Annonce de la séance du 29 juin : Jean-Luc Racine sur l’Inde face au Coronavirus

la prochaine séance du séminaire BRICS de l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (laboratoire CREE) aura lieu, en visioconférence, selon les modalités décrites au pied de cette annonce, exceptionnellement,

lundi  29 juin 2020, de 16h précises à 18h00 

 

Elle recevra: 

Jean-Luc Racine

Le Covid-19 en Inde, cinq mois après le premier cas:

Où en est la pandémie? Où en est le pays?

 Cette séance se situe dans le prolongement de la table ronde « Brésil, Russie, Chine et Etats-Unis face à la pandémie : impacts sanitaires, économiques et politiques » du séminaire BRICS du 20 mai dernier.

 
Veuillez trouver, en cliquant ci-dessous, son article en appui à la discussion: « L’Inde et le Coronavirus: « Exception » Indienne ou Inversion du Monde? »

https://centreasia.eu/linde-et-le-coronavirus-exception-indienne-ou-inversion-du-monde/

Jean-Luc Racine est directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales) et chercheur senior à Asia Centre.

Il intervient régulièrement dans les médias sur les questions touchant l’Inde, le Pakistan, et la région. Il est membre du groupe de travail sur ‘Indépendantisme, séparatisme, irrédentisme et construction de l’Etat’ établi à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme dans le cadre du Panel international sur la sortie de la violence (IPEV), et membre du Groupe franco-iranien de dialogue géopolitique, créé au sein de Collège d’études mondiales de la FMSH.

Il a publié ou dirigé une douzaine d’ouvrages sur l’Asie du sud, dont Cachemire. Au péril de la guerre (Editions Autrement, 2002), L’Inde et l’Asie (CNRS Editions, 2009), Géopolitique du Pakistan (Hérodote, n° 139, 2010). Il a récemment dirigé l’Annuaire Asie à la Documentation française (2013, 2014, 2015, 2016). Il prépare actuellement un ouvrage développant les conférences sur l’Inde données en 2017 à l’Indian Institute of Advanced Studies de Shimla.

Il est membre du comité de rédaction d’Asia Trends, du conseil scientifique de Questions internationales et de l’éditorial board de India Review. Il est aussi membre du Conseil Scientifique du CSFRS (Conseil Supérieur pour la Formation et la Recherche Stratégique) et membre de l’advisory board du South Asia Democratic Forum, Bruxelles.

Ses principaux thèmes de recherche sont:

  • Les dynamiques internes de transformation de l’Inde contemporaine ;
  • Les modes d’insertion de l’Inde émergente en Asie et dans le nouvel ordre mondial ;
  • La géopolitique de l’Asie du sud, en particulier les relations indo-pakistanaises et la politique régionale du Pakistan, y compris dans leurs dimensions afghanes et chinoises.
 

La séance sera organisée sur Zoom, en visio conférence. Pour y participer, merci d’envoyer un message intitulé « participation au séminaire BRICs du 29 juin » à l’adresse suivante : julien.vercueil [at] inalco.fr

En réponse vous recevrez un mail indiquant la marche à suivre.

 

Séance du 10 juin : Assen Slim sur les monnaies numériques de banque centrale dans les BRICs

La prochaine séance du séminaire BRICS de l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales – CREE (Centre de recherches Europes Eurasie) aura lieu :

mercredi 10 juin 2020,  de 18h précises à 20h

[Attention : séance en ligne, selon les modalités précisées au pied de cette annonce]

Elle recevra :

Assen Slim

Maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’INALCO,

chercheur au CREE-INALCO

Quelle monnaie digitale commune de banque centrale (MDBC) pour les BRICS ?

En novembre 2019, les BRICS ont annoncé leur volonté d’émettre une monnaie digitale de banque centrale (MDBC) supranationale commune reposant sur la technologie blockchain. Il existe pour le moment peu de travaux sur les MDBC dans la littérature relative aux cryptomonnaies. Cette séance du séminaire BRICS sera consacrée à faire le point sur ce que l’on sait des MDBC et à discuter de l’intérêt d’une MDBC supranationale commune pour les BRICS.

Texte d’appui : BRICS et MDBC commune-Assen SLIM

Assen Slim est maître de conférences HDR en économie à l’INALCO, chercheur au CREE et chercheur associé au CESSMA. Ses recherches portent sur la durabilité, l’intégration économique, la transition en Europe de l’Est et plus généralement sur les transformations du capitalisme. Parmi ses publications, citons :  « L’instrument d’Aide de Préadhésion (2007-2013) de l’UE aux Balkans occidentaux est-il un instrument d’intégration ? », Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, CNRS, Vol 42, n°4/2011, pp. 149-184 ;  « Le commerce intra-branche peut-il être mesuré ? Le cas de la république tchèque et l’UE », Economie appliquée, ISMEA, LXII (2), 2009, 105-138 ; SLIM A., « Le commerce intra-branche peut-il être mesuré ? Le cas de la république tchèque et l’UE », Economie appliquée, ISMEA, LXII (2), 2009, 105-138 ; Comprendre l’économie, un enjeu citoyen : en finir avec les idées reçues, Le Cavalier Bleu, coll. « Idées reçues », 2019.

La séance sera organisée sur Zoom, en visio conférence. Pour y participer, merci d’envoyer un message intitulé « participation au séminaire BRICs du 29 avril » à l’adresse suivante : julien.vercueil [at] inalco.fr

En réponse vous recevrez un mail indiquant la marche à suivre.

