norms and legal rules. Adapting to digital technologies has become a necessity for all institutions, private companies as well as public administrations and governments.

In this paper, we show how governments are being upgraded with systems inspired from digital platforms, to better serve their citizens, increasing not only efficiently, but also transparency. Digital platforms on the other hand, because they popularise new norms worldwide, are increasingly involved in governing. The digital sphere has changed irreversibly the art of government. We consider various scenarios to analyse the future of the tensions between platforms and governments.

Bio de l’intervenant : https://who.rocq.inria.fr/Stephane.Grumbach/shortbio-fr.html

Documents d’appui :
 

https://blogs.oii.ox.ac.uk/ipp-conference/sites/ipp/files/documents/IPP_Platformasagovernment.pdf

 

 

Annonce de la séance du 2 mars – Ilan Bizberg sur les régimes de santé d’Amérique latine face à la pandémie

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 2 mars à 18h (heure de Paris). La séance se tiendra en ligne.

Elle recevra :

Ilan Bizberg (El Colegio de Mexico)

sur le thème :

Les régimes de santé d’Amérique latine face à la pandémie

Latin American Health Regimes facing the pandemic

Le lien d’inscription sera disponible très prochainement ici

Résumé : aucun des pays d’Amérique latine n’a pu mettre en place des systèmes de santé pleinement universels, égalitaires et efficaces, bien que l’Uruguay et le Costa Rica se soient probablement rapprochés le plus de cet objectif. La pandémie que le monde traverse actuellement a mis à rude épreuve tous les systèmes de santé du continent ; une situation exceptionnelle qui nous permet de comparer leurs performances et leur résilience. Il est clair que certains pays ont mieux résisté à la crise que d’autres en partie en raison de l’état des services de santé eux-mêmes, mais aussi de l’approche adoptée par les différents gouvernements pour faire face à l’épidémie. J’analyserai trois aspects : 1. Les trajectoires spécifiques des différents systèmes de santé, et plus particulièrement les changements qu’ils ont subis depuis le début du boom des matières premières et l’arrivée au pouvoir de coalitions redistributives dans certains pays ; 2. Les caractéristiques spécifiques des différents systèmes de santé en termes de couverture, de structure, d’investissement, d’infrastructure et de performance historique ; et 3. La performance des divers systèmes de santé pendant la pandémie.

La présentation s’appuiera sur un article accepté pour publication dans la revue “Interventions économiques” de l’UQAM. Lien vers le texte d’appui ici

Ilán Bizberg est professeur-chercheur du Centre d’Études Internationaux, El Colegio de México, membre associé à l’étranger du CADIS/EHESS, Paris, membre associé du Collège International « Zwischen Raumen » de l’Institut Latino-Américain de l’Université Libre de Berlin, membre associé du CEIM/Université de Québec à Montréal. Niveau III du Sistema Nacional de Investigadores. Titulaire d’un Doctorat en Sciences Sociales à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a eu la Bourse «Alexander von Humboldt», octroyée par la Fondation Alexander von Humboldt pour des études postdoctorales à l’Université de Bielefeld, en janvier-décembre 1992. Il a été professeur invité de Sciences Po Paris et Poitiers. Il a occupé les Chaires Alfonso Reyes et Simon Bolivar de l’IHEAL, Université de Paris III et la Chaire des Amériques à l’Université de Rennes. Il a été Directeur d’études à l’EHESS, Directeur d’Etudes Associé à la Fondation Maison des sciences de l’homme, chercheur associé au CNRS-CREDAL, et Public Policy Scholar au Woodrow Wilson Center, Washington. Ouvrages récents : Variedades de Capitalismo en América Latina, El Colegio de México, 2015 et Diversity of Capitalisms in Latin América, Palgrave, Macmillan, 2019. En 2020, il a remporté le prix de recherche de la Fondation Alexander von Humboldt.

 

 

 

Prochaine séance : le spatial, nouvelle frontière de la Chine. Isabelle Sourbès-Verger, Lucie Sénéchal-Perrouault, Julien Breuzon 9 février 2022 à 18h

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu (en ligne) mercredi 9 février 2022 à 18h.

Elle aura pour thème :

L’ESPACE : LA NOUVELLE FRONTIERE DE LA CHINE

En ligne, pour vous inscrire cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.inalco.fr/webform/brics-9e-seance

Et recevra :

  • Isabelle Sourbès-Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault,  “Le rêve de la Chine dans l’espace”
  • Julien Breuzon, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
    l’industrie spatiale ?”

