Annonce de la séance BRICS du 18 octobre : Jean-François Ponsot sur dollarisation/dédollarisation et émergents

La prochaine séance du séminaire BRICS (Inalco-CREE / UPC / EHESS / FMSH) se tiendra mercredi 18 octobre 2023 à 18h, Maison de la Recherche, 2 rue de Lille 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy – attention : carte d’étudiant, carte professionnelle ou pièce d’identité à présenter à l’entrée du bâtiment (et en ligne, lien zoom au pied du post). 

Elle recevra : 

Jean-François Ponsot,

Université de Grenoble-Alpes

Sur le thème :

Le dollar contesté ? Dollarisation et dédollarisation des émergents
 
Résumé :
 
La guerre en Ukraine et les sanctions financières américaines constituent-elles un point de basculement du système monétaire international fatal à l’hégémonie du dollar ? Les initiatives récentes des Brics visant à dédollariser les relations monétaires et financières internationales ont de toute évidence catalysé la contestation du rôle pivot joué par le dollar américain et la nécessité de bâtir un ordre monétaire alternatif. Mais cela signifie-t-il pour autant la fin de la suprématie du dollar ?

Deux niveaux de dollarisation méritent d’être distingués. Le premier niveau concerne les régimes monétaires domestiques, c’est-à-dire les cas d’économies émergentes et en développement dans lesquels le dollar est utilisé en interne comme substitut à la monnaie nationale. Les cas de l’Equateur (dollarisation intégrale), du Cambodge et du Congo RDC (dollarisation partielle) montrent que les actions visant à éliminer le dollar sont globalement peu efficaces. Par ailleurs, le choix de la dollarisation est actuellement étudié par l’Argentine et le Liban. 

Le second niveau de dollarisation concerne le régime monétaire international, centré sur le dollar. Là-encore, la dédollarisation est confrontée à des écueils importants. D’une part les velléités des émergents visant à se passer du dollar comme monnaie de réserve, de paiement, et d’endettement,  ne sont pas nouvelles. D’autre part, si les Brics ont réussi à activer certains instruments alternatifs détachés du dollar, ceux-ci ne constituent pas, pour l’instant, un ensemble solide et cohérent. Les projets de réforme et intérêts globaux des Brics sont souvent divergents et le potentiel leadership monétaire et financier de la Chine autour d’un yuan international ne fait pas consensus. Enfin, l’inertie du statut de monnaie internationale dominante ne doit pas être négligée : les conventions et effets de réseaux qui y sont associés résistent, et la convertibilité/ liquidité du dollar n’a pour l’instant pas d’équivalent.

La dédollarisation à l’œuvre induit certes une érosion du dollar international, mais à court terme l’offensive des émergents est-elle en mesure de le détrôner ? A plus long terme, la fragmentation monétaire qu’elle induit est-elle de nature à faire émerger un nouveau régime monétaire internationale plus stable et équilibré ?
 
Ci-dessous un lien vers le pdf de la présentation
 
 
L’intervenant :
 
Jean-François Ponsot est professeur des universités en sciences économiques à l’Université Grenoble Alpes et chercheur au laboratoire Pacte. Ses recherches portent sur l’économie politique de la monnaie, les financements innovants du développement et la théorie keynésienne. Il a été consultant pour le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies et la Banque centrale de l’Equateur sur le régionalisme monétaire et la dollarisation.
Lien zoom :
https://zoom.us/j/97056402723


Citer ce billet
Julien Vercueil (2023, 18 octobre). Annonce de la séance BRICS du 18 octobre : Jean-François Ponsot sur dollarisation/dédollarisation et émergents. BRICS et économies émergentes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m55t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.