Séance du 20 mai : Table ronde sur les BRICs et les Etats-Unis face au Covid-19

Durant la période de confinement et un peu après, les séances du séminaire BRICS se dérouleront en ligne, selon les modalités décrites au pied de cette annonce.

La prochaine séance du séminaire BRICS de l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, reportée d’une semaine, aura lieu:

mercredi 20 mai 2020, 

de 18h précises à 19h50

[Attention : séance en ligne, selon les modalités précisées au pied de cette annonce]

Elle reunira :

Une table ronde virtuelle sur 

« Brésil, Russie, Chine et Etats-Unis face à la pandémie :

impacts sanitaires, économiques et politiques »

avec

Brésil : Dalia Maimon (Université Fédérale de Rio de Janeiro), Dalia pandémie. anglaisultima versao

Chine : Guilhem Fabre (Université Paul Valéry Montpellier) BRICS COVID 20 Janvier 2020

Russie : Julien Vercueil (INALCO) Facing the unexpected J Vercueil

Etats-Unis : Victor Rodwin (University of New York) et Michael K. Gusmano (Columbia University et Hastings Center, New York)

avec comme discutant, Pierre Salama (Université Paris XIII)

Dalia Maimon est professeur à l’Instituto de Economia de l’Universidade Federal de Rio de Janeiro (UFRJ) où elle dirige le LARES – Laboratório de Responsabilidade Social e Sustentabilidade. 

Guilhem Fabre est professeur de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et membre associé du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC), EHESS/CNRS. Il est notamment co-auteur avec Victor Rodwin et Rafael Ayoub de « BRIC Health Systems and Big Pharma : A Challenge for Health Policy and Management », International Journal of Public Health and Management, 2018, Vol 7 Issue 3, March 2018 , 1-6. URL : http://ijhpm.com/volume_655.html

Julien Vercueil est professeur et vice-président de l’INALCO- Institut National des Langues et Civilisations Orientales, membre du CREE- Centre de Recherches Europes-Eurasie et rédacteur en chef adjoint de la Revue de la Régulation. Parmi ses derniers ouvrages, citons Économie politique de la Russie (1918-2018). Paris : Le Seuil (coll. Points. Économie), 2019, 355 p. et avec Richet, Xavier (dir.), Une mondialisation contrariée. L’Europe et la Chine face à de nouveaux enjeux. Paris : L’Harmattan, 2019

Victor G. Rodwin est professeur de politique et de gestion de la santé à la Wagner School of Public Service de l’Université de New York et co-directeur (avec Michael K. Gusmano) du World Cities Project, une joint-venture de Wagner / NYU, Hastings Centre et le Butler Columbia Aging Centre.

Michael K. Gusmano est également professeur de politique et de gestion de la santé à la Mailman School of Public Health de l’Université Columbia et chercheur au Hastings Center.

Depuis leur ouvrage, Health Care in World Cities: New York, Londres et Paris, Johns Hopkins University Press; 1 édition (1er juin 2010), réalisée avec Daniel Weisz, Victor G. Rodwin et Michael K. Gusmano ont développé ce sujet, souvent ensemble, avec de nombreuses publications.

mise à jour : enregistrement audio de la séance (1h56) prochainement disponible ici

Victor G. Rodwin is Professor of Health Policy and Management, at the Wagner School of Public Service, New York University and Co-Director (with Michael K. Gusmano) of the World Cities Project, a joint venture of Wagner/NYU, the Hastings Center, and the Butler Columbia Aging Center.

Michael K. Gusmano is Adjunct Professor of Health Policy and Management,  Columbia University Mailman School of Public Health and researcher at the Hastings Center .

Since their book, Health Care in World Cities: New York, London and Paris, Johns Hopkins University Press; 1 edition (June 1, 2010), produced with Daniel Weisz, Victor G. Rodwin and Michael K. Gusmano have developed this topic, often together, with numerous publications.

Présentation (français) :

La pandémie de COVID 19 a amené les gouvernements du monde entier à prendre des mesures d’urgence inédites, qui déterminent selon leurs modalités et leurs résultats son impact économique, aux plans à la fois national et mondial.

Organisé sous la forme d’une table ronde virtuelle (15 minutes de présentation par pays – première heure – suivies d’une discussion d’une heure avec l’assistance introduite par Pierre Salama – 10 minutes), ce séminaire inédit, qui fera intervenir des participants de plusieurs continents, poursuit un triple objectif :

  • Dresser un état des lieux comparatif des réponses à la crise sanitaire en Chine, au Brésil, en Russie et aux États-Unis ;
  • Offrir un panorama des premières conséquences économiques de la pandémie et des mesures de confinement et des scénarios disponibles pour l’avenir immédiat ;
  • Initier une discussion appelée à structurer au moins en partie le séminaire BRICs 2020-2021 sur la confrontation des expériences nationales face à une crise historique, qui s’annonce mondiale, dont la durée est incertaine mais qui a d’ores et déjà créé des irréversibilités dans les trajectoires socio-économiques.

Les interventions auront lieu en français et en anglais, sans traduction.

Nota Bene : parallèlement au séminaire BRICs, un appel à contribution pour des articles courts en français et en anglais été lancé sur le sujet par la Revue de la régulation, dont le contenu est disponible en suivant ce lien : https://journals.openedition.org/regulation/16554

Introduction (English) :

The Covid-19 pandemic has led governments all over the world to take unprecedented emergency measures. These measures and their results have had tremendous economic and social consequences, both at the national and the international levels.