Modération : Jean-Paul Maréchal

L’humanité  est  à l’aube d’une nouvelle  ère de la conquête spatiale, une  ère qui sera assurément bien différente de la précédente. En effet, la première phase de cette  épopée – qui débute en 1957 avec Spoutnik et qui culmine en 1969 avec Apollo 11 – fut exclusivement dominée par les  Etats et très largement structurée par des considérations liées  à la Guerre froide.

Depuis la fin de cette époque de pionniers, autrement dit depuis presqu’un demi-siècle, les activités spatiales ont surtout servi  à faciliter les activités terrestres, et cela notamment grâce aux satellites dédiés aux communications,  à la météorologie ou  à l’aide  à la navigation. Mais l’ère dans laquelle nous sommes désormais entrés se distingue de la précédente sur deux points principaux : le retour en force de la géopolitique et l’arrivée massive d’acteurs privés.

La géopolitique a fait son retour de façon marquée dans le domaine spatial avec la montée en puissance de la Chine. L’annonce du projet de faire marcher des taïkonautes sur la Lune d’ici 2035 relance la course  à l’exploration de l’espace profond car il est  évident que l’ étape suivante sera l’arrivée sur Mars.

A cela s’ajoute une militarisation accrue de l’espace. Le phénomène en tant que tel n’est certes pas nouveau et l’on peut par exemple citer l’initiative de défense stratégique   du président Reagan surnommée alors par la presse le projet   “guerre des étoiles”. Mais l’utilisation militaire de l’espace a pris depuis quelques années une tout autre ampleur. Ainsi, en 2007, la Chine a testé un missile antisatellite en détruisant l’un de ses satellites météorologiques. (L’Inde a procédé à un test du même genre en mars 2019, et les Russes en novembre 2021.) Par ailleurs, les avions militaires orbitaux vont se multiplier avec des possibilités d’attaque que ne possèdent pas les vecteurs traditionnels. C’est la raison pour laquelle par exemple le gouvernement français a décidé, en septembre 2019, de créer un Commandement de l’Espace rattaché à l’Armée de l’Air qui est ainsi devenue l’Armée de l’Air et de l’Espace.


Le deuxième changement par rapport  à la période précédente réside dans l’arrivée d’acteurs non étatiques. En effet, entre 1958 et 2009, la quasi-totalité des dépenses dans le domaine spatial était le fait d’acteurs publics, principalement la NASA et le Pentagone. Mais au cours des années 2010, l’investissement privé a atteint un niveau annuel moyen de 2 milliards de dollars, soit 15 % du total. On pense à Space X (Elon Musk), Blue Origin (Jeff Bezos) ou Virgin Galactic (Richard Branson). Les domaines d’intervention envisagés par ces nouveaux acteurs sont variés. Ils vont du tourisme spatial à l’exploitation de ressources sur des corps célestes en passant par la mise en oeuvre d’essaims de satellites de communication.

Dans ce contexte, la République populaire de Chine apparaît comme un acteur de premier plan. Son programme spatial constitue l’un des  éléments clés de la volonté de rattrapage technologique de ses dirigeants. Si le programme spatial chinois remonte certes l’ère Mao, c’est à partir de 1978 que Pékin va mener une politique systématique de rattrapage technologique. Ce sera en 1978 le lancement officiel de la politique dite des ” quatre modernisations “  (forgée en 1975 par Zhou Enlai), en 1986 le Programme 863 appelé State High Tech Development Plan (qui représente désormais annuellement 5% des dépenses de l’Etat) … Xi Jinping accède au pouvoir en 2012. Cette même année il affiche
l’objectif de réaliser le   rêve chinois   pour 2049, c’est-à-dire pour le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Il s’agit de faire de l’empire du Milieu   un pays innovant d’ici 2020,  “un des pays les plus innovants”   d’ici 2030 et, pour finir, la première puissance innovante   d’ici 2049. Trois ans après le lancement du   rêve chinois  , Pékin inaugure le programme   “Made in China 2025” (sur lequel le régime ne communique plus trop…). On estime qu’en 2017, le budget spatial chinois s’élevait  à environ 9,3 milliards de dollars et qu’il employait 200 000 personnes. Il convient tout de même de signaler que la même année la NASA disposait d’un budget de 9,3 milliards de dollars et employait environ 17000 personnes.

Lieu traditionnel de rivalités géopolitiques, l’espace est désormais également devenu celui d’une compétition géo-économique au sein de laquelle Pékin compte bien peser de façon décisive. A ce titre, l’espace est bien l’une des   nouvelles frontières   – militaire, économique, diplomatique…– de la Chine.

Afin de nous aider  comprendre le rôle que joue et qu’est susceptible de jouer la Chine dans
cette nouvelle donne spatiale, la séance du 9 février comportera deux interventions.

