Annonce de la séance du 23 juin : Etienne Espagne, Michel Aglietta et Romain Svartzman sur l’écologie politique et les relations monétaires internationales

La prochaine séance du séminaire BRICs aura lieu mercredi 23 juin. 

Elle aura lieu simultanément en ligne et sur place, Maison de la Recherche de L’INALCO, 2 rue de Lille, 75007 Paris, Auditorium. Pour vous inscrire, cliquez sur le lien d’inscription à la séance ci-dessous :

http://www.inalco.fr/webform/seminaire-brics-session-15

Elle recevra :

Romain Svartzman (University College of London), Etienne Espagne (AFD) et Michel Aglietta (CEPII)

Sur le thème : 

Vers une écologie politique des relations monétaires internationales. Les hérarchies monétaires et biophysiques. 

La séance se tiendra en français. Elle fera dialoguer deux présentations :

La première, proposée par Romain Svartzman, développera une approche d’économie politique des déséquilibres monétaires et financiers internationaux.

Résumé de l’intervention en anglais : the presentation develops a political ecology of global imbalances to explore how currency hierarchies are constituted and maintained through ecological hierarchies: monetary dominance depends upon the continuous and uneven flow of resources from Peripheral to Core countries. This connection between monetary and ecological
hierarchies is particularly visible through the Chimerica relationship, which
linked the international dominance of the US dollar to China’s coal-powered development.
While China is now transitioning away from its Peripheral status by seeking
to reconfigure currency and ecological hierarchies to support its own resourceintensive
growth, this trend also increases the likelihood of systemic ecological crises.
This suggests that the quest for a balanced and green IMS requires a dramatic
shift away from the Core-driven imperial modes of production, consumption
and living.

La deuxième présentation, proposée par Etienne Espagne et Michel Aglietta, s’appuiera sur un chapitre d’ouvrage récemment publié consacré à la question du prêteur international en dernier ressort vue sous l’angle de la lutte contre les transformations irréversibles de l’environnement.

International financial flows are nowadays a key determinant of the macro-dynamics of all types of economies. In the case of developing and emerging economies, the capacity to attract international financial flows from developed economies, or to protect themselves against sudden stops, determines the capacity to finance the investments required for a low-carbon transition or for adaptation strategies to climate change, or the possibility to avoid investments detrimental to the environment.

The international lender of last resort thus holds the ultimate position in this intricate network of liquidity provision, providing the means of payments for international transactions. However, this actor does not exist as an upperhand institution. It can only proceed from arrangements between central banks and other actors. Therefore, aligning financial flows with the objectives of the Paris Agreement implies that the institutions at the heart of the function of the international lender of last resort are aligned as well.

In the current context of recovery packages tied to the COVID19 crisis and the implementation of carbon neutrality horizons, the international lender of last resort emerges as a critical actor of political ecology.

 
Les intervenants :

Étienne Espagne est économiste de l’environnement et du développement à l’Agence Française de Développement et chercheur associé au CERDI. Ses programmes de recherche portent sur les impacts socio-économiques du changement climatique et sur les stratégies d’adaptation et d’atténuation mises en œuvre dans les pays émergents et en développement, notamment en Asie du Sud-Est. C’est le cas par exemple du programme GEMMES Vietnam ou du programme Facilité Inégalités dans les pays du Bas Mékong. Plus globalement, les travaux d’Étienne Espagne s’intéressent aux politiques financières visant une transition bas carbone et résiliente, qui ont suivi la signature de l’Accord de Paris.

Docteur en économie de l’environnement de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Étienne Espagne est également diplômé de l’école Mines ParisTech et de l’École d’économie de ParisIl a publié dans diverses revues académiques, sur des sujets liés au changement climatique et aux politiques énergétiques. Il enseigne régulièrement à l’Université Paris 1, à l’EHESS, à l’École Polytechnique et à l’ENSTA Paris. Avant de rejoindre l’AFD en 2017, il a travaillé pour le Centre d’études prospectives et d’information internationale (CEPII), France Stratégie et le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED).

Article en lien avec la présentation : Aglietta Espagne env.change.SMI_final 

 
Romain Svartzman est chercheur associé à l’Institute for Innovation and Public Purpose (IIPP – University College London, UCL). Son travail porte sur l’analyse des risques écologiques (principalement liés au changement climatique et à la perte de biodiversité) pour la stabilité financière, et leurs implications potentielles en termes de politiques prudentielles et monétaires. Il s’intéresse également aux liens entre l’évolution des institutions monétaires et des systèmes socio-écologiques, ainsi qu’à l’économie politique internationale de la transition écologique. 

Romain a obtenu sa thèse de doctorat en macroéoconomie écologique à l’Université de McGill (Canada). Il détient également un Master en finance de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po) et un diplôme en Economie et droit du changement climatique (FLACSO, Argentine). Il a par ailleurs travaillé dans le domaine des investissements ‘verts’ pour la Banque mondiale et en fonds d’investissement.  
 
Article en lien avec la présentation : Romain Svartzman & Jeffrey Althouse (2020) Greening the international monetary system? Not without addressing the political ecology of global imbalances, Review of International Political Economy, DOI: 10.1080/09692290.2020.1854326
 

Michel Aglietta est Professeur émérite de Sciences Economiques à Paris X Nanterre, Conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie. Il a été membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier ministre, de l’Institut Universitaire de France et du Haut Conseil des finances publiques. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité dont, tout récemment, “Capitalisme. Le temps des ruptures” (Odile Jacob, 2019), ouvrage qu’il a dirigé et qui comprend les contributions de Luc Arrondel, Gilles Dufrénot, Etienne Espagne, Anne Faivre, Yann Guy, André Masson, William Oman et Renaud du Tertre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.