Organised as a virtual roundtable, this BRICs seminar will be held in the following way: first, a 15 minutes presentation on each country, followed by 1-hour discussion, introduced by a general presentation by Pierre Salama – 10 minutes. In organizing this webinar, we pursue three main objectives:

  • To propose a comparative insight into several BRICs’ and United States’ answers to this pandemic;
  • To offer a panorama about the first economic consequences of the health crisis, the confinement measures and to present critically the currently available scenarios for the near future;
  • To initiate a broader discussion, which is likely to structure at least partially our 2020-2021 BRICs seminar, about the comparative analysis of national experiences regarding a historical crisis that is genuinely worldwide, whose length is still uncertain but that has already provoked irreversible consequences on the socio-economic trajectories of these countries.

Presentation, questions and answers will be given both in English and French, without translation.

Note: alongside the BRICs seminar, a call for short papers has been launched by the Régulation Review on the economic consequences of the Covid-19. You can access the call by clicking on the following link: https://journals.openedition.org/regulation/16559

La séance sera organisée sur Zoom, en visio conférence. Pour y participer, merci d’envoyer un message intitulé « participation au séminaire BRICs du 20 mai » et mentionnant votre appartenance institutionnelle à l’adresse suivante : julien.vercueil [at] inalco.fr

En réponse vous recevrez un mail indiquant la marche à suivre.

In order to participate to this webinar, send a message entitled « Webinar BRICs, May 20th », with your affiliation, to the following address :  julien.vercueil[at]inalco.fr. You will receive an invitation.

 

 

Reprise des séances du séminaire BRICs : 29 avril, Philippe Aguignier sur le système bancaire chinois et ses vulnérabilités

Nous sommes heureux de vous annoncer la reprise des séances du séminaire BRICS. Durant la période de confinement et sans doute un peu après, elles se dérouleront en ligne, selon les modalités décrites au pied de cette annonce.

La prochaine séance du séminaire BRICS de l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales – CREE (Centre de recherches Europes Eurasie) aura lieu :

mercredi 29 avril 2020,  de 18h précises à 19h50 (pour nous laisser le temps d’applaudir nos soignants)

[Attention : séance en ligne, selon les modalités précisées au pied de cette annonce]

Elle recevra :

Philippe Aguignier

Enseignant à l’INALCO et à Sciences Po

Le système bancaire chinois et ses vulnérabilités

La réforme du système bancaire et financier a été l’une des grandes priorités du programme de réformes lancé en Chine en 1978. Les résultats en ont été spectaculaires: après avoir affronté une crise de croissance sévère dans les années 90 ayant nécessité une restructuration en profondeur, le secteur dans son ensemble est très profitable, et quatre banques chinoises figurent aujourd’hui dans le classement des dix plus grandes banques mondiales.

Des doutes sont néanmoins régulièrement exprimés par de nombreux observateurs sur la solidité réelle des banques chinoises, sur la qualité de leur gouvernance et de leur gestion. La question se pose de leur capacité à absorber les conséquences du ralentissement structurel en cours de l’économie, sans même parler d’un choc majeur comme celui lié au covid-19. Des épisodes récents de crises affectant des petites banques locales ont contribué à alimenter ces doutes.

L’objet de cette présentation sera d’examiner les facteurs qui ont permis les succès du système bancaire, ainsi que les risques auxquels il est aujourd’hui exposé.

Philippe Aguignier enseigne aujourd’hui l’économie chinoise à l’Inalco et à Sciences Po. Il a  travaillé trente-cinq ans au sein d’une banque internationale, dont vingt-cinq dans le monde chinois. Il a notamment été vice-président puis administrateur d’une banque régionale chinoise pendant plus de dix ans. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique, de l’ENSAE, et titulaire d’un doctorat en Etudes Extrême-Orientales de l’Inalco, portant sur les finances locales et les disparités régionales en Chine après les réformes.

La séance sera organisée sur Zoom, en visio conférence. Pour y participer, merci d’envoyer un message intitulé « participation au séminaire BRICs du 29 avril » à l’adresse suivante : julien.vercueil [at] inalco.fr

En réponse vous recevrez un mail indiquant la marche à suivre.

Suspension des séances du séminaire BRICs

En raison de la suspension provisoire des cours à l’Université, nous vous informons de

l’annulation de la prochaine séance prévue le mercredi 25 mars de 18h à 19h45.
 
Cette séance devait recevoir Assen Slim (INALCO-CREE) sur les cryptomonnaies dans les BRICS.  
 
Nous espérons pouvoir la reporter, éventuellement le mercredi 27 mai (18h-19h45),

Nous maintenons provisoirement les deux séances suivantes aux dates initialement prévues, soit:

Le mercredi  22 avril (18h-19h45) Philippe Aguigner, sur le système bancaire chinois et le financement des nouvelles routes de la soie
 
Le mercredi 13 mai (18h-19h45):  Guilhem Fabre sur la gestion chinoise de l’épidémie de coronavirus,


Mais évidemment ces dates pourraient à leur tour être remises en cause par l’évolution des mesures sanitaires prises en France.
 
Prenez soin de vous et de vos proches,
 
l’équipe du séminaire BRICs
 
 

Annonce de la séance du 11 mars : Christophe Jaffrelot sur les populismes au pouvoir

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

mercredi 11 mars 2020,  de 18h précises à 19h45

[Attention : dorénavant, changement de local et d’adresse des séances : ]

 Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, Rue de Lille 75007 Paris

(métros: Saint Germain des Près ou Rue du Bac) 

Salle 2.05 (2ème étage, anciens « grands salons »). Merci d’arriver à 17h45

Elle recevra :

Christophe Jaffrelot,

CERI Sciences Po – CNRS

Le populisme : définition, implications et limites

Autour du livre « Populismes au pouvoir », publié aux presses de Sciences po (2019) sous la direction d’Alain Dieckhoff, Christophe Jaffrelot et Elise Massicard. 

