Annonce de la séance du 15 mail : Ilàn Bizberg sur les Etats providence en Amérique latine

la prochaine séance du séminaire BRICs se tiendra mercredi 15 mai à 18h (heure de Paris) à la Maison de la Recherche de l’Inalco, 2 Rue de Lille 75007 (Salle Sylvestre de Sacy, 2è étage – et en distanciel, lien zoom : https://zoom.us/j/93427721621). 

Elle recevra :

Ilàn Bizberg (Colegio de Mexico)

Sur le thème :

Les quatre mondes de l’État providence en Amérique latine

à partir de son ouvrage, Four Worlds of the Welfare State in Latin America (Palgrave Mac Millan, 2024)

Résumé :

Ce livre analyse les trajectoires et les structures des États-providence des pays d’Amérique latine à l’aide d’une typologie construite à partir d’une analyse conceptuelle et historique des systèmes de protection sociale du continent.

Il commence par une discussion sur l’État-providence en tant que nécessité des sociétés capitalistes modernes afin de contrer les conséquences du désencastrement de l’économie de la société et sur la manière dont le système de protection sociale permet à la société de se protéger contre cette rupture. 

L’argument principal de ce livre est que cette protection peut être accomplie par différents acteurs dans des sociétés distinctes : dans certaines c’est l’État, dans d’autres c’est la société civile, dans d’autres encore le marché et enfin, dans d’autres, par les familles elles-mêmes.

L’auteur définit quatre types de monde de protection sociale, en fonction de l’entité qui assume principalement la tâche d’administrer et d’allouer les ressources : un État-providence socio-corporatiste, un autre étatiste, un État-providence marchandisé, et finalement, un État-providence familialiste.

Il discute des trajectoires historiques de dix pays d’Amérique latine : l’Uruguay, l’Argentine, le Brésil, le Costa Rica, le Chili, le Mexique, la Colombie, la Bolivie, le Pérou et l’Équateur, afin d’analyser le type d’État-providence dont ils se rapprochent. Il se concentre sur le système de santé, celui des retraites, ainsi que sur les programmes d’assistance de ces pays. Et enfin, il aborde ce qui est resté sous silence dans les chapitres précédents, à savoir la situation des femmes dans les différents régimes de protection sociale.

L’auteur :

Ilàn Bizberg est professeur et chercheur au Colegio de Mexico, membre associé du Collège international d’études supérieures « Temporalités du futur » de la Freie Universität Berlin et membre associé du CEIM de l’Université du Québec à Montréal. Il a été membre du CADIS, EHESS (laboratoire fondé par Alain Touraine) jusqu’à sa dissolution en 2017. 

En 2020, il a reçu le prix de recherche de la Fondation Humboldt. Il est l’auteur, entre autres livres, de Diversity of Capitalisms in Latin America (Palgrave Macmillan, 2019).

Annonce de la séance du 24 avril, 18h (heure de Paris) : Thierry Pairault sur le “roman” de la dette africaine

Notre prochaine séance du séminaire BRICs se tiendra à la maison de la recherche de l’Inalco (2 rue de Lille, 75007), mercredi 24 avril à 18h (heure de Paris, en présence et en ligne, salle et lien à venir).

Elle recevra :

Thierry Pairault (CNRS/EHESS)

Sur le thème :

Le “roman” de la dette chinoise en Afrique

Résumé :

  • La question de la dette chinoise et de son évaluation n’est pas une simple question économique, c’est d’abord une question politique qui préside à l’élaboration d’un récit fictionnel. Après avoir rappelé brièvement l’arrière-plan économique des relations afro-chinoises, nous évoquerons le contexte tant occidental que chinois dans lequel s’est écrit le « roman » de la dette chinoise de l’Afrique.

Bio de l’intervenant :

  • Thierry Pairault, socio-économiste et sinologue, est directeur de recherche émérite (CNRS / EHESS) membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon. Son dernier ouvrage intitulé L’Afrique et ses présences chinoises (co-dirigé avec Xavier Aurégan) est sous presse chez L’Harmattan.

 

Announcement of the next BRICs seminar: Ruben Enikolopov and Vladislav Inozemtsev on Russian economy’s situation and perspectives

With the Support of CREE-Inalco, the next session of our BRICs seminar will be held on Wednesday, April 3rd, 6:00 PM (Paris Time), in presence and online, at the Maison de la Recherche de l’Inalco, 2 Rue de Lille, 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy (2nd Floor).

We will have the pleasure to receive:

Ruben Enikolopov (Universita Pompeu Fabra, Barcelone),- in presence and

Vladislav Inozemtsev (founder of the Moscow Center for Post-Industrial Studies) – online

On the following topic:

Deciphering the Russian economic situation and pespectives after two years of war in Ukraine – and sanctions

Discussants: Dmitry Volkov and Julien Vercueil, CREE-Inalco

(Link to the online diffusion: https://zoom.us/j/97808508043)

Abstract:

Russia’s invasion of Ukraine has marked the return of prolonged, full-scale armed conflict in Europe. The swift response in the form of cascading sanctions on the part of the EU and the USA, and the exit of western technological companies were designed to limit Russia’s means (financial, technological but also political) at engaging in prolonged warfare against Ukraine. 

However, two years into the war, Russia’s macroeconomic indicators leave little cause for alarm, oil exports have been reoriented, Chinese consumer products replaced their
EU and US counterparts, parallel imports for high-tech products are now commonplace, while the prospects for economic or political protests remain far-fetched.

Is it too soon to evaluate the consequences of the war and sanctions on Russia’s economy? Is there a certain specificity about Russia’s capitalism that makes it endure through extreme conditions? Have EU and US policy makers done enough to limit Russia’s capacity to wage prolonged war against Ukraine?

Complementary abstract from V. Inozemtsev:

Russia’s Economy in 2024 and Beyond: What to Expect?

Russia’s economy demonstrated a strong resilience to both the war and the sanctions which can be explained first and foremost by its private-sector flexibility and world-class public finance administration. I would argue that for the very start of the war with Ukraine the West possessed quite limited means for undermining the Russian economy (nevertheless, it succeeded in inflicting more harm to itself than to Russia).

I would like to address first of all the change in Russia’s foreign trade flows and their volumes; the impact of militarization on the economic dynamics (both through the extended funding of the military industry and through dispersing money to soldiers and their relatives); the sources of financial stability; the overall mood of the Russian society after the presidential elections and the Crocus City terrorist attack.

My general conclusion would be that Russia may keep its economy running, and even grow, for years (as it may continue with its war efforts) but Russia’s economy is unable to be modernized and developed as the changing composition of trade and investment partners excludes any chance for a significant technology transfer that has been crucial for the rise of the Russian economy in the last quarter century. The Kremlin may deprive the Western investors of their property but cannot create new mechanisms for technological development.

Some texts that might reflect my views on the matter can be found here:

https://www.monde-diplomatique.fr/2010/10/INOZEMTSEV/19776

https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2013-4-page-157.htm?ref=doi (copy attached)

https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/ifri_inozemstev_exode_juillet_2023.pdf

https://www.ifri.org/en/publications/politique-etrangere/articles-de-politique-etrangere/war-ukraine-how-does-russian (copy attached)

Bios:

Ruben Enikolopov is an ICREA Research Professor at UPF and Barcelona Institute of Political Economy and Governance and a visiting professor at the New Economic School. He is also a Research Fellow at CEPR and a Research Affiliate at the IGC. His research interests include political economy, the economics of mass media, and development economics, with a special focus on the political effects of social media. He has published in American Economic Review, Quarterly Journal of Economics, Review of Economic Studies, Econometrica, Proceedings of National Academy of Science, etc. He is aCo-Editor of the Journal of Comparative Economics and a member of the Editorial Boards of the Review of Economic Studies and Journal of European Economic Association.

Dr. Vladislav Inozemtsev is a Russian economist and political scientist, focusing on global economic issues, development of the knowledge economy in the West and modernization of the Third World nations, with special reference to Russia’s history and current policies. He founded the Center for Post-Industrial Studies in Moscow in 1996 and has been its Director ever since, combining this activity with teaching at Moscow State University and the Higher School of Economics and numerous fellowships held in the US (Johns Hopkins University and CSIS) and Europe (DGAP in Berlin, Institute of Human Sciences in Vienna and Warsaw Institute of Advanced Studies, among many others). Dr. Inozemtsev served as an advisor to the Commission on Modernization of the Russian Economy under President Dmitry Medvedev in 2009-2011, as the chief aide to Mikhail Prokhorov’s presidential bid in 2012, and as a member of Russia’s ‘Open Government’ in 2013-2014. He left Russia after the start of the war with Ukraine in 2014 and lives in Washington. Dr. Inozemtsev has authored more than 20 books and is a columnist for the Neue Zürcher Zeitung, NRC Handelsblad, The Independent, Gazeta Wyborcza and La Razon.

Dr. Vladislav Inozemtsev est un économiste et politologue russe qui se concentre sur les questions économiques mondiales, le développement de l’économie de la connaissance en Occident et la modernisation des pays du tiers monde, avec une référence particulière à l’histoire et aux politiques actuelles de la Russie. Il a fondé le Centre d’études post-industrielles à Moscou en 1996 et en est depuis lors le directeur, combinant cette activité avec l’enseignement à l’Université d’État de Moscou et à l’École supérieure d’économie et de nombreuses bourses accordées aux États-Unis (Université Johns Hopkins et CSIS) et en Europe (DGAP à Berlin, Institut des sciences humaines de Vienne et Institut des hautes études de Varsovie, entre autres). Le Dr Inozemtsev a été conseiller auprès de la Commission sur la modernisation de l’économie russe sous le président Dimitri Medvedev de 2009 à 2011, conseiller principal de la candidature présidentielle de Mikhaïl Prokhorov en 2012 et membre du «gouvernement ouvert» de Russie en 2013-2014. Il a quitté la Russie après le début de sa guerre contre l’Ukraine en 2014 et vit à Washington. Dr. Inozemtsev est l’auteur de plus de 20 livres et est un chroniqueur pour Neue Zürcher Zeitung, NRC Handelsblad, The Independent, Gazeta Wyborcza et La Razon.

 

Bien cordialement / Best regards,

Julien


— Julien Vercueil Inalco Vice-président Valorisation et Responsabilité environnementale Vice-President for Valorization and Environmental Responsibility BRICs Seminar, Régulation Review

Announcement of the next session of the BRICs Seminar (March, 20th) : Sudip Chaudhuri on Industrial Policy in Developing Countries (Africa, India, Bangladesh)

The next session of our BRICs Seminar will be held – online – on March 20th, 6:00 PM Paris Time. Link to the webinar: https://zoom.us/j/96809736204

We will receive:

Sudip Chaudhuri (Indian Institute of Management of Kolkata)

On the following topic:

Revisiting the Question of Local Production of Medical Products
in Developing Countries in the light of COVID-19 Pandemic

Abstract:

Import-dependent developing countries suffered tremendously during the COVID-19 pandemic because of the inability to secure international supplies of vaccines. The importance of diversifying production is now acknowledged both nationally and internationally. The presentation will critically review the initiatives underway to develop the vaccine and pharmaceutical industries with special reference to African countries which have been among the worst affected during the pandemic.

Despite intense deliberations and negotiations in different international forums, attempts to remove intellectual property barriers to facilitate the manufacturing of medical products in developing countries have not yet succeeded. While these efforts need to continue, it is also essential for developing countries to take proactive steps for developing manufacturing capacities. The elimination of IP barriers does not automatically lead to the creation of such capacities. The abolition of product patent protection in India and Bangladesh, for example,
has contributed to the development of pharmaceutical industries in these countries. In both the
countries specific steps were taken before the abolition which empowered the local firms to
take advantage of an environment free of patent restrictions.

Notable progress has been made in creating capacities for vaccine manufacturing in Africa. But
despite a long history of vaccine and pharmaceutical manufacturing and in spite of some
incentives that have been put in place to support the industry in several African countries, the
overall impact has been disappointing in the past. But the post COVID-19 environment is quite
different from the past. It is important to understand the constraints under which the African
countries operate and also appreciate the changes in the environment that have emerged for
sustainable development of the industry.

Here is the link to Sudip’s Paper : Paper-Sudip-Industrial-policy-Covid-19-Dec-2023

About the Author:

Professor Sudip Chaudhuri is a Retired Professor of Economics, Indian Institute of Management Calcutta. He is an Indian national and currently lives in Kolkata, India.

His research interests include intellectual property regime, pharmaceutical industry, industrialization and economic development in developing countries. He has published widely including a book on WTO and India’s Pharmaceuticals Industry: Patent Protection, TRIPS and Developing Countries, Oxford University Press.

He has done commissioned studies for various organizations including the World Health Organization, Geneva, United Nation Development Programme, New York, United Nations Industrial Development Organization, Vienna, the South Centre, Geneva, the Reserve Bank of India and the Government of India.

He has participated in policy dialogues in different forums in different countries and covered diverse topics such as R&D and innovation, industrial policies, price policies and product patent regimes. Promoting local production of pharmaceutical products in developing countries has been one of the major areas of his recent research. He has written several papers/reports on policies and strategies in general and also specifically on the history and experiences relating to the pharmaceutical industry in Bangladesh, India, Ghana and Tanzania.

Annonce de la séance du 6 mars 2024 : Flavia Fabiano sur les normes environnementales chinoises en Asie du Sud-Est

La prochaine séance du Séminaire BRICS aura lieu mercredi 6 mars 2024 à 18h (en ligne).
Elle recevra :
Flavia Fabiano
(CIRAD)

Sur le thème :

” China reshaping green value chain initiatives:
between global and Southern standards”
 
Lien vers la séance :
https://zoom.us/j/96740226683

Présentation de la séance :

L’essor de la Chine représente un changement tectonique dans l’économie mondiale et dans les normes et les institutions qui la régissent. Un exemple concerne les standards transnationaux volontaires de durabilité (TVSS). Alors que le revenu moyen chinois augmente et que l’État chinois renforce son engagement dans la promotion de la durabilité, un débat croissant porte sur la montée en puissance de la Chine comme entravant ou favorisant le TVSS. Cette intervention vise à démêler cette controverse, en apportant un éclairage sur le changement institutionnel et la promotion de la durabilité dans un monde de plus en plus multipolaire.

On s’appuie ici sur l’étude de cas de l’huile de palme à travers la norme RSPO (Table Ronde pour une Huile de Palme Durable) : on commence par interroger la dynamique de diffusion de RSPO en Chine, puis, avec un focus sur les acteurs privés, le rôle de la montée de la Chine sur l’évolution de la structure de la chaîne de valeur de l’huile de palme et de ses entreprises leaders est abordé. Enfin, sera étudiée la manière dont l’État central chinois aborde plus largement les initiatives de chaînes de valeur durables au sein de ses stratégies de relations internationales. 

 

Flavia Fabiano est chercheuse en économie politique internationale au CIRAD. Ses travaux portent sur l’évolution des marchés internationaux agricoles et les normes locales et internationales de gouvernance de la durabilité, avec une attention spécifique sur la monté du commerce Sud-Sud et des dynamiques multipolaires de l’économie globale.

Elle a récemment soutenu à Montpellier une thèse de doctorat concernant la montée en puissance de la Chine et l’évolution de normes transnationales de promotion de la durabilité (TVSS), une recherche ayant comporté des études de terrain en Chine et en Malaisie. 

Texte d’appui à la séance : Flavia Fabiano & Benoit Daviron (2023): China reshaping green value chain initiatives: between global and Southern standards, Third World Quarterly.

Annonce de la séance du 7 février : Stéphane Grumbach sur la course à l’IA entre Chine et États-Unis

La prochaine séance du séminaire BRICs (Inalco-CREE, UPC, FMSH) se tiendra mercredi 7 février 2024 à 18h, intégralement en ligne – lien : https://zoom.us/j/91572680488

Elle recevra :

Stéphane Grumbach

(Directeur de recherches à l’Inria)

sur le thème :

La course pour l’intelligence artificielle, vers de nouvelles asymétries géopolitiques ?

Résumé :

Le déploiement de l’intelligence artificielle va transformer la manière dont nos sociétés traitent l’information et les connaissances, d’une part en démultipliant les capacités, et d’autre part en faisant émerger des systèmes autonomes prenant des décisions sans intervention humaine. Une telle transformation suscite les pires craintes et les plus grands espoirs.

Certains souhaiteraient mettre un terme à cette périlleuse aventure, mais c’est sans compter sur le moment historique de préparation à la guerre qui favorise toujours la technologie.

Je tenterai de donner quelques éclairages sur les potentialités des systèmes autonomes, comment ils changent le monde de la connaissance et de la décision, leur distribution sur la planète, et leur importance dans un secteur particulier : le conflit.

L’auteur :

Stéphane Grumbach, directeur de recherche à Inria, l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, est spécialiste des données. Il a travaillé sur des questions théoriques en informatique concernant le traitement des types complexes de données, telles que spatiales, statistiques, ainsi que biologiques, et conçu le premier algorithme de compression, Biocompress, pour les séquences d’ADN. Ses intérêts ont évolué vers des questions plus globales liées à l’impact des systèmes numériques sur la société, comme les implications géopolitiques, avec de nouveaux déséquilibres et asymétries entre les nations ; les visions contrastées promues dans différentes régions du monde, telles que l’Amérique du Nord, l’Asie orientale et l’Europe ; l’émergence d’une société de contrôle, alors que les sociétés humaines sont confrontées aux défis d’un environnement global plus contraint ; et plus généralement la contemporanéité de l’anthropocène et de la révolution numérique.

Il a rejoint l’IXXI, l’institut des systèmes complexes à l’ENS Lyon, en 2014, est affilié au projet GEODE sur la géopolitique de la datasphère, et travaille en collaboration avec l’Institut de recherche sur l’humanité et la nature, RIHN à Kyoto. Il enseigne l’économie numérique à SciencesPo Paris.

Il a été fortement impliqué dans les relations internationales, a passé huit ans en Chine, d’abord comme conseiller scientifique à l’ambassade de France, puis à l’Académie chinoise des sciences, où il a dirigé le laboratoire sino-européen, LIAMA.







Séance du 24 janvier : Thomas Lamarche, Robert Boyer, Elsa Lafaye de Micheaux, Julien Vercueil, Thibaud Deguilhem et Pascal Grouiez sur la Théorie de la Régulation, l’émergence et le développement

Séminaire BRICs exceptionnel

Mercredi 24 janvier 2024, 16h-19h

Inalco, Maison de la Recherche (2 rue de Lille Paris 7è), Auditorium Dumézil, et en ligne

(lien zoom : https://zoom.us/j/91925711737 – ID de réunion: 919 2571 1737)

La Théorie de la Régulation, l’émergence et le développement : un Nouvel État des Savoirs

Présentation de « La Théorie de la Régulation : un Nouvel État des Savoirs », un ouvrage coordonné par Robert Boyer, Jean-Pierre Chanteau, Agnès Labrousse et Thomas Lamarche (Dunod Éco Sup), 2023, 646 pages.  

Argument : les économies émergentes et en développement se transforment et affrontent des facteurs de crises majeures, véritables défis pour l’économie en tant que discipline :

  • l’urgence écologique est désormais une préoccupation vitale ;
  • les inégalités économiques et la précarisation sociale s’aggravent ;
  • l’inertie des inégalités de genre ou de race est frappante alors même que ces catégories sont des constructions socio-historiques souvent mal appréhendées par les économistes ;
  • les politiques néolibérales suscitent des contestations dont les formes se durcissent et l’intensité croît ;
  • la crise du Covid-19 interroge la hiérarchie dominante entre intérêts économiques et logiques de santé publique ;
  • les stratégies rentières et les impératifs géopolitiques, hier négligés au profit de la recherche de la performance économique dans la compétition internationale, font un brutal retour.

Comprendre comment de tels phénomènes interagissent, notamment dans les pays émergents et en développement et les articuler dans une matrice systémique est un trait saillant de l’approche régulationniste ; l’ouvrage « La Théorie de la Régulation. Un Nouvel État des Savoirs » en propose un état des lieux. Il entend aussi fournir des outils à une nouvelle génération de chercheurs en économie mais aussi en sociologie, sciences politiques ou géographie qui aspirent à maîtriser des concepts et des méthodes pour mener leurs recherches dans des domaines socioéconomiques variés. Enfin, la théorie de la régulation comme matrice intellectuelle se doit de faire le point sur ses acquis mais aussi ses impensés afin d’identifier de nouvelles perspectives par un effort conjoint d’auto-analyse, de mise en regard avec d’autres approches et, surtout, de confrontation au terrain, qui est l’épreuve de vérité de toute démarche scientifique…

Ces épreuves de vérité seront au cœur des présentations et débats de la prochaine séance du séminaire BRICS, qui aura lieu mercredi 24 janvier 2024 à la Maison de la Recherche de l’Inalco – attention à l’horaire exceptionnel : 16h-19h –, en présence et en ligne, et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Cette séance exceptionnelle sera ouverte par Jean-François Huchet, Président de l’Inalco.  

Programme [merci d’arriver 15 minutes en avance. En raison du plan Vigipirate, une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée de l’Inalco] :

16h : Introduction par Jean-François Huchet, Président de l’Inalco

Partie 1 : Cadrages (16h15-16h45)

Partie 2 : Illustrations (17h-17h45)

  • Pascal Grouiez (Université Paris Cité, Ladyss) : Les chaînes globales de valeur : une mise en perspective méso-régulationniste
  • Julien Vercueil (Inalco, CREE, Séminaire BRICs) : Régimes rentiers : unité, diversité et le cas russe (accéder à la présentation : JV régimes rentiers Séminaire BRICs)
  • Elsa Lafaye de Micheaux (Inalco, CASE, Séminaire BRICs) : Capitalismes du Sud Est Asiatique : le cas de la Malaisie (accéder à la présentation : Elsa BRICS 2024- public

Partie 3 : Ouvertures (18h-18h30)

Verre de l’amitié (18h30)

January, 10th Session: Karine Mazaryan on child marriage and income shocks

L’équipe du séminaire BRICS vous souhaite une belle année 2024 / The BRICS seminar team wishes you a happy new year.
 
La Séance BRICS-EPOG+ du 10/01/2024 de 18h30 à 20h30 fut organisée exceptionnellement à l’Université Paris Cité (campus Paris Rive Gauche), salle 418C à la Halle aux Farines et en ligne en suivant le lien zoom : https://u-paris.zoom.us/j/84138222079?pwd=Y3NZUlBQRkRNUzRZaE5xSEFIRkRNdz09 
 
 
Income shocks, bride price and child marriage in
Turkey
 
 
Karine Marazyan 
(Full Professor, Université de Rouen – LASTA) 
 
 
Résumé :
 
This paper investigates the impact of income shocks and bride price on early marriage in Turkey. Weather shocks provide an exogenous source of variation of household income through agricultural production. A decrease in rainfall observed over the 9 months period corresponding to the growing season is found to negatively affect both agricultural production and returns for the majority of crops and vegetables. Data on weather shocks are merged with individual and household level data from the Turkish Demographic and Health Surveys 1998 to 2013. The practice of bride-price, still vivid in many regions of the country, may provide incentives for parents to marry their daughter earlier, when faced with a negative income shock. In addition, marriages precipitated by negative income shocks may present specific features (endogamy, age and education difference between spouses). To study the role of payments to the bride’s parents, we interact our measure of shocks with a province-level indicator of a high prevalence of bride-price. We find that girls living in provinces with a high practice of bride-price and exposed to a negative income shocks when aged 12-14 (resp. 12-17) have a 28% (resp. 20%) higher probability to be married before the age of 15 (resp. 18). Such women are also more likely to give birth to their first child before 18 and for those who married religiously first, the civil ceremony is delayed by 2 months on average. Our results suggest that girl marriage still participates to household strategies aimed at mitigating negative income shocks in contemporary Turkey.

Anouncement of the next session (December 13th, 6:30 PM): Florent Bédécarrats, Isabelle Guérin and François Roubaud on a Critical perspective on Randomized Controlled Trials in the field of Development.

The next session of the BRICS seminar will be held jointly with EPOG+ on Wednesday, Décember 12th, starting exceptionnaly at 6:30 PM. It will be organized in an hybrid format – both online and in person, at Université Paris Cité (campus Paris Rive Gauche), salle 418C, bat. Halle aux Farines. You can also follow the conference online, by clicking on the following link: https://u-paris.zoom.us/j/83099515045?pwd=VGV1eFBrTVdEeUp2a2FTbUNsM01xZz09

We will welcome:

Florent Bédécarrats (USQV-IRD – UMI SOURCE)

Isabelle Guérin (IRD – CESSMA)

François Roubaud (IRD – DIAL)

On the following topic:

Randomized Controlled Trials in the Field of Development: a Critical Perspective
 

This presentation will introduce and put into perspective the book “Expérimentations aléatoires dans le champ du développement: une perspective critique”, which has just been published in French by IRD, following on from the English version already published by Oxford University Press. The book is available free of charge in electronic format in both languages (open access). It brings together contributions from specialists and practitioners from a variety of backgrounds and disciplines (economics, econometrics, mathematics, statistics, political economy, socio-economics, anthropology, philosophy, global health, epidemiology and medicine, evaluation) as well as policy-makers.
The presentation will be divided into three parts, summarised below.

1. Questioning the claimed superiority of experimental methods

The first part will build on the main thrusts of the introductory chapters of this book, proposed by Angus Deaton and the editors, to highlight the scientific and political need to question the place that randomised methods have acquired in the evaluation of development policies.

2. Weak validity of RCTs: the example of microcredit
The second part will return to the chapter prepared by the authors which reviews six RCTs conducted on microcredit in different countries and which were published in a special issue of a prestigious economics journal in 2015. Although this special issue is often regarded as the definitive conclusion of a long debate on the effectiveness of this type of financial service, our analysis shows that these studies in fact contain numerous flaws linked to the quality of the data on which they are based, the way in which they have been processed, disruptions to the evaluation protocols, the validity of their results, the interpretation made of them by their authors and the generalisations that have been drawn from them.

3. Opening the debate: multiple positions and perspectives
The third section will provide an overview of the contrasting arguments put forward by the contributors to the book, whether to demonstrate the advantages of the approach (Morduch, Ogden, Vivalt), to point out its methodological or epistemological limitations (Ravaillion, Pritchett, Heckman, Picciotto), or to illustrate its applications in public policy fields (Spears et al, Garchitorena et al.), or to question their symbolic and ethical motivations (Labrousse, Abramowicz and Szafarz).

 

Annonce de la séance du 22 novembre : Christophe Cordonnier sur les transformations économiques du Sud Caucase – le cas de la Géorgie

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 22 novembre 2024 à 18h, exclusivement en ligne (lien zoom ci-dessous).

Elle recevra : 

Christophe Cordonnier (Finexcoop Georgia)

Sur le thème :

Trajectoires économiques du Sud Caucase dans le contexte de la guerre en Ukraine : le cas de la Géorgie

[lien zoom : https://zoom.us/j/94520492668]

Présentation :

Christophe Cordonnier a étudié à la rue d’Ulm. Agrégé d’histoire en 1983, il a ensuite obtenu un doctorat d’histoire économique à l’EHESS en 1989, sa thèse étant consacrée à la stratégie chilienne de sortie de rente après la crise des années 30.

Dans sa carrière professionnelle, Christophe Cordonnier a été à la fois impliqué dans le monde académique (enseignant à l’université de Bordeaux, à la Sorbonne (IHEAL), au Collège interarmées de défense et depuis cette année à l’ICES) ; dans le secteur bancaire où il dirigeait à la fin des années 1990 le département de recherche économique sur les pays émergents de Crédit Agricole Indosuez ; et dans l’édition (publication de récits de voyage ethnographiques le plus souvent en co-édition avec l’UNESCO et réédition critique de textes fondateurs en sciences humaines, de l’œuvre d’Alexandre de Humboldt en particulier). Depuis le début de ce siècle, il court le monde, surtout les pays de l’ex-URSS, et travaille pour les grandes agences de développement en tant qu’expert en politiques économiques mais aussi et surtout en tant que spécialiste de questions agricoles et d’économie verte.

Christophe Cordonnier vit depuis 2019 en Géorgie où il dirige un projet de développement de l’AFD et de l’UE dans le secteur agricole et un autre projet de la DG Trésor avec le Sommet de l’Elevage dans le même champ d’activité. Son objectif dans les prochaines années est de consolider son exceptionnel réseau d’experts de terrain pour créer un solide pôle français de conseil en développement agricole et d’économie verte qui puisse être le pendant des grands acteurs européens du secteur, notamment en Allemagne.

 

Annonce de la séance du 8 novembre : Jean-Christophe Noël et Pierre Vallée sur la modernisation de l’armée de l’air chinoise

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 8 novembre 2024 à 18h en salle Sylvestre de Sacy (2, Rue de Lille, 75007 Paris – et en ligne, lien zoom au pied du mail).

Elle recevra : 

Jean Christophe Noël (IFRI) et Pierre Vallée (Université Jean Moulin Lyon III)

L’Armée de l’air chinoise : une arme au service d’une ambition

La séance sera animée et modérée par Jean-Paul Maréchal (Université Paris Saclay, Séminaire BRICS)

Présentation :

Vortex, revue semestrielle de réflexion de l’armée de l’Air et de l’Espace (AAE), vient de publier son cinquième numéro consacré à la puissance aérienne chinoise.

La Chine ne cache désormais plus son ambition de devenir la première puissance mondiale, en s’appuyant notamment sur une armée populaire de libération qui doit soutenir la concrétisation de ce « rêve chinois ». Dans ce cadre, l’analyse de l’armée de l’air chinoise (AAC) est très pertinente puisque son évolution suit l’affirmation des ambitions de puissance du régime. Alors qu’elle ne suscitait que peu d’intérêt de la part du pouvoir politique durant la Guerre froide, elle est l’objet d’un immense chantier depuis le début du siècle pour qu’elle soit capable de rivaliser avec les meilleures. Si cet objectif n’est pas encore atteint, l’AAC met dès à présent en service un large gamme d’appareils modernes (H-6 modernisés, J-20) et développe une véritable expertise dans certains domaines (drones).

Jean-Christophe Noël est chercheur associé au Centre des Etudes de Sécurité de l’Ifri. Ancien officier de l’armée de l’Air ayant mené une carrière de pilote de chasse, il a notamment été l’adjoint du chef de cabinet du chef d’état-major de l’armée de l’Air de 2006 à 2009, Military Fellow au Center for Strategic and International Studies à Washington DC en 2009 et expert chargé des affaires politico-militaires pendant cinq ans au Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du ministère des Affaires étrangères de 2012 à 2017. Il est actuellement rédacteur en chef de Vortex.

 

Pierre Vallée est doctorant en science politique à l’université Jean Moulin Lyon III. Ses recherches portent notamment sur l’adaptation de la politique de défense française – et plus spécifiquement de l’armée de l’Air et de l’Espace – aux coalitions depuis 1991. Il est également rattaché au CESA (Centre d’Etudes stratégiques aérospatiales – armée de l’Air et de l’Espace).

Vortex est accessible gratuitement en ligne en français https://www.calameo.com/cesa/books/006940288ae6edae3d1ea

et en anglais : https://www.calameo.com/cesa/books/006940288b84632feacc2

  Lien zoom : https://zoom.us/j/97548287861

ID de réunion: 975 4828 7861

Annonce de la séance BRICS du 18 octobre : Jean-François Ponsot sur dollarisation/dédollarisation et émergents

La prochaine séance du séminaire BRICS (Inalco-CREE / UPC / EHESS / FMSH) se tiendra mercredi 18 octobre 2023 à 18h, Maison de la Recherche, 2 rue de Lille 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy – attention : carte d’étudiant, carte professionnelle ou pièce d’identité à présenter à l’entrée du bâtiment (et en ligne, lien zoom au pied du post). 

Elle recevra : 

Jean-François Ponsot,

Université de Grenoble-Alpes

Sur le thème :

Le dollar contesté ? Dollarisation et dédollarisation des émergents
 
Résumé :
 
La guerre en Ukraine et les sanctions financières américaines constituent-elles un point de basculement du système monétaire international fatal à l’hégémonie du dollar ? Les initiatives récentes des Brics visant à dédollariser les relations monétaires et financières internationales ont de toute évidence catalysé la contestation du rôle pivot joué par le dollar américain et la nécessité de bâtir un ordre monétaire alternatif. Mais cela signifie-t-il pour autant la fin de la suprématie du dollar ?

Deux niveaux de dollarisation méritent d’être distingués. Le premier niveau concerne les régimes monétaires domestiques, c’est-à-dire les cas d’économies émergentes et en développement dans lesquels le dollar est utilisé en interne comme substitut à la monnaie nationale. Les cas de l’Equateur (dollarisation intégrale), du Cambodge et du Congo RDC (dollarisation partielle) montrent que les actions visant à éliminer le dollar sont globalement peu efficaces. Par ailleurs, le choix de la dollarisation est actuellement étudié par l’Argentine et le Liban. 

Le second niveau de dollarisation concerne le régime monétaire international, centré sur le dollar. Là-encore, la dédollarisation est confrontée à des écueils importants. D’une part les velléités des émergents visant à se passer du dollar comme monnaie de réserve, de paiement, et d’endettement,  ne sont pas nouvelles. D’autre part, si les Brics ont réussi à activer certains instruments alternatifs détachés du dollar, ceux-ci ne constituent pas, pour l’instant, un ensemble solide et cohérent. Les projets de réforme et intérêts globaux des Brics sont souvent divergents et le potentiel leadership monétaire et financier de la Chine autour d’un yuan international ne fait pas consensus. Enfin, l’inertie du statut de monnaie internationale dominante ne doit pas être négligée : les conventions et effets de réseaux qui y sont associés résistent, et la convertibilité/ liquidité du dollar n’a pour l’instant pas d’équivalent.

La dédollarisation à l’œuvre induit certes une érosion du dollar international, mais à court terme l’offensive des émergents est-elle en mesure de le détrôner ? A plus long terme, la fragmentation monétaire qu’elle induit est-elle de nature à faire émerger un nouveau régime monétaire internationale plus stable et équilibré ?
 
Ci-dessous un lien vers le pdf de la présentation
 
 
L’intervenant :
 
Jean-François Ponsot est professeur des universités en sciences économiques à l’Université Grenoble Alpes et chercheur au laboratoire Pacte. Ses recherches portent sur l’économie politique de la monnaie, les financements innovants du développement et la théorie keynésienne. Il a été consultant pour le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies et la Banque centrale de l’Equateur sur le régionalisme monétaire et la dollarisation.
Lien zoom :
https://zoom.us/j/97056402723

Annonce de la séance inaugurale de la saison 2023-2024 (4/10/2023, 18h) : Zhigang Yuan sur les grands défis actuels de l’économie chinoise

Les activités du séminaire BRICs reprennent en octobre.

La séance inaugurale se tiendra mercredi 4 octobre à 18h, à la Maison de la Recherche de l’Inalco (2, Rue de Lille, Métro Saint Germain des Prés, salon Borel – 1er étage).

Pour cette séance inaugurale, nous aurons le plaisir de recevoir le professeur Yuan Zhigang, de l’Université de Fudan (Shanghai) ,

sur le thème suivant :

Les grands défis de l’économie chinoise

La séance aura lieu en français (diaporama en anglais), en hybride (présentiel et distanciel simultanés, lien zoom au pied de l’article)

Résumé :

China’s economy with a population of more than one billion has experienced rapid growth for more than 40 years, which is a miracle of mankind.

However, since the global financial crisis in 2008, China’s economy has experienced violent fluctuations, which are due to the lack of long-term growth momentum on the supply side (slow technological progress and lagging market-oriented reform); There are also reasons for insufficient global demand and domestic demand.

  • China’s economy is facing two long-term challenges : (1) China’s demographic dividend is weakened; (2) China’s industrial structure is transferred and upgraded.
  • China’s economy must also address short term challenges : (1)Insufficient aggregate demand. Since the beginning of 2023, external demand, real estate and infrastructure investment have been sluggish. At the same time, China residents have a high propensity to save and low consumption ; (2)The recession crisis of real estate and balance sheet. In recent years, the government has strictly controlled the real estate market from the supply side and the demand side.

The presentation will tackle both short term and long term challenges.

L’intervenant :

Prof. Yuan obtained his PhD in economics from the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales in 1993. He used to be dean of the School of Economics at Fudan University (2004-2015). In 2006 and 2007, he was honored as the Changjiang Scholar and National Outstanding Teacher by the Ministry of Education of the PRC respectively. Besides, he is also director of the Employment and Social Security Research Center at Fudan University, director of Academic Committee in Faculty of Economics and Management at East China Normal University, vice president of the Shanghai Economist Society (2008-2017).

Professor Yuan has been dedicated to research on disequilibrium economics and its application in China. His PhD dissertation was supervised by Prof. Jean-Pascal Benassy and in 1994 Prof. Yuan published his debut work Non-Walrasian Equilibrium Theory and Its Application to China’s Economy, which was republished in 1997 and in the same year won Sun Yefang Prize, the supreme award in economics in China.

Professor Yuan’s research interests are macroeconomic issues covering employment, social security and social insurance for old people, household consumption, financial reform and real estate. Until now, he has published over 150 papers and 20 books. Furthermore, he has been in charge of a variety of national research projects, including key or major ones funded by the Ministry of Education and the National Social Science Foundation. For his research work he has received over 20 provincial and national awards such as the Shanghai Award for Outstanding Research in Philosophy and Social Sciences and the Ministry of Education Award for Research Achievements in Humanities and Social Sciences. His 2010 book, Equilibrium and Disequilibrium: China’s Macro Economy and Its Transition, is one of the seven economics books in the first edition of National Achievements Library of Philosophy and Social Sciences. His research work is also included in The Collection of Books by the Top 100 Economists Who Have Contributed Tremendously to the PRC’s Economy, published on the 60th anniversary of the founding of the PRC and edited by Economic Research Journal, a top Chinese economics journal.

Séance en hybride : 2 rue de Lille et distanciel / lien zoom : https://zoom.us/j/95152358712

ID de réunion: 951 5235 8712

 

 

 

Annonce de la séance du 7 juin : Nowmay Opalinsky sur la donnée comme ressource stratégique pour la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs (Inalco, UPC, FMSH) aura lieu à la maison de la recherche de l’Inalco (2, rue de Lille, 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy), mercredi 7 juin à 18h.

Elle recevra :

Nowmay Opalinsky

IFG, Université Paris 8

Sur le thème suivant :

La donnée comme ressource stratégique pour l’économie chinoise :

la fabrique du territoire chinois au prisme des infrastructures numériques

Depuis mars 2020, la donnée est considérée en Chine comme un facteur de production au même titre que le terrain, la force de travail, le capital et la technologie, et doit donc être prise en compte dans le « système d’allocation territorial » . Cette conception de la donnée en tant que « ressource » irrigue désormais les politiques d’aménagement du territoire des gouvernements provinciaux et municipaux, et oriente également la stratégie des entreprises chinoises à l’international. La donnée est comprise à la fois comme une ressource économique à exploiter – notamment dans la course acharnée à l’intelligence artificielle (IA) à laquelle se livrent Washington et Pékin -, et un enjeu de sécurité majeur à protéger de potentielles captations adverses.


L’objectif de cette intervention est de présenter en quoi cette représentation de la donnée numérique comme « ressource », influence l’aménagement du territoire chinois à l’intersection des dynamiques de développement internes et des interactions avec les pays voisins de la Chine. Nous verrons que si elle semble novatrice, cette conception de la donnée en tant que ressource de base s’inscrit néanmoins dans la continuité de l’héritage des politiques de planification chinoises. Résolument ancrée dans l’analyse géopolitique telle que menée à l’Institut Français de Géopolitique (IFG), cette présentation propose de varier les échelles d’analyse nationale, régionale puis globale afin de proposer une lecture géographique des « routes de la soie numériques ».

I. Organiser la production, l’hébergement et le traitement des données numériques sur le territoire chinois : le nouvel objectif des gouvernements provinciaux

Après avoir laissé le champ libre aux entreprises dans la construction des infrastructures nécessaires à l’acheminement, à l’hébergement et au traitement des données, le Parti Communiste Chinois (PCC) décide désormais de « planifier scientifiquement » (科学布局) ces flux de données selon le principe « East Data, West Computing (东数西算) ». Pékin tente de pallier la surconcentration des ressources numériques (centres de données, points d’échange Internet, dorsales de fibre optique etc.) par un rééquilibrage des capacités d’hébergement et de traitement de données vers les provinces de l’Ouest. Ce principe planificateur s’inscrit à la suite de plans de développement antérieurs dans le domaine énergétique notamment le plan « West Electricity, East Delivery (西电东送) ».
Nous étudierons ici comment les entités provinciales et municipales mobilisent leurs ressources afin d’attirer les investissements des entreprises d’Etat (opérateurs de télécommunications) et les entreprises privées (Huawei, Alibaba, Inspur) sur leurs territoires en créant des zones dédiées à l’industrie numérique.

II. La création de « ports-informationnels » aux frontières de la Chine : le cas d’étude du Guangxi

Dans les provinces frontalières cet aménagement numérique du territoire est doublé d’un focus spécifique sur les flux de données transfrontaliers et sur la création de plateformes d’échange de données et de zones industrielles spécifiques consacrées à l’industrie numérique : les « ports informationnels » (信息港). Deux exemples émergent au Xinjiang et au Guangxi. Précurseur, le port informationnel du Guangxi, frontalier du Vietnam, marque la volonté de cette province de tirer parti de sa localisation aux portes de l’Asie du Sud-Est, afin de devenir une base arrière des entreprises chinoises du numérique sur ces marchés.
Nous explorerons ici l’articulation entre la réforme de l’architecture du réseau Internet du Guangxi et la construction de zones d’activités liées à l’hébergement et au traitement de données en provenance des pays de l’ASEAN et de la baie de Hong-Kong dans la ville Nanning et ses alentours.

III. Les routes de la soie numériques : vers une sécurisation des flux de données des entités chinoises à l’étranger

Enfin, à l’extérieur des frontières chinoises les opérateurs d’Etat chinois s’affairent à étendre les canaux de connectivité de la Chine – principalement des câbles fibre optique sous-marins et terrestres – afin de réduire leur dépendance aux opérateurs de transit américains. Ce phénomène, communément désigné sous le label des « Nouvelles routes de la soie » est toutefois antérieur au lancement de la BRI en 2013 et figure dans les directives du Ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information (MIIT) depuis le début des années 2010. L’objectif pour Pékin est alors d’accroître les points de connexions internationaux de la Chine tous azimuts afin de renforcer la résilience du réseau Internet chinois en cas de rupture sur l’un des câbles sous-marins. Certains points de connexions pourraient également permettre à la Chine de sécuriser ses communications, notamment les flux de données transitant entre les sièges de ses entreprises et les filiales situées à l’étranger.


Nous nous appuierons ici sur le travail de cartographie des canaux de connectivité internationale déployés par la Chine mené par l’auteur ainsi que sur ses enquêtes de terrain au Pakistan, où un corridor numérique sino-pakistanais est en train d’être constitué.

L’intervenant

Nowmay Opalinsky est doctorant en géographie à l’Institut Français de Géopolitique (IFG) (Université Paris 8) sous la direction d’Isabelle Saint-Mézard et Frédérick Douzet. Il est associé au projet GEODE (Géopolitique de la Datasphère). Sinisant, il a étudié à l’Université des Langues et des Cultures de Pékin (北京语言大学). Il est également affilié à la Lahore University of Management Sciences (LUMS), où il participe au projet de recherche EPIC (Exploring Pakistan’s Internet Connectivity). 

Références bibliographiques

China Academy of Information and Communications Technology (CAICT), « Livre blanc sur l’interconnexion internationale des câbles à fibre-optique en Chine – 2018 (中国国际光缆互联互通白皮书 (2018年)) », 2018.
Douzet Frédérick, « Du cyberespace à la datasphère. Enjeux stratégiques de la révolution numérique. », Hérodote, 2-3 (177-178), p.3-15.
Du Yueying, « Le flux de données et le flux de la gouvernance – il est urgent de renforcer la gouvernance internationale de l’Internet (数据流就是治理流——互联网国际治理效力亟待深化) », China Development Observer (中国发展观察), 2018, n°15, p.26-27.
Gorman Lyndsay, « China’s data ambitions, strategy, emerging technologies and implications for democracies », National Bureau of Asian Research, 2021, https://www.nbr.org/publication/chinas-data-ambitions-strategy-emerging-technologies-and-implications-for-democracies/, consulté le 5 janvier 2023.
Groenewegen-Lau Jeoren, « Oceans of data lift all boats: China’s data centers move west », MERICS, 2022, https://merics.org/en/short-analysis/oceans-data-lift-all-boats-chinas-data-centers-move-west, consulté le 5 janvier 2023.
Hong Shen, « Building a digital silk road? Situating the Internet in China’s Belt and Road Initiative », International Journal of Communication, n°12, 2663-2701.
Opalinski Nowmay, Douzet Frédérick, « A la conquête de la datasphère : les routes de la soie numériques de la Chine », in Lasserre F., Mottet E., Courmont B. (dir.), A la croisée des nouvelles routes de la soie : coopérations et frictions, Presses de l’Université du Québec, 2022, p.117-130.
Pan Darcy, « Storing data on the margins: making state and infrastructure in Southwest China », Information, Communication & Society, 25 :16, 2412-2426.
Roberts Huw et al., « The Chinese approach to artificial intelligence: An analysis of policy, ethics and regulation » , AI & Society, 36(77), p.36-59.

La séance se tenant en mode hybride, le lien vous sera communiqué ultérieurement.

 

Annonce de la séance du 24 mai : Thibaud Deguilhem, Jean-Philippe Berrou et Alain Piveteau sur la fabrique des politiques publiques en Afrique subsaharienne et Madagascar

La prochaine séance du séminaire BRICS (Inalco CREE – FMSH – UPC) se tiendra mercredi 24 mai à 18h à la maison de la recherche de l’Inalco, au 2 rue de Lille, Salle Sylvestre de Sacy.

Elle recevra :
 
Jean-Philippe BERROU – LAM, UMR 5115 – Sciences Po Bordeaux
 
Thibaud DEGUILHEM – LADYSS, UMR 7533 & IFEA, UMIFRE 17 – Université Paris Cité
 
Alain PIVETEAU – LAM, UMR 5115 – IRD/Sciences Po Bordeaux

Sur le thème :

Qui fabrique l’action publique en Afrique ?

L’importance des coalitions transnationales dans l’élaboration des politiques publiques 
 

Résumé : Cette séance propose un retour réflexif à partir de projets menés en Afrique Sub-Saharienne (ASS) et structurant une approche originale à l’intersection de l’économie, la science politique et la sociologie, associant analyse des réseaux politiques et caractérisation des coalitions de causes.
 
A partir des cas de la politique nationale de protection sociale à Madagascar et du dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires au Niger, il s’agit d’interroger la gouvernance dans la fabrication de l’action publique et la forme du compromis politique multi-acteurs qui sous-tend l’élaboration de politiques publiques cruciales dans le champ du développement.
 
S’il est bien établi que les différents acteurs politiques n’agissent jamais seuls dans un processus politique, observer les coalitions qui se forment est alors essentiel pour comprendre quels acteurs font quoi et comment sur l’action publique en train de se faire. Mais de quelle coalition d’acteurs s’agit-il, dans un contexte où les conditions économiques et institutionnelles de mise en œuvre d’une telle politique ne semblent pas réunies actuellement (État « en faillite », déclin des capacités économiques, structure de l’emploi marquée par l’informalité, etc. ) ?
 
Les coalitions transnationales jouent ici un rôle important dans la formulation du problème, l’identification des solutions et la diffusion des idées. Cette présentation offre une analyse détaillée des relations entre acteurs nationaux, internationaux et transnationaux, des mécanismes de coordination entre eux et des réseaux et/ou coalitions qu’ils forment au cours du processus politique.
 
L’approche de la politique publique est résolument constructiviste. Menée en termes de gouvernance transnationale, elle permet de complexifier les considérants d’économie politique qui réduisent la domination internationale à un jeu unilatéral de pressions et d’incitations externes d’acteurs globaux. Ici, la domination est le produit d’alliances transnationales parfois inattendues entre une diversité d’acteurs, nationaux et internationaux, privés et publics.”