Annonce de la séance du 12 novembre 2015 : Robert Boyer, Capitalismes Asiatiques

La troisième séance du séminaire BRICs des FMSH et EHESS de l’année 2015/2016 aura lieu jeudi 12 novembre  2015, de 18 heures à 20 heures, salle 2, au RDC de l’immeuble « France », 190-198 avenue de France, 75013 Paris (métro: Quai de la Gare).  Elle recevra :

Robert Boyer

Capitalismes asiatiques :

Diversité et transformations

à partir de son dernier livre publié aux Presses Universitaires de Rennes en 2015, qu’il a co-dirigé avec Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai

 avec une présentation et comme discutants : Julien Vercueil et Xavier Richet

Ce livre introduit en français le programme de recherche international sur la diversité des capitalismes étendu à l’Asie. Il offre une nouvelle lecture théorique des économies asiatiques, inspirée de la théorie de la régulation, permettant d’expliquer leurs profondes transformations actuelles.

La plupart des économistes se servent du capitalisme de marché américain comme référence pour analyser les modèles japonais, coréen ou chinois. La théorie de la régulation s’intéresse au contraire aux cohérences et aux spécificités des économies asiatiques, en identifiant les principales institutions qui ont modelé chaque capitalisme national après la Seconde Guerre mondiale et en retraçant leurs transformations depuis la crise de 1997, en passant par la crise des subprimes.

L’ouvrage analyse le degré de concurrence et d’intégration de ces pays vis-à-vis de l’économie mondiale, la nature de l’organisation du marché du travail, les régimes monétaires et de taux de change et finalement les modes d’intervention de l’État à travers la législation du travail, les dépenses publiques et les impôts. Autant de nouvelles ouvertures qui mettent en lumière l’intégration économique régionale asiatique en cours et les conflits politiques passés et présents qui entravent l’institutionnalisation de ces interdépendances.

Ci-dessous la couverture du livre :

Présentation1

Ci-dessous la table des matières :

Boyer.Capitalismes.table des matieres

Les émergences économiques : thème, fugues et variations

En 2011, l’expression « marchés émergents » a eu trente ans. Comme d’autres expressions qui ont connu un certain succès, ses utilisations successives ont donné lieu à des transformations et des glissements de sens qui peuvent avoir de l’importance pour la compréhension qu’on en a aujourd’hui. Pour ces raisons, mais aussi parce qu’on trouve l’histoire illustrative de l’influence que peuvent avoir certains concepts sur la réalité, on propose ici une brève généalogie des expressions qui ont touché et touchent encore à l’émergence économique.

Exposition du thème : « marchés émergents » (Emerging Markets)

Au début des années 1980, après avoir dirigé pendant cinq ans la filiale thaïlandaise du groupe bancaire qui l’employait, Antoine Van Agtmaël rejoint à Washington l’International Finance Corporation, organisme de la Banque Mondiale chargé des relations avec le secteur privé pour le financement des pays en développement. Son expérience asiatique l’incite à s’intéresser au développement, alors à ses débuts, des marchés financiers dans les pays d’Asie. Avec l’aide du Professeur Vihang Errunza, de l’université Mc Gill, il étudie les données de plusieurs marchés financiers de pays en développement sur la période 1975-1979. Les résultats lui semblent propres à intéresser les investisseurs occidentaux, habituellement peu enclins à chercher dans les pays en développement des occasions d’investir. Son problème est alors, selon ses propres termes, de donner à ses résultats « le tour le plus spectaculaire possible pour la communauté des investisseurs »[1].

En septembre 1981, l’occasion lui est donnée de présenter ses conclusions à un parterre d’une trentaine de responsables de sociétés d’investissement, dans les locaux de New-York de la société financière Salomon Brothers. Il s’efforce alors de montrer l’intérêt de créer un fonds (dont le titre provisoire serait « Third World Equity Fund », « Fonds d’Investissement dans le Tiers Monde »), destiné à être investi dans un portefeuille diversifié de titres d’entreprises et de titres d’États de pays du Sud dont la croissance économique est prometteuse. Francis Finlay, de J. P. Morgan, lui fait alors observer que, si l’idée est intéressante en soi, il ne pourra jamais la vendre en employant le terme « Third World Equity Fund ».