« La véritable nouveauté de la décennie écoulée c’est que beaucoup d’entre [les leaders populistes] sont désormais au pouvoir. Ils le sont non seulement en Europe, mais aussi dans d’autres régions du monde, de l’Amérique latine à l’Asie en passant par le Moyen-Orient. Cet ouvrage montre que, comme d’autres phénomènes, le populisme tend à se diffuser, à se globaliser. Il se diffuse dans d’anciennes démocraties, dans des démocraties récentes, ainsi que dans des régimes plus fermés. Il se propage également dans les pays du « Nord » et ceux du « Sud », nous invitant à repenser les catégories avec lesquelles nous divisons le monde. » Extrait de l’avant propos,  » « Populismes au pouvoir » (Presses de Sciences po, 2019).

Texte d’appui :02_Jaffrelot_pre

Lien vers le site Democratic Decline de la plate-forme hypotheses.org : https://newdemagogue.hypotheses.org/category/visuals/photo

Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au CERI-Sciences Po/CNRS, a dirigé le CERI de 2000 à 2008 et enseigne à Sciences Po dans trois écoles différentes.


Rédacteur en chef de la revue Critique internationale de 1998 à 2003, il en a été le directeur de 2003 à 2008. Il participe au conseil éditorial ou scientifique de plusieurs revues dont India Review, Asian Survey, Nations and Nationalism et International Political Sociology. Il dirige la collection d’ouvragesComparative Politics and International Studies chez Hurst (Londres) et Oxford University Press (New York), est consultant permanent au Centre d’analyse, de prospective et de stratégie du Quai d’Orsay depuis 2008 et est Non Resident Scholar à la Carnegie Endowment for International Peace (Washington DC) depuis la même année. Il est officie comme expert auprès de l’Institut Montaigne depuis 2017.

Il a enseigné dans les universités de Columbia, Princeton (où il a été Global Scholar entre 2012 et 2015), Yale, Johns Hopkins et Montréal. Il est professeur invité au King’s India Institute de King’s College (Londres), membre du Conseil scientifique du Südasien Institut (Heidelberg), du Center for the Study of Multilevel Federalism (New Delhi), du South Asia Center de l’Université de Göttingen et de l’Université Ashoka où il préside le Conseil scientifique du Trivedi Political Data Center. Médaille de bronze du CNRS en 1993, il a rejoint l’Académie des Sciences Morales et Politiques comme membre correspondant en 2019.

Ses recherches en cours portent sur « nationalisme, religion et populisme dans l’Inde d’aujourd’hui à travers ‘le phénomène Modi’ », la sociologie de la classe politique en Inde (et en particulier celle des élus au parlement et aux assemblées régionales), les Dargahs (tombes de saints soufis) d’Ajmer (Rajasthan), la question du fédéralisme au Pakistan, et l’histoire politique du Gujarat, notamment sous l’angle des relations entre monde des affaires et milieu politique.

Ses dernières publications :

Ouvrages :

Le syndrome pakistanais, Paris, Fayard, 2013, 657 p.

The Pakistan Paradox. Instability and Resilience, London, Hurst; New York, Oxford University Press; New Delhi, Random House, 2015, 670 p.

L’Inde de Modi. National-populisme et démocratie ethnique, Paris, Fayard, 2019, 347 p.

(Co-) direction d’ouvrages :

Pakistan at the crossroads. Domestic Dynamics and External Pressures, New York/Columbia University Press ; New Delhi, Random House, 2016, 346 p. and 358 p.

– avec Laurence Louër (eds), Pan-Islamic Connections. Transnational Networks between South Asia and the Gulf, London, Hurst; New York, OUP, 2017 and New Delhi, Penguin.

 – avec Atul Kohli et Kanta Murali (dir), Business and Politics in India, New York, Oxford University Press, 2019.

– avec Angana Chatterjee et Thomas Blom Hansen (dir), Majoritarian State: How Hindu Nationalism is Changing India, London, Hurst, 2019.

L’Inde contemporaine. De 1990 à aujourd’hui, Paris, Pluriel, 2019.

– avec A. Dieckhoff et E. Massicard, Populismes au pouvoir, Paris, Presses de Sciences Po, 2019.

La séance suivante aura lieu mercredi 25 mars, (18h précises) à la maison de la recherche du 2, rue de Lille et recevra Assen Slim (CREE-INALCO), sur le développement des cryptomonnaies dans les BRICS

 

Annonce de la séance du 26/02 : Fabio Luis sur les transformations contemporaines du Brésil

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

 

le mercredi 26 février 2020,  de 18h précises à 19h45

Attention : dorénavant, changement de local et d’adresse des séances:

 Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, Rue de Lille 75007 Paris

(métros: Saint Germain des Près ou Rue du Bac) 

Salle 2.05 (2ème étage, anciens « grands salons »). Merci d’arriver à 17h45

Elle recevra :

Fabio Luis Barbosa dos Santos

Le Brésil : analyse des évolutions politiques récentes et perspectives.

Autour du livre « La peur a vaincu l’espoir. Le Brésil de Lula à Bolsonaro »

Couverture livre Fabio 2020

Cet exposé abordera les tendances récentes de la politique brésilienne. Après avoir remporté quatre élections présidentielles consécutives, le Parti des travailleurs (PT) a été confronté à la mise en accusation de la présidente Dilma Rousseff (2016), suivie de l’arrestation de Lula da Silva (2018), qui n’a alors pas pu participer aux élections remportées par l’ancien militaire Jair Bolsonaro. Comment expliquer ce changement dans la politique brésilienne? Qu’attendre de Bolsonaro? Quel est l´avenir du PT? Quels liens peuvent être établis avec les tendances politiques régionales et mondiales?

