Prochaine séance : Sara Regragui et Eléonore Nantas sur les enjeux technologiques et géopolitiques des Nouvelles routes de la Soie chinoises en Afrique du Nord et Eurasie.

Toute l’équipe du séminaire BRICs (Inalco CREE – UdP – FMSH et EHESS) vous présente ses meilleurs voeux pour cette nouvelle année

La prochaine séance du séminaire BRICs (Inalco CREE – UdP – FMSH et EHESS) aura lieu mercredi 12 janvier à 18h (en ligne).

Elle recevra :

Sara Regragui, doctorante à l’université de Montpellier

Eléonore Nantas, doctorante à l’Inalco.

Les Nouvelles routes de la soie chinoises et leurs enjeux technologiques et de sécurité.

Lien d’inscription pour cette séance :  http://www.inalco.fr/webform/brics-7e-seance

Voici les titres (provisoires) des interventions :

  • Sara Regragui : La course au numérique post-pandemie : la mainmise de la Chine sur l’Afrique du Nord.
  • Eléonore Nantas : Quand la chine façonne son propre champ de bataille en Europe et Eurasie, entre cyber sécurité et routes de la soie.

Résumé de l’intervention de Sara Regragui :

La course au numérique post pandémie: mainmise de la Chine sur l’Afrique du Nord

En cette période de crise pandémique COVID-19, le digital engendre de nouvelles vagues de changement toujours plus rapides. Les comportements et habitudes des citoyens et des entreprises changent continuellement, créant une demande de transformation à grande échelle de l’économie et de la société au niveau mondial. Le digital est désormais identifié dans le monde entier comme la quatrième révolution industrielle, source de grandes opportunités économiques et sociales, mais aussi de changements inédits. La vague digitale nécessite de nombreux ajustements dans les politiques, le commerce et les partenariats internationaux pour bénéficier de ses retombées.

Bien que l’Afrique ne soit pas encore sur la voie du rétablissement, la pandémie représente un “moment” distinct pour cette nouvelle ère, qui pourrait être utilisé pour apporter un changement dans les relations de l’Afrique du Nord avec la Chine.
À l’heure où la pandémie de COVID-19 et la crise financière qui en découle frappent la région africaine, il est encore plus crucial de stimuler le commerce et son infrastructure.

L’année 2022 souffle un vent nouveau avec le Royaume du Maroc qui devient le premier pays de la région à signer la convention de mise en œuvre conjointe de la BRI (Belt and Road Initiative) avec la Chine. Ce plan de mise œuvre annonce l’accélération des développements de la BRI dans la région et plus particulièrement le lancement de la Digital Silk Road (Route de la Soie numérique) en Afrique du Nord, qui vise à compléter l’initiative géo-économique chinoise.

En s’appuyant largement sur les technologies chinoises, les pays de l’Afrique du Nord ont l’occasion d’améliorer leurs réseaux de télécommunications, leurs capacités en matière d’intelligence artificielle, l’informatique en cloud, leurs systèmes de commerce électronique et de paiement mobile, leurs technologies de surveillance, leurs Smart Cities (villes intelligentes) et d’autres domaines de haute technologie tels que la Blockchain, l’Intelligence Artificielle ou l’Internet des Objets. Néanmoins, ce partenariat a un coût de dépendance numérique qui pourrait avoir de lourdes conséquences. L’exposition aux acteurs chinois en matière de technologie sera de plus en plus inévitable, les pays bénéficiaires auront une visibilité limitée de la quantité et de l’étendue des données et des systèmes numériques accessibles à l’État chinois, en mettant en cause leur souveraineté. La DSR deviendra un outil de coercition politique.

Plusieurs démocraties ont exprimé de sérieuses inquiétudes à propos de la Route de la soie numérique. Elles craignent qu’à l’heure où Pékin s’affirme davantage sur la scène mondiale, la Chine n’utilise la DSR pour permettre aux pays bénéficiaires d’adopter son modèle d’autoritarisme technologique, ce qui serait préjudiciable aux libertés individuelles et à la souveraineté de ces pays. L’acceptation de tels risques dans le cyberespace vis-à-vis de Pékin deviendra progressivement une condition d’accès à l’économie régionale au sens large.
Dans cette intervention, nous exposerons les risques et les enjeux qui découlent de l’adoption de cette initiative auxquels feront face les pays nord-africains.

Résumé de l’intervention d’Eléonore Nantas :

Le cœur de mes recherches demeure le projet chinois Belt and Road Initiative (BRI), souvent appelé « nouvelles routes de la soie » et son impact sur l’Eurasie. C’est mon regard sur l’appréhension de ses conséquences qui a changé. Au lieu de me concentrer sur deux économies spécifiques en forgeant une analyse à l’aune de leurs caractéristiques particulières, j’ai décidé de rendre compte de mes recherches sous l’angle de la vulnérabilité économique d’un ensemble plus vaste, couvrant l’Europe et l’Eurasie, véhiculée par le développement des infrastructures ferroviaires : par quels vecteurs le projet chinois Belt and Road Initiative peut-il mener à une déstabilisation des économies européennes et eurasiatiques ? Ma proposition de piste de réponse est le vecteur cyber sécuritaire appliqué aux technologies opérationnelles de transport.

Cette évolution du sujet me permet de déployer une réflexion largement enrichie des éléments d’un terrain que je pratique quotidiennement et qui me passionne. De plus c’est un domaine encore peu étudié et encore moins rendu accessible à des publics non-spécialistes. Je considère cet état actuel des choses comme une insuffisance de dialogue entre les domaines de recherches géo-économiques et technologiques. Au-delà du présent sujet d’étude, j’ai l’espoir que ce travail permettra d’apporter une pierre à l’édifice de la coopération entre ces deux disciplines en prenant soin de rendre mes travaux aussi accessibles que possible à n’importe quel lecteur, peu importe son bagage universitaire ou professionnel.

Comme cela sera détaillé dans l’intervention, la problématique que je traite est étroitement liée à des enjeux géostratégiques de maîtrise des données, édiction de normes et poids des appareils militaires dans la sauvegarde de l’intégrité des infrastructures nationales.

Les intervenantes :

Sara Regragui est doctorante en études chinoises à l’Université Paul Valéry de Montpellier, France. Ses principaux intérêts de recherche portent sur les impacts géo-économiques de la Route de la soie numérique de la Chine en Afrique du Nord. La problématique de sa thèse se concentre sur la façon dont les pays d’Afrique du Nord envisagent de développer leur coopération avec la Chine et quels défis devront-ils relever en rejoignant la BRI et la Route de la soie numérique. Sara est titulaire d’un Master en négociation de projets internationaux spécialisé en chinois et d’un Mastère Spécialisé® en Transformation Digitale, Marketing et Stratégie de l’Emlyon business school. Elle travaille actuellement en tant que consultante en transformation digitale chez Avanade. Pour sa thèse de doctorat, elle est sous la supervision de Guilhem Fabre et Stéphane Valter.

Eléonore Nantas est doctorante au CREE -INALCO sous la direction de Julien Vercueil. Le sujet de sa thèse  est intitulé “Le projet chinois Belt and Road Initiative, générateur de nouvelles surfaces d’exposition aux déséquilibres économiques en Europe et Eurasie :  le cas d’étude du vecteur cyber-sécuritaire appliqué aux technologies opérationnelles dans le domaine du transport

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.