Quelques jours plus tard, Van Agtmaël propose un nom plus « positif et roboratif » : « Emerging Markets ». Alors que « l’expression « Tiers Monde » suggérait la stagnation, « Marchés Émergents » évoque « le progrès, la croissance et le dynamisme »[2].  Il décide alors de ne plus se référer à la base utilisée qu’en tant que « Base de données Marchés Émergents » et de nommer l’indice qui en est tiré « IFC Emerging Market Index ». Ainsi qu’il le fait observer, si l’expression « marchés émergents » avait été à l’origine « créée par la conviction et fondée sur une observation directe en Asie, [elle] était aussi une manoeuvre de création de marque (branding) »[3].

Cette première initiative de l’IFC fut suivie par d’autres fonds d’investissements centrés sur ces marchés. Ainsi, le “Emerging Markets Growth Fund” dirigé par Capital Investment, Inc., devint le premier et bientôt le fonds le plus large de ce type avec un groupe d’investisseurs institutionnels venant du monde entier. Templeton, autre entité intéressée par le management d’un fonds inspiré par l’IFC, créa bientôt son propre fonds enregistré au New York Stock Exchange. En 1987, Van Agtmaël fonda lui-même une société nommée Emerging Markets Management, L.L.C. (EMM), spécialisée dans l’investissement dans ces marchés (plus de 12 milliards de dollars gérés en 2009).

En 1988, Morgan Stanley Capital International (MSCI) lança son propre indice global des marchés émergents, qui est aujourd’hui l’indice de référence des investisseurs internationaux. Initialement représentatif d’environ 1 % de la capitalisation de marché, il en représente 14 % en 2010, couvrant plus de 2600 titres sur 21 marchés[4]. La manière dont les pays entrent ou sortent de l’indice MSCI est déterminée par des discussions avec la communauté des investisseurs et les critères que sont le « développement économique », la liquidité et l’accessibilité du marché, la taille du marché. En une vingtaine d’années, les indices « marchés émergents » ont surpassé de 50 % la rentabilité des indices de marchés financiers des pays industrialisés comme le Standard and Poor’s 500.

Première fugue. « Économies à marchés émergents » (Emerging Markets Economies)

L’expression « emerging markets », forgée par et pour la communauté financière, va donner naissance de manière naturelle à une expression dérivée, « emerging market economy ». Cette notion vise en particulier à répondre aux questions que se posent les investisseurs sur les fondamentaux économiques des marchés dans lesquels ils investissent : les marchés financiers peuvent-ils avoir un rendement élevé sans risque, si les fondamentaux économiques (croissance, comptes publics, relations économiques extérieures…) ne les supportent pas ?  La réponse étant toujours négative, l’analyste doit nécessairement s’intéresser aux « économies à marchés émergents » et à leurs caractéristiques macro-économiques pour étayer ses conseils quant aux placements financiers concernés[5].

Deuxième fugue. « Économies émergentes » (Emerging Economies).

Des économies à marchés émergents, on aboutira aux économies émergentes par un élargissement progressif de l’approche. L’analyse économique, académique comme celle destinée au grand public, va se saisir de la notion d’ « émergence » par deux biais : certains articles se proposent de définir la notion pour le grand public, tandis que les publications plus officielles (émanant de la Banque Mondiale, du FMI, de l’OCDE par exemple) se contentent de proposer des listes indicatives ou, plus souvent, s’attachent à illustrer la notion d’émergence économique par des études de cas ou des ouvrages de réflexion sur des trajectoires économiques de pays en développement[6].

Malheureusement, les tentatives de définition ne parviennent pas toujours à clarifier le sujet : ainsi l’article en ligne de Reem Heakal, consacré à la notion d’« économie à marchés émergents »[7], assimile en introduction cette notion à celle de « marchés émergents », pour la confondre en conclusion avec celle d’ « économies émergentes ». La consultation des publications-phares du FMI et de la Banque Mondiale (World Economic Outlook (WEO) et World Development Report (WDR) respectivement) laisse également perplexe : les deux institutions choisissent de présenter les pays en fonction de critères géographiques (ce qui semble naturel puisque correspondant à leur organisation interne, régionalisée). Mais le WEO utilise à plusieurs reprises les notions d’Asie émergente et d’Europe émergente, alors que l’Afrique, l’Amérique latine et le Moyen-Orient n’ont pas droit au qualificatif. L’Europe émergente au sens du WEO exclut quant à elle les pays de la CEI ainsi que la Géorgie, qui sont traités à part. Enfin, l’Asie émergente elle-même n’est pas exempte de confusion : page 64 de sa livraison d’octobre 2010, le WEO intègre à la notion pas moins de trente pays (en réalité, tous les pays traités appartenant à l’Asie géographique, moins le Japon, la Nouvelle-Zélande et l’Australie). Puis, page 67 du même ouvrage, le même terme ne recouvre plus que 12 pays ou entités (Chine, Hong-Kong, Inde, Indonésie, Corée du Sud, Malaisie, Philippines, Singapour, Taiwan, Thaïlande). De son côté, la Banque Mondiale ne propose pas, dans son rapport sur le développement dans le monde, de définition établie d’une économie émergente. Hormis les définitions de groupes géographiques, sa base de données établit des distinctions transversales entre les économies en utilisant le critère du niveau de revenu brut par habitant (en dollars courants)[8].

Variations sur le thème : « BRIC », « BRIICS », « BRICSA », « BRICI », « CIVETS », « N-11», « CEMENT », « FRONTIER » et tant d’autres…

La notion d’économie émergente ne faisant pas l’objet d’une définition largement acceptée, et l’appétit de « branding » manifesté par les sociétés de conseil en investissement n’étant pas rassasié, de nouvelles expressions ont été forgées depuis 1981, qui ont désigné des sous-ensembles de marchés financiers ou d’économies, suivant que la perspective dominante était financière ou économique.

La plus célèbre est l’acronyme « BRIC » pour le groupe Brésil – Russie – Inde – Chine, proposé en 2001 par Jim O’Neill, Directeur de la recherche de la société financière Goldman Sachs[9]. L’une des conclusions les plus intéressantes de son travail de prospective, reposant sur plusieurs scénarios de croissance, était que le G7 devait se préparer à intégrer les responsables politiques de ces économies. L’exercice et le nom ayant connu un indéniable succès, Goldman Sachs entretint la flamme en 2003 avec un article modestement intitulé « Dreaming with BRICs : the Path to 2050 » qui se proposait de comparer les scénarios de croissance du PIB de ces économies avec ceux des pays du G7 pour le demi-siècle à venir[10].  L’expression « BRIC », concise et imagée, s’est alors imposée définitivement, au point d’éclipser parfois le terme de « marchés émergents » dont elle est issue. Comme cette dernière, elle a donné lieu à la construction de produits financiers : le “MSCI BRIC Index”, oeuvre de Morgan Stanley, est un indice composite pondéré de capitalisation de marché destiné à mesurer la performance des marchés de titres des quatre économies formant les BRIC. Il est intéressant de noter que les dirigeants politiques de ces pays ont eux-mêmes emboité le pas de Goldman Sachs : le 15 juin 2009, à Ekaterinbourg, était organisé le premier sommet des BRIC, regroupant les chefs d’État russe, chinois, indien et brésilien. Ce forum, destiné à se réunir tous les ans sous une présidence tournante, est une intéressante illustration de la puissance pragmatique de certains concepts : né d’une publication privée, le terme « BRIC » est désormais devenu, qu’on le veuille ou non, une réalité géopolitique.

« BRIICS » en est une variation, proposée par l’OCDE pour qualifier les principales économies non membres de l’organisation : Brésil, Russie, Inde, Indonésie, Chine et Afrique du Sud, présentées comme les principales économies émergentes du monde[11].  Une variante dans la variante est proposée par Morgan Stanley en 2009 avec « BRICI », suggérant d’intégrer seulement l’Indonésie au vu de sa population et de sa croissance[12]. Mais les faits ont plutôt donné raison aux supporters de « BRICS(A) », qui est la conséquence de l’invitation faite le 24 décembre 2010, par Hu Jintao, Président chinois, à Jacob Zuma, Président sud africain, à intégrer le sommet des BRIC. Dans ce domaine, les politiques semblent donc avoir repris l’initiative au détriment des analystes financiers.

Riche de mille pépites, le filon du « BRIC » n’est peut-être pas totalement épuisé, mais déjà plusieurs appellations alternatives, faisant référence à de nouveaux marchés émergents viennent compléter la gamme des dénominations financières attractives élaborées autour de ces pays.