Cette intervention aura comme point de départ le livre La peur a vaincu l´espoir. Le Brésil de Lula a Bolsonaro (Syllepse, 2020).

Elle élargira l’analyse à partir de deux articles récents de l’auteur : 

– Avec Ruy Braga, The Political Economy of Lulism and Its Aftermath, Latin American Perspectives , Issue 230, vol 47 n°1, january 2020 (traduit par Patrícia Fierro) The Political Economy of Lulism and Its Aftermath

– Neo-development of underdevelopment: Brazil and the political economy of South American integration under the Workers’ Party ,Globalizations_Fabio Luis

GLOBALIZATIONS https://doi.org/10.1080/14747731.2018.1479016, Routledge, Taylor & Francis Group

Fabio Luis Barbosa dos Santos est professeur de l’Université Fédérale de Sao Paulo, département des relations internationales. Docteur en Histoire Economique de l’Université de Sao Paulo. Post-doctorat au groupe « Genre, Travail, Mobilités » du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (GTM-CRESPPA). Chercheur associé à l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud, au Centre for Canadian, US & Latin American Studies, School of International, Jawaharlal Nerhu University, en Inde, notamment.

La séance suivante aura lieu le mercredi 11 mars 2020 (18h-19h45, Maison de la Recherche de INALCO, 2, rue Lille 75007) avec  Christophe Jaffrelot (CERI-Sciences Po) sur les populismes au pouvoir (ouvrage collectif et titre provisoire), à confirmer. 

Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org

 

Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236

Annonce de la séance du 12 février : Nikolay Nenovsky sur la rente et le régime monétaire en Russie – une approche d’économie politique.

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

mercredi 12 février 2020,  de 18h précises à 19h45

Attention, dorénavant, changement d’adresse des séances :

à la Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, Rue de Lille 75007 Paris

(métros: Saint Germain des Près ou Rue du Bac) 

Salle 2.05 (2ème étage, anciens « grands salons »)

Elle recevra :

Nikolay NENOVSKY

(Université de Picardie, CRIISEA)

La rente et le régime monétaire dans la Russie actuelle. Une approche d’économie politique

Discutant : Julien Vercueil (CREE, INALCO)

La séance se tiendra en français. Merci de vous présenter à l’accueil à 17h45

Le texte d’appui est disponible ici : Nenovsky Rent and Monetary Policy

Russia’s resource dependency is a central structural problem. Much less attention has been devoted to the place of the monetary regime (MR) and the monetary policy (MP) in the political and economic dynamics of the post-Soviet system processes. The formation and evolution of the MP have reflected the struggle of economic and power interests as well as of the balance of forces of the leading economic and political actors as regards the use and reproduction of the rent resources. The clash of interests has been accompanied by the struggle of ideas, ideology of the main actors as regards the place and role of money and the MP. To the interests and ideas, we could add an institutional momentum, specific dependence on the initial conditions and path dependence related to the moneyless and planned economy. All these factors, together with geopolitical considerations, have determined the MR for the last 30 years. We refer to the analysis of these processes as “the political economy of the Monetary Regime”.

Nikolay Nenovsky est professeur d’économie monétaire et de finance à l’Université de Picardie, chercheur au CRIISEA. Il a été successivement économiste de banque, chercheur à la Banque nationale de Bulgarie, membre du conseil économique du président de la Banque nationale de Bulgarie, conseiller du ministre des finances de Bulgarie et vice-président du comité de supervision de la Banque de Développement de Bulgarie. Il mène également une importante carrière universitaire internationale, visiting professor et visiting fellow dans de nombreuses universités de part le monde.

Parmi ses dernières publications, citons :

  • « Money without a State Currencies of the Orthodox Christians in the Balkan Provinces of the Ottoman Empire(17th -19th centuries) » (with P. Penchev), in Review of Austrian Economics, 29(1): 33-51, published online, 2016
  • « Reconstructing Eclecticism: Bulgarian Economic Thought in the Ottoman Empire in the 19th century » (with P. Penchev), History of Political Economy, 47(4): 631-664, 2015
  • « Productivity Based Protectionism: A Marxian Reconstruction of Mihail Manoilescu’s Theory » (with D. Torre), Journal of Economic Issues, 49 (3): 772-786, 2015
  • « Ivan Kinkel’s (1883-1945) theory of economic development », European Journal of the History of Economic Thought, 22 (2): 272-299, online, 2013

 

 

Annonce de la séance du 22 janvier (2, Rue de Lille) : Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier sur l’Asie du Sud-Est, carrefour de la mondialisation

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

 

le mercredi 22 janvier 2020,  de 18h précises à 19h45

Attention : dorénavant, changement d’adresse des séances:

à la Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, Rue de Lille 75007 Paris

(métros: Saint Germain des Près ou Rue du Bac) 

Salle 2.05 (2ème étage, anciens « grands salons »)

Elle recevra :

Jean-Raphaël Chaponniere et Marc Lautier

L’Asie du Sud Est, au carrefour de la mondialisation

 

Déjà traversée par plus de marchandises que la Méditerranée à l’époque de l’Empire Romain, l’Asie du Sud Est a été un enjeu de la première mondialisation. Ces possessions européennes ont basculé vers le Japon et les Etats Unis avant la seconde guerre mondiale et les décolonisations. Ensuite, bien que mal partie aux indépendances, l’Asie du Sud-Est a déjoué les pronostics et rejoint le « vol des oies sauvages »de la croissance asiatique,stimulée par le vent de la seconde mondialisation (après l’endaka) .

Peuplée de 600 millions d’habitants, les onze pays qui composent cette région charnière entre l’Inde et la Chine sont ainsi engagés sur une trajectoire de croissance forte, bien plus rapide que celle des autres régions du monde, à l’exception de la Chine. Cette progression est d’autant plus étonnante que, dans les années 1950, ces pays avaient un niveau de revenu proche de l’Afrique subsaharienne, des institutions souvent défaillantes et des spécialisations primaires fragiles. Ni la géographie, ni l’ouverture de ces économies,ni la gouvernance n’expliquent l’essor de l’Asie du Sud-Est,qui a tiré parti de sa position de carrefour de la mondialisation parce qu’elle avait engagé les transformations structurelles indispensables au développement et à l’industrialisation.

La présentation remet en perspective historique le décollage économique de la région et ouvre quelques pistes sur son futur à moyen terme.

 

Jean Raphael Chaponniere a été ingénieur de recherche au CNRS, conseiller économique (Corée et Turquie), économiste à l’Agence Française de Développement, chercheur à l’Institute of South East Asia (Singapour) et à l’Euro Asia Center (INSEAD). Il est rattaché à Asie 21 Futuribles et participe à Asialyst.

Marc Lautier est professeur d’économie à l’Université Rennes 2, où il dirige le Master Commerce et Relations Economique Europe-Asie (CREEA).

Ils viennent de publier la 2e edition de « Economie de l’Asie du Sud Est », Bréal, Octobre 2019. Voir, en attaché, la couverture.

 

La séance suivante est prévue le mercredi 12 février 2020 (18h-19h45, Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, rue de Lille), avec Nikolay Nenovsky (Université d’Amiens), Politique monétaire et rente en Russie.

.

Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org

 

Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236

Bien à vous, 

Les coordinateurs

Annonce de la séance du 8 janvier 2020 : Jean-Paul Maréchal sur l’impossible découplage technologique Chine-Occident (aéronautique)

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

mercredi 8 janvier 2 020,  de 18 à 20 heures au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris 

(Rappelons que le métro le plus proche « Bibliothèque François Mitterand » se situe sur la ligne 14 qui continue à fonctionner normalement pendant la grève actuelle)

salle 3.15 (3ème étage). Elle recevra :

Jean-Paul Maréchal

L’impossible découplage :

l’aéronautique civile chinoise dans les chaînes globales de valeur. Le cas du C919

Développer un secteur aéronautique exige une maîtrise de savoirs tant techniques qu’organisationnels qui place le pays qui la détient à l’avant-garde de la modernité économique.C’est ce qui explique que tous les grands pays industriels ont mené des programmes aéronautiques ambitieux. La Chine n’échappe pas à la règle. Dix-septième puissance économique du monde à la fin des années 1970, elle accède à la deuxième place en 2010. Développer un secteur aéronautique civil performant est donc pour Pékin un enjeu stratégique aussi bien sur le plan technologique que politique. Y parvenir serait la preuve que l’empire du Milieu est en mesure de faire jeu égal avec les deux champions occidentaux que sont Boeing et Airbus. Il s’agirait d’une performance d’autant plus remarquable que la Chine part de loin face à des nations dont certaines ont des traditions aéronautiques remontant à plus d’un siècle.

L’objet de cette séance est de tenter de comprendre où se situe la Chine sur le chemin du rattrapage technologique en matière aéronautique. Et en particulier si elle continue de dépendre de chaînes de valeur globales.

JP Maréchal C919 Brics 8 janvier 2020

Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences HDR en économie à l’Université Paris Saclay.  Rappelons ses derniers articles parus :

– « Le défi écologique chinois », Reliefs, n° 7, 2018, p. 117-123.

– « La Chine : nouvel hegemon du régime climatique mondial ? », Monde Chinois Nouvelle Asie, n° 56, décembre 2018, p. 9-27.

– « Un intérêt bien compris pour la lutte en faveur du climat », La Jaune et la Rouge (École Polytechnique), n° 744, avril 2019, p. 26-28.

– « Le réchauffement climatique », in Xavier Richet et Julien Vercueil (dir.), Une mondialisation contrariée. L’Europe et la Chine face à de nouveaux enjeux, Paris, L’Harmattan, 2019, p. 33-50.

 

La séance suivante prévue aura lieu le mercredi 22 janvier 2 020 (18h-20h, INALCO, 65, Rue des Grands Moulins, salle 3.15). Elle recevra Raphaël Chaponnière (Asyalist) et Marc Lautier (Université de Rennes 2) sur les  chaînes de valeur en Asie du Sud-Est (titre provisoire).

Annonce de la Séance du 11 décembre 2019 : Guilhem Fabre sur le rattrapage technologique de la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

le mercredi 11 décembre 2019,  de 18 à 20 heures

 au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterrand

salle 3.15 (3ème étage)

 Elle recevra :

 Guilhem Fabre

(Université Montpellier 3)

 
 » Le rattrapage scientifique et technologique de la Chine 
et le découplage technologique sino-américain: l’exemple de la 5G « 
 
Ci-dessous un lien vers le texte d’appui à cette présentation :
 
 

Rappelons que cette présentation se situe dans le prolongement de travaux de Guilhem Fabre présentés à des séances des années antérieures du séminaire et notamment le plus récemment:

– “De la rhétorique de Trump aux réalités de la Chinamérique : acte 2, un an après” (22 mars 2018)

-“La transformation numérique de la Chine : Pourquoi l’intelligence artificielle est-elle une priorité de la R&D chinoise ?” (14 décembre 2017)

et antérieurement:

– avec Stéphane Grumbach, La stratégie de Recherche et Développement et l’innovation en Chine  (14 novembre 2011)

 

La séance suivante aura lieu le 08 janvier 2020 (18h-20h, INALCO, 65, Rue des Grands Moulins, salle 3.15). Elle recevra Jean-Paul Maréchal sur les Chaînes globales de valeur dans l’aéronautique (stratégies face à la montée en puissance de la Chine) (titre provisoire).