La première, intitulée “Le rêve de la Chine dans l’espace”, sera proposée par Isabelle Sourbès
Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault.

La seconde, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
l’industrie spatiale ?”, sera proposée par Julien Breuzon.

  • Isabelle Sourbès-Verger est géographe, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l’occupation de l’espace circumterrestre et des politiques spatiales.
  • Lucie Sénéchal Perrouault est doctorante au CNRS. Elle réalise sa thèse sur la spatial
    commercial chinois à l’EHESS au centre Alexandre Koyré.
  • Julien Breuzon est ingénieur dans le secteur aérospatial et diplômé  de sciences politiques. Ses recherches actuelles ont pour objet l’analyse des impacts géopolitiques sur les organisations industrielles des secteurs stratégiques et sur les systèmes d’innovations nationaux. Elles se focalisent sur l’industrie spatiale en Asie.

Cette séance poursuit une réflexion entamée en 2020 avec la parution d’un numéro de la revue
Monde chinois nouvelle Asie (n°64, Editions Eska) consacré au spatial chinois et coordonné  par Philippe Achilleas et Jean-Paul Maréchal, respectivement directeur et directeur adjoint de l’Idest (Institut du droit de l’espace et des télécommunications) à l’Université Paris-Saclay. Ci-contre la présentation du numéro : couv MC 64

Announcement of the next session (jointly organised with Master EPOG+, 26/01/2022) : Kristen Sehnbruch on Migrants in the Chilean Labour Market

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu le mercredi 26 janvier 2022 à 18h (En ligne). Elle sera organisée en hommage à Xavier Richet, co-fondateur et animateur du séminaire BRICs, décédé prématurément le 16 janvier dernier.

The next session of the BRICs seminar will be held on Wednesday, January 26th, 6PM (Online). Il will be organized in tribute of Xavier Richet, co-founder and moderator of the BRICs seminar, who died prematurely on 16 January.

Elle sera organisée conjointement avec le master EPOG+ / It will be organised jointly with the EPOG+ Master

Nous recevrons / We will receive :

Kristen Sehnbruch

British Academy Global Professor and Distinguished Policy Fellow
International Inequalities Institute – London School of Economics and Political Science

Migrants in the Chilean Labour Market: A Story of Successful Integration?

Wednesday, January 26th, 6:00 PM

Direct link to the session:
https://zoom.us/j/99869886771
ID : 998 6988 6771

Abstract : 

In recent years, Chile has become one of the top 5 destination countries where migration has increased the most (United Nations, 2020): Just over one million migrants arrived in the last five years in a country with a total population of 19.1m. This is part of an increasing trend in South-South migration, which prompts questions as to how well these migrants integrate into local labour markets.

The theoretical and empirical literature on migrant integration into labour markets is generally based on industrialised countries (Hujo & Piper, 2007). However, the experience of migrants in developing countries is likely to be very different from what we have observed in the Global North: Large informal sectors shape labour markets, welfare states are incipient, as is the institutional infrastructure that helps migrants integrate into local labour markets (Fellini & Guetto, 2020). Also, the quality of available jobs in these countries is frequently so low that workers may be unable to achieve a minimal standard of living (Sehnbruch et al., 2020; Gonzalez et al, 2021).

This paper contributes to the existing literature in three ways: first, it uses detailed survey data – as opposed to case studies – to examine how well migrants are integrating into the Chilean labour market using a set of multidimensional indicators. Until now, this was not statistically possible as employment data did not capture enough cases of migrants to allow for a disaggregated analysis

Second, this paper presents a measure of the labour market performance of migrants that is more nuanced than existing studies. In the international literature, migrant labour force integration is often examined by studying the employment rates and wages of migrants and how different factors influence these outcomes.4 But this paper asks whether migrant workers are more deprived than local workers in terms of the quality of their jobs. In the global South, where widespread and high levels of informality characterise labour markets, a multidimensional perspective of labour market achievements and deprivations is crucial.

Third, by examining horizontal labour market inequalities (Stewart, 2008), this paper asks whether some of the findings and theoretical approaches that the literature on migration has established in the global North also hold in the global South. In particular, it will examine whether the relationship between the educational levels of migrants and their employment outcomes are similar, and whether the liberal institutional arrangements for immigration and employment in Chile have positively affected the integration process of migrants in the labour market.

About the author :

Kirsten Sehnbruch is a British Academy Global Professor and Distinguished Policy Fellow at the International Inequalities Institute at the London School of Economics and Political Science. She is known for her work on conceptualising and measuring the quality of employment, particularly in developing countries. Her research subjects include quality of employment, multidimensional indicators, Latin American labour markets, labour relations, Chilean politics and public policy.
 
Here is the link to the paper related to the presentation: