Annonce de la séance du 27 octobre : Zhao Wei et Joël Ruet sur le modèle de croissance chinois

La séance 3 du séminaire BRICs et économies émergentes (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu le mercredi 27 octobre 2021 à 18h, Maison de la recherche de l’INALCO, Salle Sylvestre de Sacy, 2.05. Elle se tiendra en mode hybride.
 
 
 
Elle recevra

Wei Zhao (ESSCA School of Management)
et Joël Ruet ( CNRS –  Institut interdisciplinaire de l’innovation – Ecole Polytechnique )

« Le modèle de croissance chinois post covid, une approche en termes de régulation »

Le lien d’inscription est : http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-3

Résumé / Abstract :

Combining some theoretical perspectives of economic development stages, a capital accumulation regime with Chinese characteristics and a techno-economic paradigm, our presentation tries to explain how the Chinese growth miracle reached the edge of crisis after 2008. It argues that for 30 years, the ‘visible hand’ managing the Chinese economy has progressively shifted from local governments’ initiatives and experiments to central government’s macro policy supplemented with industrial economics tools.

This brought China’s growth from the factor-driven to the investment-driven stage, and progressively decoupled the financial system from China’s local, dominant, accumulation regime, directing finance into a technological accumulation regime.

The Chinese central government attempts three macroeconomic approaches with which to readdress the growth pattern: rebalancing; supply-side reform; and innovation-driven development. The Belt and Road Initiative is an attempt to domestically recouple backward to coastal provinces, trade and investment to economic diversification, and to upgrade provinces.

The current Chinese growth model is composed of different capital accumulation regimes: export, domestic infrastructure investment, financial market liberalisation, e-commerce platform economy, all based on the manufacturing economy built up over the last 40 years. China needs upgrading its manufacturing economy to an innovation level and build a new capital accumulation regime based upon it. The recent economic events in China such as digital platform sector regulation, real estate debt crisis, and power cut, etc. shall be understood within such a macro framework.
 
Ci-contre vous pouvez télécharger le pdf de la présentation : Le modèle de croissance chinois post covid
 

Annonce de la prochaine séance du séminaire BRICs / Next session of the BRICs Seminar : Javier Mejia sur les réseaux historiques d’entrepreneurs en Colombie / Social Networks and Entrepreneurship in Colombia

La deuxième séance du séminaire BRICs et économies émergentes (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu mercredi 20 octobre 2021 à 18h, heure de Paris. Elle se tiendra intégralement en ligne, en anglais.

/

The Second session of our BRICs Seminar (Inalco CREE – FMSH – UdP – EHESS) will be held Wednesday, October 20th, 6 PM (Paris Time). It will be held online (language: English)

Elle recevra /

We will be hosting:

Javier Mejia (Standford University)

Title: “Social Networks and Entrepreneurship.

Evidence from the Antioquian Industrialization”

Javier Mejia (https://javiermejia.mystrikingly.com/) holds a PhD in Economics.

He is currently a Postdoctoral Research Fellow at the Political Science Department of Stanford University.

Registration link / lien d’inscription au séminaire :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-2

This paper explores the relationship between social networks and entrepreneurship by constructing a dynamic social network from archival records. The network corresponds to the elite of a society in transition to modernity, late 19th- and early 20th-century Antioquia (Colombia).

I exploit the timing of unexpected deaths as a source of exogenous variation of individuals’ network position. I find that individuals better connected at a global level (i.e. more important as bridges in the entire network) were more involved in entrepreneurship. However, I do not find individuals better locally connected (i.e. with a denser immediate network) to be more involved in entrepreneurship. I provide quantitative evidence on the performance of the firms and narratives on the behavior of the entrepreneurs who created them to indicate that these results can be explained by the requirement of complementary resources that entrepreneurship had. These resources were spread out in society and markets worked poorly enough to canalize them to entrepreneurs. Thus, networks operated as substitutes for markets in the acquisition of resources. Hence, this paper highlights how individuals with network positions that favor the combination of a broad set of resources can have a comparative advantage in entrepreneurship.”

Très prochainement le lien d’inscription à cette séance sera disponible ici.

Annonce de la séance d’ouverture du séminaire BRICs (06 octobre, 18h) : Jean-Joseph Boillot, “Utopies made in monde. Le sage et l’économiste”.

La séance d’ouverture du séminaire BRICs et économies émergentes (INALCO CREE – FMSH – UdP – EHESS) aura lieu le 6 octobre 2021 à la Maison de la Recherche, 2 Rue de Lille 75007 Paris, Salle 2.05 (Sylvestre de Sacy).

Elle recevra :

Jean-Joseph Boillot

Pour la présentation de son ouvrage

“Utopies made in monde. Le sage et l’économiste”

Odile Jacob, 2021

La séance sera introduite par Jean-François Huchet, président de l’INALCO.

  • Présentation de la séance :

Comme l’écrit Bertrand Badie pour la géopolitique, il serait peut-être temps que les économistes fassent beaucoup plus de place aux « pays du sud » toujours relativement écartés tant du pilotage de l’économie mondiale que dans les sciences économiques où ils ont même perdu du poids depuis la chute du mur de Berlin.

Mais à quoi pensent-t-ils ? Comment pensent-t-ils ? Quelles sciences économiques produisent-ils ? C’est à ces questions que je me suis intéressé depuis la sortie du livre « Chindiafrique » en 2014. Cinq ans après, quelques réponses modestes sont apparues et le temps de la pandémie a été utilisé pour terminer le manuscrit d’Utopies made in monde » organisé autour de quatre grandes questions :

1/ Où en est le « progrès » à l’échelle mondiale et notamment du fossé entre pays riches et pays pauvres ? La fameuse grande convergence est -elle en route ? (l’exposé fera un point sur l’impact de la pandémie de covid-19 sur les pays Brics)

2/ Puisqu’il n’y a pas de futur ou d’avenir sans « utopie » au sens de quête d’un monde idéal ou tout du moins d’un monde meilleur, quelles utopies (et leurs modèles économiques implicites ou explicites) ont marqué les trois grands mondes du sud couverts dans leur histoire et encore aujourd’hui ? Y a-t-il vraiment de grandes différences avec le monde occidental ?

3/ Quelles sont les sagesses au sens de comportements prudents, équilibrés, mais aussi calculateurs, accumulées par ces mondes émergents, et leurs différences y compris par rapport avec le monde occidental ?

4/ Peut-on enfin mobiliser ces trois notions de Progrès, Utopie (idéal) et Sagesse (comportement stratégique) pour concevoir une économie sage qui rassemble dans une même démarche scientifique et des solutions pratiques pays développés et pays émergents ?

 

  • Jean-Joseph Boillot 

Jean-Joseph Boillot est chercheur associé à l’IRIS. Il est spécialiste de l’économie indienne ainsi que du monde émergent, et tout particulièrement du triangle Chine-Inde-Afrique vu comme pôle structurant de la nouvelle économie mondiale en formation.

Agrégé de sciences économiques et sociales et docteur en économie, il a notamment enseigné à l’École normale supérieure et travaillé sur l’Asie comme chercheur associé au CEPII dans le cadre d’une thèse de doctorat sur le modèle indien de développement.

Il a ensuite été conseiller financier pour le Trésor de 1991 à 2006 basé dans les grandes régions émergentes du monde dont les Peco, l’ex-URSS, le monde chinois et enfin le monde indien. Depuis son retour à Paris en 2006, il partage son temps entre des missions régulières dans les pays émergents et des activités de conseil pour des organismes publics et de grandes entreprises ainsi qu’au club du CEPII où il suit l’Inde et le monde émergent .

 

Présentation du séminaire BRICs 2021-2022 / Presentation of the 2021-2022 BRICs seminar

Présentation :

La pandémie de COVID 19 et ses conséquences ont bouleversé l’économie et la géopolitique mondiales en accentuant les tendances précédentes, qu’il s’agisse du développement du numérique, de la crise climatique ou des inégalités.

Le séminaire BRICS a suivi de près les enjeux liés à la santé publique depuis des années. Il s’agit pour l’année à venir d’adapter nos analyses aux multiples interactions en cours entre les crises sanitaire, climatique, socio-économique, et les recompositions géopolitiques qui les accompagnent, autour des rivalités de grandes puissances comme les USA, la Chine et son rapprochement avec la Russie.

En accordant une attention particulière aux études de terrain et aux études thématiques dans les grands émergents (Afrique, Amérique Latine, Inde) sans négliger la nécessité d’une réflexion théorique solide, le séminaire BRICs 2021-2022, en proposant à des collègues universitaires internationaux d’offrir leurs analyses à une discussion critique et collective, tentera de cerner les interactions complexes à l’oeuvre entre les multiples dimensions des turbulences actuellement traversées par les BRICs et les émergents. Il s’agira pour les intervenants non seulement d’établir un état des lieux raisonné mais aussi d’esquisser une analyse des tendances d’évolution dans les aires et pays étudiés.

Presentation :

The Covid-19 pandemic has overhauled the world economy and geopolitics. The pandemic and its consequences have also reinforced previous tendencies: digitalization, climatic crisis and income disparities.

For several years, the BRICs seminar has been closely following public health-related challenges in key emerging countries. For the year to come the analyses conveyed in the BRICs seminar will adapt to the interplay between sanitary, socio-economic, climatic crises and the geopolitical changes that are accompanying them around rivalry between great powers (USA, China and its rapprochement with Russia).

By paying a particular attention to field studies and thematic studies in major emerging countries (in Africa, Asia or Latin America), without neglecting theoretical approaches, the 2021-2022 BRICs seminar will aim at helping to decipher the trajectories of these countries, thanks to the contribution of international scholars who will share their view with the audience in an interactive and critical discussion.

We hope that the BRICs seminar will continue in the future to contribute to a more precise understanding of the current situation and economic, social and political perspectives of these regions and countries. .

Save the date / First session of the BRICs seminar : Wednesday, October 6th (6-8 PM, Paris Time, 2 Rue de Lille, 75007 Paris (2.05) : Jean-Joseph Boillot (in french) Made in World Utopias / Utopies made in Monde – Le sage et l’économiste. A propos de son livre / About his latest book “Utopie Made in Monde” (juin 2021, Odile Jacob)

0 a Couv_BOILLOT_UtopiesMadeMondev1

Annonce de la séance du 23 juin : Etienne Espagne, Michel Aglietta et Romain Svartzman sur l’écologie politique et les relations monétaires internationales

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 23 juin. 

Elle aura lieu simultanément en ligne et sur place, Maison de la Recherche de L’INALCO, 2 rue de Lille, 75007 Paris, Auditorium. Pour vous inscrire, cliquez sur le lien d’inscription à la séance ci-dessous :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-15

Elle recevra :

Romain Svartzman (University College of London), Etienne Espagne (AFD) et Michel Aglietta (CEPII)

Sur le thème : 

Vers une écologie politique des relations monétaires internationales. Les hérarchies monétaires et biophysiques. 

La séance se tiendra en français. Elle fera dialoguer deux présentations :

La première, proposée par Romain Svartzman, développera une approche d’économie politique des déséquilibres monétaires et financiers internationaux.

Résumé de l’intervention en anglais : the presentation develops a political ecology of global imbalances to explore how currency hierarchies are constituted and maintained through ecological hierarchies: monetary dominance depends upon the continuous and uneven flow of resources from Peripheral to Core countries. This connection between monetary and ecological
hierarchies is particularly visible through the Chimerica relationship, which
linked the international dominance of the US dollar to China’s coal-powered development.
While China is now transitioning away from its Peripheral status by seeking
to reconfigure currency and ecological hierarchies to support its own resourceintensive
growth, this trend also increases the likelihood of systemic ecological crises.
This suggests that the quest for a balanced and green IMS requires a dramatic
shift away from the Core-driven imperial modes of production, consumption
and living.

La deuxième présentation, proposée par Etienne Espagne et Michel Aglietta, s’appuiera sur un chapitre d’ouvrage récemment publié consacré à la question du prêteur international en dernier ressort vue sous l’angle de la lutte contre les transformations irréversibles de l’environnement.

International financial flows are nowadays a key determinant of the macro-dynamics of all types of economies. In the case of developing and emerging economies, the capacity to attract international financial flows from developed economies, or to protect themselves against sudden stops, determines the capacity to finance the investments required for a low-carbon transition or for adaptation strategies to climate change, or the possibility to avoid investments detrimental to the environment.

The international lender of last resort thus holds the ultimate position in this intricate network of liquidity provision, providing the means of payments for international transactions. However, this actor does not exist as an upperhand institution. It can only proceed from arrangements between central banks and other actors. Therefore, aligning financial flows with the objectives of the Paris Agreement implies that the institutions at the heart of the function of the international lender of last resort are aligned as well.

In the current context of recovery packages tied to the COVID19 crisis and the implementation of carbon neutrality horizons, the international lender of last resort emerges as a critical actor of political ecology.

 
Les intervenants :

Étienne Espagne est économiste de l’environnement et du développement à l’Agence Française de Développement et chercheur associé au CERDI. Ses programmes de recherche portent sur les impacts socio-économiques du changement climatique et sur les stratégies d’adaptation et d’atténuation mises en œuvre dans les pays émergents et en développement, notamment en Asie du Sud-Est. C’est le cas par exemple du programme GEMMES Vietnam ou du programme Facilité Inégalités dans les pays du Bas Mékong. Plus globalement, les travaux d’Étienne Espagne s’intéressent aux politiques financières visant une transition bas carbone et résiliente, qui ont suivi la signature de l’Accord de Paris.

Docteur en économie de l’environnement de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Étienne Espagne est également diplômé de l’école Mines ParisTech et de l’École d’économie de ParisIl a publié dans diverses revues académiques, sur des sujets liés au changement climatique et aux politiques énergétiques. Il enseigne régulièrement à l’Université Paris 1, à l’EHESS, à l’École Polytechnique et à l’ENSTA Paris. Avant de rejoindre l’AFD en 2017, il a travaillé pour le Centre d’études prospectives et d’information internationale (CEPII), France Stratégie et le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED).

Article en lien avec la présentation : Aglietta Espagne env.change.SMI_final 

 
Romain Svartzman est chercheur associé à l’Institute for Innovation and Public Purpose (IIPP – University College London, UCL). Son travail porte sur l’analyse des risques écologiques (principalement liés au changement climatique et à la perte de biodiversité) pour la stabilité financière, et leurs implications potentielles en termes de politiques prudentielles et monétaires. Il s’intéresse également aux liens entre l’évolution des institutions monétaires et des systèmes socio-écologiques, ainsi qu’à l’économie politique internationale de la transition écologique. 

Romain a obtenu sa thèse de doctorat en macroéoconomie écologique à l’Université de McGill (Canada). Il détient également un Master en finance de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po) et un diplôme en Economie et droit du changement climatique (FLACSO, Argentine). Il a par ailleurs travaillé dans le domaine des investissements ‘verts’ pour la Banque mondiale et en fonds d’investissement.  
 
Article en lien avec la présentation : Romain Svartzman & Jeffrey Althouse (2020) Greening the international monetary system? Not without addressing the political ecology of global imbalances, Review of International Political Economy, DOI: 10.1080/09692290.2020.1854326
 

Michel Aglietta est Professeur émérite de Sciences Economiques à Paris X Nanterre, Conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie. Il a été membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier ministre, de l’Institut Universitaire de France et du Haut Conseil des finances publiques. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité dont, tout récemment, “Capitalisme. Le temps des ruptures” (Odile Jacob, 2019), ouvrage qu’il a dirigé et qui comprend les contributions de Luc Arrondel, Gilles Dufrénot, Etienne Espagne, Anne Faivre, Yann Guy, André Masson, William Oman et Renaud du Tertre.

Annonce de la séance du 30 juin (après report) : Robert Boyer sur les trajectoires de développement post-covid

Publié le

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 30 juin 2021 à 18h (heure de Paris).

Elle recevra :

Robert Boyer

(Institut des Amériques, EHESS, Centre Cournot).

 Sur le thème :

“Les modes de développement post covid-19: analyse et propositions”

ci-dessous le lien d’inscription au séminaire en ligne :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021

Présentation :

Le virus surprend tant l’Amérique du Nord que les diverses sociétés latino-américaines, contrairement à l’Asie du Sud-Est et l’Afrique, origines de zoonoses dans un passé récent. Face au manque de connaissances sur ce nouveau virus, les responsables, sanitaires et politiques, doivent improviser.

Dans un premier temps, il est essentiel de dresser la liste des facteurs qui déterminent l’ampleur de l’épidémie et des outils mobilisés pour la combattre. Interviennent ainsi le degré d’exposition à la Covid-19,  la prise en compte ou non des leçons des précédentes épidémies en matière d’organisation de la santé publique, la précocité des décisions des pouvoirs publics. Ces facteurs interagissent avec les caractéristiques des sociétés en termes de densité des interactions sociales, d’acceptation de mesures de prévention par les populations, de production des biens de santé requis pour limiter la diffusion du virus comme des équipements permettant de traiter des cas graves, plus généralement de la résilience du système de santé en réponse à un surcroit de demande de soins. Outre la complexité  de ces processus, les responsables ont à arbitrer entre trois objectifs de santé publique, de maintien de l’activité économique tout en garantissant les libertés des citoyens.  Il n’est donc pas étonnant qu’une année après, coexistent des trajectoires  nationales, voire régionales et locales, très différents.

En comparaison internationale, l’Amérique Latine fait ressortir une position originale de la plupart des pays. La faiblesse de l’investissement en santé publique implique le recours à une plus grande dureté des mesures de confinement, difficiles à respecter compte tenu du rôle déterminant du travail informel dans la survie des plus défavorisés. Il ressort que les pertes de production donc de revenu sont d’autant plus élevées que le confinement est strict. Au demeurant la fragilité de la base fiscale, aggravée par la réduction de commerce mondial, ne permet pas un soutien suffisamment vigoureux du revenu des plus touchés par l’épidémie. Ce n’est pas le cas de l’Amérique du Nord car le gouvernement des Etats-Unis peut lancer de vastes plans de soutien au revenu des citoyens en s’endettant en leur propre monnaie, le dollar. En l’occurrence l’absence de reconnaissance du triangle d’impossibilité (santé, économie, liberté) conduit à une perte de contrôle de l’épidémie, une accentuation des inégalités sociales et régionales et une absence de récupération de l’économie. Cette approche transaméricaine de la Covid-19 fait ressortir l’accentuation de notables différenciations Nord/Sud mais aussi au sein de l’Amérique Latine : ni les taux de mortalité cumulée, ni les chutes de l’activité économique ne convergent. Menace commune mais divergence des sociétés, selon un mouvement déjà observé tout au long  du processus  de mondialisation.

Une mise en perspective historique suggère plus une accélération de tendances longues qu’une rupture marquant un infléchissement des trajectoires nationales. Le type d’urbanisation, les conditions de logement, l’informalité du travail et le caractère limité de la couverture sociale et sanitaire sont autant de facteurs qui ont pénalisé la plupart des pays d’Amérique Latine dans leur lutte contre la pandémie. Par contraste dans l’Asie du Sud Est, la Covid-19 incite à une poursuite de la constitution d’une couverture sociale et elle favorise une synergie entre avancées médicales et économie numérique, dans un contexte de retour à une  croissance soutenue. La pandémie met cruellement en évidence l’inégalité d’accès à la santé dans tous les pays, mais dans une moindre mesure pour   l’Union Européenne. Le contraste est frappant avec l’Amérique latine mais aussi les Etats-Unis : les pertes humaines de la Covid-19 s’inscrivent dans la continuité de la divergence des espérances de vie entre les plus riches et les laissés pour compte par la compétition internationale. De la même façon s’approfondit la séparation entre Etats forts capables de réagir à l’inattendu et les plus faibles dont l’impuissance suscite la colère  des oubliés du partage des dividendes de l’internationalisation.

Enfin la course aux vaccins rend manifeste une autre ligne de partage. D’un côté un petit nombre d’économies concentrent la quasi-totalité de la recherche scientifique, technique et médicale, ils se sont ainsi  dotés des moyens d’assurer à terme la sécurité sanitaire sur leur territoire, de l’autre la majorité des pays qui doivent compter sur une solidarité internationale défaillante  pour surmonter la pandémie. Or si les gouvernements n’entendent pas sacrifier la mobilité et les échanges internationaux, point de retour à une certaine prospérité économique sans une solution durable à la  crise sanitaire.

Un aggiornamento des stratégies et des politiques de développement peut se déduire de cette analyse. La reconnaissance de la sécurité sanitaire comme prémisse de l’activité économique incite à la constitution d’un réseau international de détection des zoonoses sous l’égide d’une Organisation Mondiale de la Santé aux pouvoirs et responsabilités, étendus jusqu’au financement et la distribution  des thérapies et vaccins.  Le  financement du développement devrait se concentrer sur l’éducation et la santé, pilier d’un mode de développement anthrpo-génétique, soit une inversion de la causalité entre croissance et dépenses publiques. Des crédits internationaux spécialement conçus, devraient permettre des politiques contra-cycliques, bloquées par l’impossibilité de s’endetter dans leur propre monnaie dans la plupart des pays qui luttent pour leur développement. Cette percée pourrait être étendue à la lutte contre le changement climatique, soit un mouvement  d’institutionnalisation d’une série de Communs mondiaux, à partir desquels pourront être recherchés différents modes de développement nationaux. 

 

Ci-dessous un texte d’appui à la séance qui couvre une partie de la présentation de mercredi :

CovidAmeriqueBoyer

 

L’intervenant :

Robert Boyer, économiste et ancien directeur de recherches au CNRS et à l’EHESS, est l’un des fondateurs et principaux auteurs de la théorie de la régulation. Il contribue régulièrement au séminaire BRICs. Robert Boyer a publié récemment “Les Capitalismes à l’épreuve de la pandémie” (La découverte, 2020).

Annonce de la séance du 19 mai : Philippe Aguignier sur l’État et l’innovation financière en Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs (INALCO – CREE – FMSH- Université de Paris) aura lieu mercredi 19 mai (18h heure de Paris).

Elle recevra :

 

Philippe Aguignier

(économiste, enseignant à l’INALCO & Sciences po).

 Sur le thème :

«  L’État et l’innovation financière en Chine» 

Ci-dessous le lien d’inscription à cette séance :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021

  • Résumé :

Le régulateur bancaire et la banque centrale, la Banque Populaire de Chine, ont longtemps cherché à encourager l’innovation dans le domaine des services financiers. Ils ont notamment toléré puis facilité l’apparition de nouveaux acteurs issus du monde du digital dans le domaine des services financiers, afin d’en accélérer la modernisation.

Les grands groupes du digital Chinois tels que Alibaba et Tencent ont utilisé cette opportunité pour prendre des positions importantes dans les services financiers, en s’appuyant notamment sur leurs bases considérables d’utilisateurs, et leur capacité à collecter et exploiter les données issues de ces bases.

L’influence acquise par ces grands groupes a fini par inquiéter les autorités, qui cherchent aujourd’hui à réduire la réduire, tout en mettant leur capacité d’innovation au service de l’Etat et du Parti. Cela se traduit entre autres par la multiplication récente des sanctions à l’égard du groupe Alibaba, et explique au moins partiellement certains aspects du projet de la banque centrale de création d’un Renminbi digital.

Cette présentation montrera comment les tensions entre ces groupes et les régulateurs se sont développées avant d’aboutir à la crise actuelle. Nous verrons aussi comment cette situation illustre les ambiguïtés et difficultés croissantes auxquelles le secteur privé est confronté en Chine.

  • L’intervenant :

Philippe Aguignier enseigne aujourd’hui l’économie chinoise à l’Inalco et à Sciences Po. Il avait  l’an dernier fait une présentation dans le cadre de ce séminaire BRICS sur les vulnérabilités du système bancaire chinois. Il a  travaillé trente-cinq ans au sein d’une banque internationale, dont vingt-cinq dans le monde chinois. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique, de l’ENSAE, et titulaire d’un doctorat en Etudes Extrême-Orientales de l’Université Paris 3, portant sur les finances locales et les disparités régionales en Chine après les réformes.

Textes d’appui : ci-dessous un article publié récemment par Philippe Aguignier sur Asyalist, qui porte sur les relations entre l’Etat-parti chinois et Jack Ma, fondateur d’Alibaba.

 
 
 
 
 

Annonce de la séance du 5 mai : Alexis Saludjian sur l’insertion des économies latino-américaines dans les chaînes globales de valeur

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 5 mai (18h heure de Paris). Elle recevra :
 
Alexis Saludjian 
(Université Fédérale de Rio de Janeiro).
 

Sur le thème :

«  Insertion internationale latino-américaine et chaînes globale de valeur. Ce qui a changé après la crise financière mondiale de 2008 » 

Ci-dessous le lien d’inscription à cette séance :
http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021
 
 
Résumé: 
L’intervention examine les stratégies de développement international des économies d’Amérique latine après la crise financière mondiale  de 2008. Nous soutenons que les théories traditionnelles ont développé leurs propositions sur la base des chaînes globales de valeur (CGV)  et du libre-échange international qui, à notre avis, sont des cadres analytiques très restrictifs pour la croissance et le développement des économies latino-américaines.
 
La rupture majeure de ces stratégies de développement se situe après la crise financière mondiale de 2008. Certains pays avancés sont passés à des politiques protectionnistes afin de limiter les CGV et le commerce international; tandis que les économies d’Amérique latine, notamment le Brésil, ont maintenu sans reserve et sans critique le même typer d’insertion internationale en suivant le cadre analytique des CGV.
 
Dans ce contexte, nous discutons du développement économique et financier en relation avec l’intégration internationale dans le contexte de la dynamique mondiale du capital après la crise financière mondiale. Nous soutenons que les économies en développement, en particulier l’expérience de l’économie brésilienne, ont un caractère subordonné dans la sphère financière internationale. Ce caractère a façonné son intégration internationale.
 
L’intervenant :
Alexis Saludjian est professeur d’économie à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, actuellement au CEPN (USPN, année sabbatique 2020-2021)
 
 
Textes d’appui :
 

Annonce de la séance du 7 avril : Nikolay Nenovsky et Eric Magnin sur les politiques monétaires des émergents et pays développés en temps de crise

 Notre prochaine séance aura lieu mercredi 7 avril, 18h (heure de Paris), en ligne (lien d’inscription disponible ci-dessous). Elle recevra :

 Eric Magnin LADYSS, University of Paris, France  

Nikolay Nenovsky CRIISEA, University of Picardie Jules Verne, France / Bulgarian National Bank, Bulgaria / SU Higher School of Economics, Russia

sur le thème suivant :

 Soft monetary constraints in Developed and BRICS countries.

Insights from J. Kornai’s theory.

La séance se tiendra en français

Contraintes monétaires lâches dans les pays développés et les BRICS.

Réflexions inspirées par la théorie de J. Kornai.

Lien d’inscription (attention, le lien sera retiré le 6/04 au soir ou au plus tard le 7/04 à midi) :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021

 

Summary: From the fourth quarter of 2007 to the second quarter of 2020, the monetary base in the euro area grew by 330%, the money supply by 61% and inflation measured by the consumer price index – only 17%. Interest rates are around zero and negative, inflation is low, and we often register deflation (A similar trend is observed in the United States). This discrepancy between the growth of money and prices has not only practical dimensions for the ECB and FED monetary policy, but also a theoretical significance. At the same time, in most of the developing and BRICS countries, the trend is exactly the opposite, despite moderate debt levels – depreciation of national currencies, inflation, and therefore rising interest rates. This is observed in Brazil, Russia, Turkey, Nigeria, Argentina, and others. These dynamics have led to extreme reforms, such as the one in Venezuela, where the country is fully dollarized.

In this contribution, we propose an interpretation of these trends on the basis of concepts developed by J. Kornai in his economics of shortage analysis, which we apply to the sovereign debt market of both groups of countries. Specifically, we introduce the concepts of “soft monetary constraint”, “safety assets shortage”, etc., in a context of financial repression. The studied processes in the monetary policy of the two groups of countries are closely related, and they are part of a growing economic and monetary nationalism, as well as an increasing role of government and fiscal policy.

 

Éric Magnin est maître de conférences HDR en économie à l’Université de Paris. Il est membre du Ladyss (UMR CNRS), où il codirige un axe de recherches sur les transitions. Ses travaux portent sur le changement systémique en Europe centrale et orientale et la diversité des capitalismes.

 

Nikolay Nenovsky est professeur d’économie au CRIISEA, l’Université de Picardie Jules Verne, chercheur associé à la l’HSE de Moscou, et membre du Conseil des Gouverneur de la Banque Centrale de Bulgarie. https://www.researchgate.net/profile/Nikolay-Nenovsky

Annonce de la séance du 17 mars : Michael K. Gusmano, Victor G. Rodwin et Antoine Flahault comparing the responses to the Covid-19 pandemic

The next session of our BRICs seminar will be held online, on Wednesday March, 17th, 6:00 PM, Paris Time. The theme of the session will be the following:

Comparing public health policies and performances among BRICS countries  – and beyond.

To address this topic, we will receive :

Antoine Flahault, Pr. Institute of Global Health, University of Geneva, Switzerland :

To Live With or Zero COVID in BRICS?

The presentation will assess the compared strategies of Brazil, Russia, India, China and South Africa facing the Covid-19 Pandemic.

and

Michael K. Gusmano, PhD, Professor, Rutgers University and Hastings Institute and  Victor G. Rodwin, PhD, MPH Professor, New York University :

Covid-19 and Global Cities: New York City (NYC) London, Paris, Tokyo, Moscow

Based on a comparison of excess mortality we compare and assess the responses to the COVID-19 pandemic in five global cities — London, Paris, Moscow, New York City (NYC) and Tokyo.

Here is the link to the inscription form : http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021

 

 

9ème séance du séminaire BRICs, 3 mars 2021, 18h : Agnès Ricroch sur les enjeux des biotechnologies en Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs se tiendra mercredi 3 mars, à 18h. 

Elle recevra Agnès Ricroch (MCF HDR, AgroParisTech) pour une intervention intitulée :

 Les biotechnologies en Chine :

investissement stratégique et massif dans l’édition du génome

Jean-Paul Maréchal (Université Paris-Sud) introduira la discussion qui suivra. Pour vous inscrire et recevoir les codes zoom du séminaire, cliquez sur le lien qui s’affichera prochainement ici.

Pour vous inscrire à cette séance, cliquez sur le lien ci-contre : http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-2020-2021

Vous trouverez ci-dessous une présentation de l’intervention.

Résumé : La Chine investit stratégiquement et massivement de l’argent dans un nouveau domaine biotechnologique : l’édition (ou réécriture) du génome. L’édition du génome avec les « ciseaux moléculaires » impliquant un système CRISPR-cas permet depuis 2012 de modifier de façon précise l’ADN d’un organisme, animal, végétal ou microorganisme pour lui conférer des nouvelles propriétés. Le 12e plan quinquennal de développement des industries émergentes stratégiques, publié par le Conseil des affaires d’État, en décembre 2012, fixe des objectifs quantifiables dans les domaines des biotechnologies médicale, agricole, et industrielle à échéance de 2015 et 2020. La Chine investit surtout dans l’agriculture et ses utilisations avec CRISPR-cas. En 2013, le financement public chinois de la recherche agricole a approché 9 milliards d’euros. Les chercheurs chinois en 2014 sont pionniers dans la création avec CRISPR-cas de la première plante agricole, le blé rendu résistant à une maladie fongique, l’oïdium. Ils sont aussi pionniers pour la thérapie génique germinale sur des embryons humains non viables en 2015. Ils explorent la modification du génome humain en médecine avec beaucoup d’essais cliniques principalement pour étudier le cancer et créent dans ce but des singes édités comme modèles pour l’étude des maladies humaines. Des dérives éthiques de modification génétique par CRISPR-cas de la lignée germinale du génome humain de deux jumelles résistantes au SIDA par une équipe chinoise en 2018 ont soulevé une opposition dans la communauté internationale. Les chercheurs chinois appliquent également l’éditeur CRISPR-cas à grande échelle chez les animaux notamment pour humaniser des organes de porcs pour les xénogreffes (greffes chez l’homme) mais aussi pour la médecine vétérinaire. Un nouvel équilibre des forces géopolitiques est apparu dans l’édition du génome, la Chine est le pays qui dépose le plus grand nombre total de brevets par an et a pris l’avantage sur les États-Unis dès 2016. La Chine (surtout les laboratoires des académies des sciences) occupe la première place dans les secteurs industriel et agricole (végétal et animal) ; les laboratoires américains étant en tête en matière d’améliorations techniques et dans le domaine médical. La Chine et les Etats-Unis, qui ont déjà leur réglementation, investissent le plus dans ce récent domaine biotechnologique. Cependant, la réglementation en Chine des produits ou aliments édités n’est pas encore connue.

Agnès RCROCH, HDR, est enseignant-chercheur à AgroParisTech en génétique évolutive et amélioration des plantes et à l’université Paris-Saclay à l’Idest (France), et professeur adjoint à la Pennsylvania State University (États-Unis). Ses recherches portent sur l’usage des biotechnologies dans l’agriculture climato-intelligente. Elle représente la France dans le réseau européen de recherches Cost PlantEd.

Elle préside la section Sciences de la vie de l’Académie d’agriculture de France.

Elle est membre du Comité d’éthique de l’Ordre national des Vétérinaires.

Elle a publié plus d’une centaine de publications scientifiques y compris dans Nature Biotechnology et 6 ouvrages en français et en anglais sur les biotechnologies végétales. Son dernier ouvrage Plant Biotechnology (2e édition chez Springer International) va paraître le 28 mai 2021.

Elle est lauréate du Prix de la Fondation Limagrain.

Elle est Chevalier de la Légion d’Honneur.

8th Session of the BRICs Seminar (February 17th, 3PM, online): Gulshan Sachdeva (JNU) on the Dynamics of China-India Relation

La séance du séminaire BRICs du mercredi 17 février, 15h (heure de Paris), a reçu : 

Gulshan Sachdeva (JNU, New Delhi) 

Changing Dynamics of India-China Relations

Ci-dessous une présentation de l’intervention et de l’intervenant.

Both India and China are undergoing profound societal transformations. Both are expected to play an important role in the evolving Asian economic and security architectures. Since both are rising powers in the same part of the world, there are bound to be tensions. The border standoff since May 2020 has brought relations to the lowest point in recent decades. The Sino-American escalation has also coincided with New Delhi’s own difficulties in managing its ties with Beijing. Despite serious bilateral military and diplomatic engagements, the situation remains tense.

Like their counterparts in most other Asian countries, one of the biggest challenges for Indian policy makers is to manage its ties with Beijing. At the moment, there is still a huge asymmetry between two economies. Many scholars have posited that India-China relations consist of four Cs: conflict, competition, cooperation and containment. These dynamics over the years are reflected through border incidents, increasing trade, competition for influence in many regions as well as cooperative conversations through multilateral (BRICS, SCO) and bilateral settings. In recent decades, both did not allow border dispute to affect other bilateral engagements.

As China’s economic might and maritime footprint become more significant, India’s position is being challenged, even in South Asia. Traditionally, South Asian region was considered to be an Indian area of influence. China tried to balance this reality by forging a closer strategic cooperative framework with Pakistan. The China-Pakistan nexus restrains New Delhi’s options in South and Central Asia. The US exit from Afghanistan will increase complications further. The Belt and Road Initiative (BRI) projects are now further accelerating the Chinese expansion. Although many South and Central Asian countries have joined the initiative, Indian official narrative concerning the BRI remains negative. The sovereignty related issues concerning the China-Pakistan Economic Corridor (CPEC) and broader geopolitical implications within the Indian Ocean region have overshadowed other aspects of the BRI in Indian discussions. India’s participation in the BRICS, SCO and the AIIB had relatively little impact on New Delhi’s perception of the BRI. In fact, the BCIM corridor, which was graduated to Track I in 2013 has rather become victim of the BRI geopolitics. Although many independent analysts argued for a selective participation in the BRI, this hardly reflected in government policy. Border tensions have further pushed these discussions into the background.
Increasing Chinese economic and naval presence in neighbouring regions and the Indian Ocean has pushed New Delhi to sharpen its strategic engagements with the United States and within the Indo-Pacific region. It has developed partnership with the ASEAN. Along with the Australia, Japan and the US, it is actively participating in the Quadrilateral Security Dialogue (QUAD). As a result of recent border tensions, India has banned a large number of Chinese apps and is also putting special provisions to monitor Chinese investments. This approach emphasises a determination to decouple the Indian economy from China. The policy is an integral part of Atamanirbhar Bharat Abhiyaan ( Self-Reliant India campaign). The developing situation in India-China ties will have serious implications not just for the future of BRICS but also for the for the Asian and global balance of power.

About the speaker:

Prof Gulshan Sachdeva is Jean Monnet Chair; Coordinator, Jean Monnet Centre of Excellence and Chairperson, Centre for European Studies, School of International Studies, Jawaharlal Nehru University, New Delhi. He is also Editor-in-Chief, International Studies (SAGE) and Book Series Editor on Europe-Asia Connectivity (Palgrave Macmillan). He has been consultant with the ADB, ILO and the Asia Foundation. His research is focused on European integration, India’s external engagements, Eurasian connectivity, Afghanistan, Indian Northeast and development cooperation. Some of his recent publications include Challenges in Europe: Indian Perspectives (Palgrave Macmillan), India in a Reconnecting Eurasia (Washington: CSIS) and Evaluation of the EU-India Strategic Partnership and the Potential for its Revitalization (Brussels: European Parliament). He has been visiting faculty at many European universities (Antwerp, Corvinus, KU Leuven, Trento, UPF Barcelona and Warsaw etc). He holds PhD in Economics from the Hungarian Academy of Sciences, Budapest.

 

 

 

Séance du 27 janvier 2021 (en ligne) : Bernard Billaudot sur “Made in Maroc”

La séance du séminaire BRICs a eu lieu en ligne le  27 janvier 2021 de 18h à 20h

Elle a reçu :

Bernard Billaudot

CREG- Université Grenoble-Alpes

sur le thème : Les pays en développement à l’âge de la mondialisation : L’exemple du Maroc

De 2010 à 2018, un programme de recherche « Made in Maroc-Made in Monde » traitant de l’industrialisation du Maroc a été réalisé par une équipe de chercheurs et de doctorants animée par Noureddine El Aoufi[1]. Les résultats de ce programme ont été publiés il y a peu[2]. Ils sont révélateurs du type d’industrialisation à laquelle les PED sont à même d’accéder dans le cadre de la mondialisation, même si cet exemple n’est pas généralisable à tous points de vue. L’analyse a porté pour l’essentiel sur la période postérieure à la fin des années 90, soit le moment où le choix d’assurer le développement du Maroc par une insertion de son économie dans l’économie mondiale a été acté et politiquement assumé.

Le plan retenu pour présenter les résultats de ce programme et ce qu’il apporte consiste en trois étapes : la problématique théorique de départ (section 1), les résultats factuels dont les principaux proviennent d’une enquête réalisée dans le cadre du programme ((section 2) et l’interprétation de ces résultats (section 3).

Dans la dernière section, je passe à un propos plus personnel sur la portée et les limites du type de développement que les PED sont à même de réaliser dans le cadre de la mondialisation réellement existante, ce processus totalement nouveau qui a débuté dans les années 80 et s’est accéléré au cours des vingt premières années du XXIe siècle (section 4)[3].

[1] Il a été porté et financé par l’Académie Hassan II des sciences et des techniques du Maroc.

[2] El Aoufi et Billaudot, 2020, trois volumes.

[3] Étant donné le temps disponible, mon intervention lors du séminaire s’en tiendra aux trois premiers points.

Ancien polytechnicien (1960), Bernard Billaudot a d’abord travaillé à l’INSEE (comptes des entreprises de la comptabilité nationale), puis à la Direction de la Prévision du ministère des Finances, où il a été chef du bureau des prévisions à court terme. Il est ensuite passé à l’Université pour se consacrer à la recherche. Il est, avec Michel Aglietta et Robert Boyer, l’un des membres fondateurs de l’École de la régulation. Il a été directeur de l’Institut de recherche sur la production et le développement (IREPD de Grenoble). Il collabore activement avec le Professeur El Aoufi à la recherche sur le Maroc dans le cadre du LED depuis la fin des années 90.

 

Séance du 13 janvier 2021, 16h : Yuan Zhigang sur l’économie chinoise dans la pandémie de la Covid-19

L’équipe d’organisation du séminaire BRICs vous adresse ses meilleurs voeux pour cette année 2021, au premier rang desquels la santé et un retour à une certaine normalité.

La 6ème séance du séminaire s’est tenue mercredi 13 janvier 2021 à 16h en ligne.

 

Yuan Zhigang,

School of Economics, Fudan University, Schanghai.

Le titre en est :

“L’économie chinoise dans la pandémie de la Covid-19 : défis pour la croissance et les politiques”

Ci-dessous le ppt de la séance :

Yuan Zhegang seminaire BRICs 20210114

 

Présentation de la thématique et de l’intervenant en anglais) :

A sudden epidemic outbreak in late 2019 has reshaped the global economy. Affected by the epidemic, the global economy has plunged into an unprecedented recession since the second World War. The economic growth of all countries has slowed down, and the stock of sovereign debt is expected to rise sharply. China will be the only major economy to achieve positive economic growth in 2020.

As a result of the epidemic, China’s consumption, trade and investment all declined a lot in the first quarter, with the secondary and tertiary industries suffering the greatest negative impact. The Chinese government adopted a more proactive fiscal policy in order to protect employment, basic livelihood and market entities immediately in the face of the epidemic. The People’s Bank of China has also used a variety of supportive monetary policies to ensure that funds flow into the small, medium and micro businesses which are most affected. In terms of epidemic prevention and control, China has also adopted a “zero infection policy” which is completely different from the West and achieved better results.

The basic features of China’s rapid economic recovery from the second quarter are as follows.

  1. The asynchronism between the production and demand of domestic and foreign leads to an unanticipated recovery of China’s net exports, and the circulation of global economy reappear.
  2. Fixed asset investment has been generally stable, but manufacturing investment is still a drag on further recovery of fixed asset investment.
  3. In terms of consumption, the recovery of domestic supply was significantly faster than that of demand, and the recovery of demand for durable consumer goods was much faster than that of services.
  4. The increase in uncertainty caused by COVID-19 has led to a significant increase in precautionary savings and hindered the recovery of consumer spending.
  5. The asymmetric impact of COVID-19 on employment and household income has a greater negative impact on low-income groups.

China’s GDP is expected to grow by 6% in the fourth quarter and 1.9% for the full year, but the biggest obstacle to a sustained recovery will remain insufficient aggregate demand. During the 14th five-year Plan, China will strive to build a strong domestic market, increase domestic demand, and form the “dual circulation” growth pattern.

YUAN Zhigang is professor of economics at the school of economics, Fudan University. He is also director of the Employment and Social Security Research Center, academic director of the faculty of economics and management of East China Normal University. After he received his Ph.D. degree in economics from the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales in 1993, he has been working at the School of Economics, Fudan University, where he served as the school dean from 2004 to 2015. Due to his contributions to economics researches and teaching, he was named the distinguished professor of the Changjiang Scholars Program in 2007 and National Outstanding Teacher in 2006 by the Ministry of Education of China. He has been a consultant to numerous government organizations including the Fujian Provincial People’s Government, the Shanghai Municipal Government, and was member of the Chinese Ministry of Labor and Social Security Advisory Committee. He was vice president of the Shanghai Economist Society (2007-2017), member of the international academic committee of La Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) in France(2013-2015).

His research interests include various macroeconomic topics covering employment, social security system, consumption, financial reforms and the real estate market. Over 200 papers and 20 books were published. He has been the principal investigator of a variety of national research projects, including key or major programs funded by the National Social Science Foundation, the Ministry of Education or other government institutions.

 

 

 

 

Parution du livre d’Arun Kumar, “Indian Economy Greatest Crisis: Impact of Coronavirus and the Road Ahead”, Penguin Random House India, 2020.

ARUN KUMAR

 Indian Economy’s Greatest Crisis. Impact of Coronavirus and the Road Ahead

An in-depth analysis of the effects of the Covid-19 pandemic on the Indian Economy

  December 2020 | EBURY PRESS| Penguin Random House India

‘Desperate times call for desperate measures.’ The outbreak of COVID-19 aptly justifies this expression as the world faces an unprecedented situation. But what is so unusual about the coronavirus, especially since viral attacks-H1N1, Ebola and Nipah-have taken place earlier as well? How has it affected India and the world? What are the socio-economic implications for India? How has India’s response been to the coronavirus? What is more important-life or livelihood? How can India recover from the sudden economic shock caused by the pandemic?

This book is an attempt to answer these and many more such questions.

The coronavirus hit the world in December 2019 like a hurricane. What started as a medical emergency soon turned into an economic one. No global financial crisis has ever hit humanity as hard as COVID-19. The world, therefore, was caught ill prepared when the pandemic struck. The situation, to say the least, is worse than a war. The situation in India is no different: In terms of the number of cases reported, it is second only to the United States.

This book highlights the enormity of the impact of the coronavirus pandemic on India. It critically examines the government’s efforts to control the disease and mitigate its adverse effects on Indian economy and society. Making a compelling argument that an economy is not like a rubber ball, which, if dropped on a hard surface, will bounce back to its original position, the author provides incisive reasons to why economic recovery will be slow and not ‘V-shaped’. He, however, cogently suggests that good governance, a robust public-health system, and clean and representative politics are key to bringing India’s economy back on track.

ARUN KUMAR

Arun Kumar is a veteran Indian economist. He studied at the Delhi University, Jawaharlal Nehru University (JNU) and Princeton University, the US, and taught economics at JNU for three decades, until 2015. His areas of interest include public finance, development economics, public policy and macroeconomics. Kumar has written widely on these subjects, both in the popular press and in academic journals. At present, he is the Malcolm S. Adiseshiah chair professor at the Institute of Social Sciences, New Delhi. Some of the finest books authored by him include Indian Economy Since Independence: Persisting Colonial Disruption (2013), Understanding the Black Economy and Black Money in India: An Enquiry into Causes, Consequences and Remedies (2017), Demonetization and the Black Economy (2017) and The Ground Scorching Tax (2019).