Annonce de la séance du 22 janvier (2, Rue de Lille) : Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier sur l’Asie du Sud-Est, carrefour de la mondialisation

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :

 

le mercredi 22 janvier 2020,  de 18h précises à 19h45

Attention : dorénavant, changement d’adresse des séances:

à la Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, Rue de Lille 75007 Paris

(métros: Saint Germain des Près ou Rue du Bac) 

Salle 2.05 (2ème étage, anciens « grands salons »)

Elle recevra :

Jean-Raphaël Chaponniere et Marc Lautier

L’Asie du Sud Est, au carrefour de la mondialisation

 

Déjà traversée par plus de marchandises que la Méditerranée à l’époque de l’Empire Romain, l’Asie du Sud Est a été un enjeu de la première mondialisation. Ces possessions européennes ont basculé vers le Japon et les Etats Unis avant la seconde guerre mondiale et les décolonisations. Ensuite, bien que mal partie aux indépendances, l’Asie du Sud-Est a déjoué les pronostics et rejoint le « vol des oies sauvages »de la croissance asiatique,stimulée par le vent de la seconde mondialisation (après l’endaka) .

Peuplée de 600 millions d’habitants, les onze pays qui composent cette région charnière entre l’Inde et la Chine sont ainsi engagés sur une trajectoire de croissance forte, bien plus rapide que celle des autres régions du monde, à l’exception de la Chine. Cette progression est d’autant plus étonnante que, dans les années 1950, ces pays avaient un niveau de revenu proche de l’Afrique subsaharienne, des institutions souvent défaillantes et des spécialisations primaires fragiles. Ni la géographie, ni l’ouverture de ces économies,ni la gouvernance n’expliquent l’essor de l’Asie du Sud-Est,qui a tiré parti de sa position de carrefour de la mondialisation parce qu’elle avait engagé les transformations structurelles indispensables au développement et à l’industrialisation.

La présentation remet en perspective historique le décollage économique de la région et ouvre quelques pistes sur son futur à moyen terme.

 

Jean Raphael Chaponniere a été ingénieur de recherche au CNRS, conseiller économique (Corée et Turquie), économiste à l’Agence Française de Développement, chercheur à l’Institute of South East Asia (Singapour) et à l’Euro Asia Center (INSEAD). Il est rattaché à Asie 21 Futuribles et participe à Asialyst.

Marc Lautier est professeur d’économie à l’Université Rennes 2, où il dirige le Master Commerce et Relations Economique Europe-Asie (CREEA).

Ils viennent de publier la 2e edition de « Economie de l’Asie du Sud Est », Bréal, Octobre 2019. Voir, en attaché, la couverture.

 

La séance suivante est prévue le mercredi 12 février 2020 (18h-19h45, Maison de la Recherche de l’INALCO, 2, rue de Lille), avec Nikolay Nenovsky (Université d’Amiens), Politique monétaire et rente en Russie.

.

Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org

 

Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236

Bien à vous, 

Les coordinateurs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.