 

Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org

 

Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236

Bien à vous, 

Les coordinateurs

Annonce de la séance du 27 novembre : Thibaud Deguilhem sur Réseau social et qualité de l’emploi en Amérique latine – Cas de la Colombie

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :
 
le mercredi 27 novembre 2019,  de 18 à 20 heures
 
au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterand),
 
salle 3.15 (3ème étage)
 
 Elle recevra :
 
Thibaud Deguilhem
Université de Paris

« Réseau social et qualité de l’emploi en Amérique latine: le cas de la Colombie »

Thibaud Deguilhem est maître de conférences en économie à l’Université de Paris (Université Paris 7 Diderot) et chercheur au laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS) UMR 7533. Il travaille sur l’articulation entre sociologie économique, économie institutionnaliste et économie du développement. À travers la collecte et l’utilisation de données à la fois quantitatives et qualitatives, ses recherches portent principalement sur l’encastrement social et relationnel en Amérique latine et en Afrique. Ses travaux concernent notamment les réseaux de relations sociales (interpersonnelles/inter-organisationnelles), les institutions du marché du travail, la mobilité sociale, les inégalités socio-professionnelles et les politiques sociales dans les pays émergents et en développement. Site personnel : www.tdeguilhem.com  

Ci-dessous le lien vers le document à l’appui de la séance :

deguilhem2019

Publications récentes :

Deguilhem T, Vernot Lopez M (2020) De la informalidad a la calidad del empleo ¿Cuales son los desafios para America latina? (Spanish)Foreign Affairs Latinoamerica 20(1): forthcoming 

Deguilhem T, Berrou J-P, Combarnous F (2019) Using your ties to get a worse job? The differential effects of social networks on quality of employment in ColombiaReview of Social Economy 77(4): 493-522

Deguilhem T (2019) Comprendre le marché du travail à Bogota à partir de la qualité de l’emploiMondes Sociaux : Magazine de Sciences Humaines et Sociales April: published on-line 

Combarnous F, Deguilhem T (2019) Urban labor market revisited: Why quality of employment matters in Bogota (French)Revue d’Economie Régionale & Urbaine 2(1): 283-316   

Annonce de la séance du 13 novembre : Elsa Lafaye de Micheaux sur les modes de développement en Asie du Sud Est et l’influence de la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :
 
le mercredi 13 novembre 2019,  de 18 à 20 heures
 
au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterand),
 
salle 3.15 (3ème étage)
 
 Elle recevra :
 

 Elsa Lafaye de Micheaux :

 

« Hétérogénéité du développement et diversité des capitalismes sud-est asiatiques : l’influence de la Chine en partage »

Ci-dessous un lien vers le texte d’appui :

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2039/files/2019/11/IG-2019-Elsa-Ldm.pdf


Synopsis

 

L’intervention s’organise en 3 parties, la première brossant le portrait d’une région à plusieurs vitesses caractérisée par la forte hétérogénéité de développement économique à l’échelle régionale, que l’on peut appréhender par les niveaux de richesse (PIB et PIB par habitant) ou de développement humain (IDH), par la part de la mine et de l’agriculture dans l’économie ou par le degré d’industrialisation et de services, mais aussi sur le plan des degrés respectifs de l’ouverture internationale. Derrière le qualificatif de région à forte croissance économique, les trajectoires d’accélération de la croissance économiques sont elles-mêmes très contrastées. Un contraste que le processus d’intégration économique dans le cadre de l’ASEAN n’a qu’à peine réduit au cours des dernières décennies.

La deuxième partie organise de manière plus conceptuelle cette variété des configurations, en s’appuyant sur la théorie de la diversité des capitalismes asiatiques : identifiant des institutions communes, elle permet de dégager une typologie, à partir de traits partagés ou clivants parmi lesquels l’agriculture de plantations ; la stratégie d’industrialisation par les exportations ; le rôle de l’Etat développeur ; l’accroissement des inégalités ; le népotisme et le patronage ; les réseaux d’affaires transnationaux ; les migrations de travail, etc., cette approche souligne les logiques internes et les cohérences des systèmes économiques nationaux (exemple de la Malaisie).

