Annonce de la séance du 13 novembre : Elsa Lafaye de Micheaux sur les modes de développement en Asie du Sud Est et l’influence de la Chine

La prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aura lieu :
 
le mercredi 13 novembre 2019,  de 18 à 20 heures
 
au 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterand),
 
salle 3.15 (3ème étage)
 
 Elle recevra :
 

 Elsa Lafaye de Micheaux :

 

“Hétérogénéité du développement et diversité des capitalismes sud-est asiatiques : l’influence de la Chine en partage”

Ci-dessous un lien vers le texte d’appui :

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2039/files/2019/11/IG-2019-Elsa-Ldm.pdf


Synopsis

 

L’intervention s’organise en 3 parties, la première brossant le portrait d’une région à plusieurs vitesses caractérisée par la forte hétérogénéité de développement économique à l’échelle régionale, que l’on peut appréhender par les niveaux de richesse (PIB et PIB par habitant) ou de développement humain (IDH), par la part de la mine et de l’agriculture dans l’économie ou par le degré d’industrialisation et de services, mais aussi sur le plan des degrés respectifs de l’ouverture internationale. Derrière le qualificatif de région à forte croissance économique, les trajectoires d’accélération de la croissance économiques sont elles-mêmes très contrastées. Un contraste que le processus d’intégration économique dans le cadre de l’ASEAN n’a qu’à peine réduit au cours des dernières décennies.

La deuxième partie organise de manière plus conceptuelle cette variété des configurations, en s’appuyant sur la théorie de la diversité des capitalismes asiatiques : identifiant des institutions communes, elle permet de dégager une typologie, à partir de traits partagés ou clivants parmi lesquels l’agriculture de plantations ; la stratégie d’industrialisation par les exportations ; le rôle de l’Etat développeur ; l’accroissement des inégalités ; le népotisme et le patronage ; les réseaux d’affaires transnationaux ; les migrations de travail, etc., cette approche souligne les logiques internes et les cohérences des systèmes économiques nationaux (exemple de la Malaisie).

Enfin, jusqu’ici plus ou moins ouverte et plus ou moins insérée dans une mondialisation commerciale et productive dominée par les multinationales occidentales, japonaises, coréennes et taïwanaises, l’Asie du Sud-Est change de constellation sous l’influence directe et néanmoins ambivalente de la Chine. A l’éclatement des configurations du développement économique en Asie du Sud-Est, s’oppose actuellement un vecteur de transformation économique commun plus cohérent et plus puissant que les précédents : d’une part le très fort développement des échanges commerciaux a fait de la Chine le premier fournisseur de l’ensemble de la zone à la fin de la décennie 2000, établissant une dépendance objective inédite entre ces pays et les capacités industrielles de leur voisin ; d’autre part on a assisté au cours de la décennie 2010 à la montée rapide et massive des investissements chinois, notamment dans le domaine des infrastructures de transport ou de production hydroélectrique, mais aussi industriels et parfois immobiliers. Dans la mesure où les plus grands d’entre eux sont le fait d’entreprises publiques de la République populaire de Chine bénéficiant d’un soutien diplomatique direct du gouvernement, notamment dans le cadre large et mal délimité des maillons sud-est asiatiques la Belt and Road Initiative, ils véhiculent une composante politique et géopolitique propre et largement inédite.
L’économie de l’Asie du Sud-Est n’existe pas comme telle tant cette région reste, aujourd’hui encore, marquée par le sceau de l’hétérogénéité et la diversité, malgré les éléments d’uniformisation puissants et opératoires qu’ont été les expériences coloniales – là aussi, en réalité, variées -, l’occupation japonaise, et la mondialisation du capitalisme d’après la seconde guerre mondiale. Les expériences contemporaines de la décolonisation, les processus de constructions nationales et les régimes politiques propres ont formé le cadre d’un développement économique à plusieurs vitesse et à la physionomie diverse. C’est cette diversité que l’on va d’abord décrire et tenter d’analyser avant de faire le point sur ce qui constitue sans doute le fait le plus marquant de notre présent, l’effet vaste et général sur le plan économique à l’échelle de la région de la montée en puissance chinoise.

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 27 novembre 2019 et recevra Thibaut Deguilhem sur “Réseau social et qualité de l’emploi en Amérique latine : le cas de la Colombie”
 
Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog : http://brics.hypotheses.org
 
Voir aussi dans le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236
 
 
Bien à vous,
 
Guilhem Fabre,
Jean-Paul Maréchal
Xavier Richet
Pierre Salama
Michel Schiray
Julien Vercueil
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.