Annonce de la séance du 7 juin : Nowmay Opalinsky sur la donnée comme ressource stratégique pour la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICs (Inalco, UPC, FMSH) aura lieu à la maison de la recherche de l’Inalco (2, rue de Lille, 75007 Paris, Salle Sylvestre de Sacy), mercredi 7 juin à 18h.

Elle recevra :

Nowmay Opalinsky

IFG, Université Paris 8

Sur le thème suivant :

La donnée comme ressource stratégique pour l’économie chinoise :

la fabrique du territoire chinois au prisme des infrastructures numériques

Depuis mars 2020, la donnée est considérée en Chine comme un facteur de production au même titre que le terrain, la force de travail, le capital et la technologie, et doit donc être prise en compte dans le « système d’allocation territorial » . Cette conception de la donnée en tant que « ressource » irrigue désormais les politiques d’aménagement du territoire des gouvernements provinciaux et municipaux, et oriente également la stratégie des entreprises chinoises à l’international. La donnée est comprise à la fois comme une ressource économique à exploiter – notamment dans la course acharnée à l’intelligence artificielle (IA) à laquelle se livrent Washington et Pékin -, et un enjeu de sécurité majeur à protéger de potentielles captations adverses.


L’objectif de cette intervention est de présenter en quoi cette représentation de la donnée numérique comme « ressource », influence l’aménagement du territoire chinois à l’intersection des dynamiques de développement internes et des interactions avec les pays voisins de la Chine. Nous verrons que si elle semble novatrice, cette conception de la donnée en tant que ressource de base s’inscrit néanmoins dans la continuité de l’héritage des politiques de planification chinoises. Résolument ancrée dans l’analyse géopolitique telle que menée à l’Institut Français de Géopolitique (IFG), cette présentation propose de varier les échelles d’analyse nationale, régionale puis globale afin de proposer une lecture géographique des « routes de la soie numériques ».

I. Organiser la production, l’hébergement et le traitement des données numériques sur le territoire chinois : le nouvel objectif des gouvernements provinciaux

Après avoir laissé le champ libre aux entreprises dans la construction des infrastructures nécessaires à l’acheminement, à l’hébergement et au traitement des données, le Parti Communiste Chinois (PCC) décide désormais de « planifier scientifiquement » (科学布局) ces flux de données selon le principe « East Data, West Computing (东数西算) ». Pékin tente de pallier la surconcentration des ressources numériques (centres de données, points d’échange Internet, dorsales de fibre optique etc.) par un rééquilibrage des capacités d’hébergement et de traitement de données vers les provinces de l’Ouest. Ce principe planificateur s’inscrit à la suite de plans de développement antérieurs dans le domaine énergétique notamment le plan « West Electricity, East Delivery (西电东送) ».
Nous étudierons ici comment les entités provinciales et municipales mobilisent leurs ressources afin d’attirer les investissements des entreprises d’Etat (opérateurs de télécommunications) et les entreprises privées (Huawei, Alibaba, Inspur) sur leurs territoires en créant des zones dédiées à l’industrie numérique.

II. La création de « ports-informationnels » aux frontières de la Chine : le cas d’étude du Guangxi

Dans les provinces frontalières cet aménagement numérique du territoire est doublé d’un focus spécifique sur les flux de données transfrontaliers et sur la création de plateformes d’échange de données et de zones industrielles spécifiques consacrées à l’industrie numérique : les « ports informationnels » (信息港). Deux exemples émergent au Xinjiang et au Guangxi. Précurseur, le port informationnel du Guangxi, frontalier du Vietnam, marque la volonté de cette province de tirer parti de sa localisation aux portes de l’Asie du Sud-Est, afin de devenir une base arrière des entreprises chinoises du numérique sur ces marchés.
Nous explorerons ici l’articulation entre la réforme de l’architecture du réseau Internet du Guangxi et la construction de zones d’activités liées à l’hébergement et au traitement de données en provenance des pays de l’ASEAN et de la baie de Hong-Kong dans la ville Nanning et ses alentours.

III. Les routes de la soie numériques : vers une sécurisation des flux de données des entités chinoises à l’étranger

Enfin, à l’extérieur des frontières chinoises les opérateurs d’Etat chinois s’affairent à étendre les canaux de connectivité de la Chine – principalement des câbles fibre optique sous-marins et terrestres – afin de réduire leur dépendance aux opérateurs de transit américains. Ce phénomène, communément désigné sous le label des « Nouvelles routes de la soie » est toutefois antérieur au lancement de la BRI en 2013 et figure dans les directives du Ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information (MIIT) depuis le début des années 2010. L’objectif pour Pékin est alors d’accroître les points de connexions internationaux de la Chine tous azimuts afin de renforcer la résilience du réseau Internet chinois en cas de rupture sur l’un des câbles sous-marins. Certains points de connexions pourraient également permettre à la Chine de sécuriser ses communications, notamment les flux de données transitant entre les sièges de ses entreprises et les filiales situées à l’étranger.


Nous nous appuierons ici sur le travail de cartographie des canaux de connectivité internationale déployés par la Chine mené par l’auteur ainsi que sur ses enquêtes de terrain au Pakistan, où un corridor numérique sino-pakistanais est en train d’être constitué.

L’intervenant

Nowmay Opalinsky est doctorant en géographie à l’Institut Français de Géopolitique (IFG) (Université Paris 8) sous la direction d’Isabelle Saint-Mézard et Frédérick Douzet. Il est associé au projet GEODE (Géopolitique de la Datasphère). Sinisant, il a étudié à l’Université des Langues et des Cultures de Pékin (北京语言大学). Il est également affilié à la Lahore University of Management Sciences (LUMS), où il participe au projet de recherche EPIC (Exploring Pakistan’s Internet Connectivity). 

Références bibliographiques

China Academy of Information and Communications Technology (CAICT), « Livre blanc sur l’interconnexion internationale des câbles à fibre-optique en Chine – 2018 (中国国际光缆互联互通白皮书 (2018年)) », 2018.
Douzet Frédérick, « Du cyberespace à la datasphère. Enjeux stratégiques de la révolution numérique. », Hérodote, 2-3 (177-178), p.3-15.
Du Yueying, « Le flux de données et le flux de la gouvernance – il est urgent de renforcer la gouvernance internationale de l’Internet (数据流就是治理流——互联网国际治理效力亟待深化) », China Development Observer (中国发展观察), 2018, n°15, p.26-27.
Gorman Lyndsay, « China’s data ambitions, strategy, emerging technologies and implications for democracies », National Bureau of Asian Research, 2021, https://www.nbr.org/publication/chinas-data-ambitions-strategy-emerging-technologies-and-implications-for-democracies/, consulté le 5 janvier 2023.
Groenewegen-Lau Jeoren, « Oceans of data lift all boats: China’s data centers move west », MERICS, 2022, https://merics.org/en/short-analysis/oceans-data-lift-all-boats-chinas-data-centers-move-west, consulté le 5 janvier 2023.
Hong Shen, « Building a digital silk road? Situating the Internet in China’s Belt and Road Initiative », International Journal of Communication, n°12, 2663-2701.
Opalinski Nowmay, Douzet Frédérick, « A la conquête de la datasphère : les routes de la soie numériques de la Chine », in Lasserre F., Mottet E., Courmont B. (dir.), A la croisée des nouvelles routes de la soie : coopérations et frictions, Presses de l’Université du Québec, 2022, p.117-130.
Pan Darcy, « Storing data on the margins: making state and infrastructure in Southwest China », Information, Communication & Society, 25 :16, 2412-2426.
Roberts Huw et al., « The Chinese approach to artificial intelligence: An analysis of policy, ethics and regulation » , AI & Society, 36(77), p.36-59.

La séance se tenant en mode hybride, le lien vous sera communiqué ultérieurement.

 



Citer ce billet
Julien Vercueil (2023, 30 mai). Annonce de la séance du 7 juin : Nowmay Opalinsky sur la donnée comme ressource stratégique pour la Chine. BRICS et économies émergentes. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m55r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.