Enfin, jusqu’ici plus ou moins ouverte et plus ou moins insérée dans une mondialisation commerciale et productive dominée par les multinationales occidentales, japonaises, coréennes et taïwanaises, l’Asie du Sud-Est change de constellation sous l’influence directe et néanmoins ambivalente de la Chine. A l’éclatement des configurations du développement économique en Asie du Sud-Est, s’oppose actuellement un vecteur de transformation économique commun plus cohérent et plus puissant que les précédents : d’une part le très fort développement des échanges commerciaux a fait de la Chine le premier fournisseur de l’ensemble de la zone à la fin de la décennie 2000, établissant une dépendance objective inédite entre ces pays et les capacités industrielles de leur voisin ; d’autre part on a assisté au cours de la décennie 2010 à la montée rapide et massive des investissements chinois, notamment dans le domaine des infrastructures de transport ou de production hydroélectrique, mais aussi industriels et parfois immobiliers. Dans la mesure où les plus grands d’entre eux sont le fait d’entreprises publiques de la République populaire de Chine bénéficiant d’un soutien diplomatique direct du gouvernement, notamment dans le cadre large et mal délimité des maillons sud-est asiatiques la Belt and Road Initiative, ils véhiculent une composante politique et géopolitique propre et largement inédite.
L’économie de l’Asie du Sud-Est n’existe pas comme telle tant cette région reste, aujourd’hui encore, marquée par le sceau de l’hétérogénéité et la diversité, malgré les éléments d’uniformisation puissants et opératoires qu’ont été les expériences coloniales – là aussi, en réalité, variées -, l’occupation japonaise, et la mondialisation du capitalisme d’après la seconde guerre mondiale. Les expériences contemporaines de la décolonisation, les processus de constructions nationales et les régimes politiques propres ont formé le cadre d’un développement économique à plusieurs vitesse et à la physionomie diverse. C’est cette diversité que l’on va d’abord décrire et tenter d’analyser avant de faire le point sur ce qui constitue sans doute le fait le plus marquant de notre présent, l’effet vaste et général sur le plan économique à l’échelle de la région de la montée en puissance chinoise.

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 27 novembre 2019 et recevra Thibaut Deguilhem sur « Réseau social et qualité de l’emploi en Amérique latine : le cas de la Colombie »
 
Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org
 
Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236
 
 
Bien à vous,
 
Guilhem Fabre,
Jean-Paul Maréchal
Xavier Richet
Pierre Salama
Michel Schiray
Julien Vercueil
 
 

Annonce de la séance du 6 novembre 2019 : Sébastien Colin sur la puissance maritime chinoise

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :
 
le mercredi 6 novembre 2019,  de 18 à 20 heures
 
au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterand),
salle 3.15 (3ème étage)
 
 Elle recevra :
 

 Sébastien Colin :

 

« La mer, nouvelle frontière de la puissance chinoise »

En gestation au cours des décennies 1980 et 1990, l’objectif des autorités chinoises de faire de leur pays une puissance maritime de rang mondial a véritablement pris forme au cours des années 2000, avant de devenir une importante priorité politique au début des années 2010. Le 12e plan quinquennal (2011-2015) puis le 18e congrès du Parti communiste chinois, tenu en novembre 2012, ont ainsi défini les contours d’une stratégie nationale de développement maritime dans les domaines militaire, économique, scientifique et technologique. À travers les exemples des mers de Chine et du développement de l’économie maritime, en particulier celui du secteur de la pêche, cette présentation offrira un large aperçu de la politique maritime de la Chine, de ses objectifs comme de ses impacts sur les espaces maritimes proches et lointains

textes d’appui :

Editorial Chine PC2016-3-p5p12-Editorial (2)

Puissance maritime HER_163_0087

Chine Etats Unis mer PC2016-2-p59p64-Colin (2)

 

Sébastien Colin est maître de conférences en géographie à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco). Ses recherches portent principalement sur la politique maritime de la Chine, les Nouvelles routes de la soie et les relations Chine-Corées. Il est entre autres l’auteur de La Chine et ses frontières (Paris, Armand Colin, 2011) et de La Chine, puissance mondiale (Paris, La Documentation française, 2015). Il a également coordonné le dossier spécial « Politique chinoise dans les mers de Chine : souveraineté, sécurité et coopération » du numéro 2016/3 de la revue China Perspectives/Perspectives chinoises.

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 13 novembre 2019 et recevra Elsa Lafaye de Micheaux sur Hétérogénéité du développement et diversité des capitalismes sud-est asiatiques : l’influence de la Chine en partage
 
Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org
 
Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236
 
 
 
 

Annonce de la séance du 9 octobre : « Une mondialisation contrariée », avec Guilhem Fabre, Jean-Paul Maréchal, Xavier Richet, Pierre Salama et Julien Vercueil

La première séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :
le mercredi 9 octobre 2019,  de 18 à 20 heures
 
au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterand),
salle 3.15 (3ème étage), dans le cadre des activités de recherche du CREE (Centre de Recherches Europes Eurasie, EA 4513)
 
 Elle recevra::
 

 

   Xavier Richet, Julien Vercueil, Jean-Paul Maréchal, Pierre Salama et Guilhem Fabre :

Présentation de la problématique du séminaire 2019-2020 à partir du livre: 

Une mondialisation contrariée. L’Europe et la Chine face à de nouveaux enjeux,

                                         

(Paris : L’Harmattan, coll. “Questions contemporaines”, 2019 (co-dirigé par X. Richet et J. Vercueil).

 
 
 

 
Le dessin de la 1ère de couverture est l’œuvre de Pierre Salama.
 
Ce livre se donne pour but d’éclairer les rôles respectifs de l’Europe et de la Chine dans les évolutions contemporaines de la mondialisation. Pour contrariée et contradictoire qu’elle soit, la mondialisation économique n’est pas pour autant à l’arrêt : elle change de vecteurs. Face au repli protectionniste américain, aux incertitudes européennes et aux crises qui touchent les institutions les plus emblématiques de ce qui faisait jusqu’ici la mondialisation, la Chine apparaît comme la puissance qui a désormais le plus intérêt à poursuivre la progression des échanges. Elle y contribue notamment avec le développement de ses « Nouvelles Routes de la Soie » (NRS). Les contributions à ce livre ouvrent de nouvelles perspectives.
 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 6 novembre 2019 et recevra Sébastien Colin sur la politique maritime de la Chine et ses enjeux géo-économiques.