Prochaine séance : le spatial, nouvelle frontière de la Chine. Isabelle Sourbès-Verger, Lucie Sénéchal-Perrouault, Julien Breuzon 9 février 2022 à 18h

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu (en ligne) mercredi 9 février 2022 à 18h.

Elle aura pour thème :

L’ESPACE : LA NOUVELLE FRONTIERE DE LA CHINE

En ligne, pour vous inscrire cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.inalco.fr/webform/brics-9e-seance

Et recevra :

  • Isabelle Sourbès-Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault,  “Le rêve de la Chine dans l’espace”
  • Julien Breuzon, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
    l’industrie spatiale ?”

Modération : Jean-Paul Maréchal

L’humanité  est  à l’aube d’une nouvelle  ère de la conquête spatiale, une  ère qui sera assurément bien différente de la précédente. En effet, la première phase de cette  épopée – qui débute en 1957 avec Spoutnik et qui culmine en 1969 avec Apollo 11 – fut exclusivement dominée par les  Etats et très largement structurée par des considérations liées  à la Guerre froide.

Depuis la fin de cette époque de pionniers, autrement dit depuis presqu’un demi-siècle, les activités spatiales ont surtout servi  à faciliter les activités terrestres, et cela notamment grâce aux satellites dédiés aux communications,  à la météorologie ou  à l’aide  à la navigation. Mais l’ère dans laquelle nous sommes désormais entrés se distingue de la précédente sur deux points principaux : le retour en force de la géopolitique et l’arrivée massive d’acteurs privés.

La géopolitique a fait son retour de façon marquée dans le domaine spatial avec la montée en puissance de la Chine. L’annonce du projet de faire marcher des taïkonautes sur la Lune d’ici 2035 relance la course  à l’exploration de l’espace profond car il est  évident que l’ étape suivante sera l’arrivée sur Mars.

A cela s’ajoute une militarisation accrue de l’espace. Le phénomène en tant que tel n’est certes pas nouveau et l’on peut par exemple citer l’initiative de défense stratégique   du président Reagan surnommée alors par la presse le projet   “guerre des étoiles”. Mais l’utilisation militaire de l’espace a pris depuis quelques années une tout autre ampleur. Ainsi, en 2007, la Chine a testé un missile antisatellite en détruisant l’un de ses satellites météorologiques. (L’Inde a procédé à un test du même genre en mars 2019, et les Russes en novembre 2021.) Par ailleurs, les avions militaires orbitaux vont se multiplier avec des possibilités d’attaque que ne possèdent pas les vecteurs traditionnels. C’est la raison pour laquelle par exemple le gouvernement français a décidé, en septembre 2019, de créer un Commandement de l’Espace rattaché à l’Armée de l’Air qui est ainsi devenue l’Armée de l’Air et de l’Espace.


Le deuxième changement par rapport  à la période précédente réside dans l’arrivée d’acteurs non étatiques. En effet, entre 1958 et 2009, la quasi-totalité des dépenses dans le domaine spatial était le fait d’acteurs publics, principalement la NASA et le Pentagone. Mais au cours des années 2010, l’investissement privé a atteint un niveau annuel moyen de 2 milliards de dollars, soit 15 % du total. On pense à Space X (Elon Musk), Blue Origin (Jeff Bezos) ou Virgin Galactic (Richard Branson). Les domaines d’intervention envisagés par ces nouveaux acteurs sont variés. Ils vont du tourisme spatial à l’exploitation de ressources sur des corps célestes en passant par la mise en oeuvre d’essaims de satellites de communication.

Dans ce contexte, la République populaire de Chine apparaît comme un acteur de premier plan. Son programme spatial constitue l’un des  éléments clés de la volonté de rattrapage technologique de ses dirigeants. Si le programme spatial chinois remonte certes l’ère Mao, c’est à partir de 1978 que Pékin va mener une politique systématique de rattrapage technologique. Ce sera en 1978 le lancement officiel de la politique dite des ” quatre modernisations “  (forgée en 1975 par Zhou Enlai), en 1986 le Programme 863 appelé State High Tech Development Plan (qui représente désormais annuellement 5% des dépenses de l’Etat) … Xi Jinping accède au pouvoir en 2012. Cette même année il affiche
l’objectif de réaliser le   rêve chinois   pour 2049, c’est-à-dire pour le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Il s’agit de faire de l’empire du Milieu   un pays innovant d’ici 2020,  “un des pays les plus innovants”   d’ici 2030 et, pour finir, la première puissance innovante   d’ici 2049. Trois ans après le lancement du   rêve chinois  , Pékin inaugure le programme   “Made in China 2025” (sur lequel le régime ne communique plus trop…). On estime qu’en 2017, le budget spatial chinois s’élevait  à environ 9,3 milliards de dollars et qu’il employait 200 000 personnes. Il convient tout de même de signaler que la même année la NASA disposait d’un budget de 9,3 milliards de dollars et employait environ 17000 personnes.

Lieu traditionnel de rivalités géopolitiques, l’espace est désormais également devenu celui d’une compétition géo-économique au sein de laquelle Pékin compte bien peser de façon décisive. A ce titre, l’espace est bien l’une des   nouvelles frontières   – militaire, économique, diplomatique…– de la Chine.

Afin de nous aider  comprendre le rôle que joue et qu’est susceptible de jouer la Chine dans
cette nouvelle donne spatiale, la séance du 9 février comportera deux interventions.

La première, intitulée “Le rêve de la Chine dans l’espace”, sera proposée par Isabelle Sourbès
Verger et Lucie Sénéchal-Perrouault.

La seconde, “La Chine peut-elle tirer des bénéfices géopolitiques de la privatisation de
l’industrie spatiale ?”, sera proposée par Julien Breuzon.

  • Isabelle Sourbès-Verger est géographe, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l’occupation de l’espace circumterrestre et des politiques spatiales.
  • Lucie Sénéchal Perrouault est doctorante au CNRS. Elle réalise sa thèse sur la spatial
    commercial chinois à l’EHESS au centre Alexandre Koyré.
  • Julien Breuzon est ingénieur dans le secteur aérospatial et diplômé  de sciences politiques. Ses recherches actuelles ont pour objet l’analyse des impacts géopolitiques sur les organisations industrielles des secteurs stratégiques et sur les systèmes d’innovations nationaux. Elles se focalisent sur l’industrie spatiale en Asie.

Cette séance poursuit une réflexion entamée en 2020 avec la parution d’un numéro de la revue
Monde chinois nouvelle Asie (n°64, Editions Eska) consacré au spatial chinois et coordonné  par Philippe Achilleas et Jean-Paul Maréchal, respectivement directeur et directeur adjoint de l’Idest (Institut du droit de l’espace et des télécommunications) à l’Université Paris-Saclay. Ci-contre la présentation du numéro : couv MC 64


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.