Le première d’entre elle a été le terme de « marchés frontières » (« Frontier Markets »), utilisé des la fin des années 1990 par l’IFC pour différencier les marchés émergents relativement ouverts et liquides des marchés plus étroits et de création plus récente situés dans d’autres pays en développement : l’indice était constitué d’une vingtaine de pays à la fin des années 1990. Il est désormais décliné en plusieurs sous-indices : « Frontier Market Index » regroupant 22 pays[13], « Extended Frontier 150 » (150 entreprises les plus grandes et plus liquides d’une trentaine de pays), « Select Frontier », regroupant 40 entreprises à surface trop étroite pour être retenues dans les indices traditionnels de marchés émergents. Ces indices sont directement concurrencés depuis décembre 2007 par une construction similaire élaborée par Morgan Stanley CI Barra, comprenant 26 pays provenant des cinq continents[14]. Plus récent, « Next Eleven » (ou « N-11 ») est un produit dérivé de « BRIC » chez Goldman Sachs qui comprend la Corée du Sud, le Mexique, l’Indonésie, la Turquie, les Philippines, l’Egypte, le Vietnam, le Pakistan, le Nigeria, le Bengladesh et l’Iran, soit les 11 pays émergents les plus peuplés après les BRICs[15].

Plus récemment encore, « CIVETS » est un acronyme lancé par Michael Geoghegan, Directeur Exécutif du groupe HSBC, le 27 avril 2010, au moment de l’installation du siège de la banque à Hong-Kong. Les CIVETS sont la Colombie, l’Indonésie, le Vietnam, l’Egypte, la Turquie et l’Afrique du Sud. Selon Michael Geoghegan, tous ces pays partagent les qualités suivantes : « population importante, jeune et en croissance ; économie dynamique et diversifiée ; relative stabilité politique ; futur très brillant »[16]. On n’imposera pas au lecteur nos commentaires sur la pertinence de ces jugements, ni sur le fait que la civette, à laquelle l’acronyme fait explicitement référence, est une sorte de chat musqué jusque là surtout connue des financiers pour le Kopi Luwak, café extrêmement parfumé et onéreux qui est obtenu par récolte des grains de café naturellement fermentés contenus dans les excréments de la version asiatique (dite « Luwak » en Indonésie) de l’animal, qui en agrémente son ordinaire.

Peut être décontenancé par cette annonce tonitruante, Jerome Booth, Directeur de la Recherche chez Ashmore Investment Management, tenta de répondre en créant l’acronyme « CEMENT : Countries in Emerging Markets Excluded by New Terminology », au motif que “si vous voulez construire un mur, il vous faut des briques et du ciment”[17]. Cette maxime d’une sagesse millénaire ne doit pas être sans lien non plus avec la concurrence qui se tient sur le terrain des fonds d’investissement (ainsi, Standard and Poor’s finit par acquérir en 2000 les indices créés par l’International Finance Corporation sous l’impulsion de Van Agtmaël), concurrence qui nécessite de maintenir un flux d’innovations terminologiques continu, à défaut d’être toujours inspiré, pour faire en sorte que les investisseurs continuent de s’intéresser aux marchés financiers émergents.

Coda. Retour vers les marchés émergents ?

Durant les trois dernières décennies, l’évolution terminologique de la famille des « émergents » s’est donc avérée riche en ornementations : après une première phase de culture hors sols des marchés financiers concernés, les sociétés d’investissement ont intégré dans leur réflexion certaines composantes du substrat économique de ces marchés. De cette première évolution est née la notion « d’économies émergentes », qui a commencé à se répandre au gré des publications officielles et articles de revues économiques et correspond à une vision élargie à la sphère non financière. Les termes de « pays émergents » ou de « puissance émergente », pour les plus peuplés d’entre eux, en sont des dérivés naturels sur les champs politique et diplomatique, qui s’imposent désormais dans les programmes et les manuels scolaires, notamment en France[18]. Mais il n’est pas impossible que la notion initiale de « marchés émergents » revienne, en forme de Coda, conclure – provisoirement, bien entendu – ce cycle : un nombre croissant d’analyses se sont intéressées dans la dernière décennie aux modes de consommation de la population de plusieurs économies émergentes, à mesure que les investissements productifs prenaient le chemin des investissements financiers et renouvelait l’intérêt pour le potentiel commercial de ces pays[19]. Le terme de « marché » reprend alors un peu de son sens originel, celui de l’endroit où s’échangent des marchandises physiques entre des personnes physiques.

Reste la notion d’émergence. Si l’on tente de faire abstraction de la dimension communicationnelle de son introduction en 1981, peut-elle être d’une quelconque utilité pour l’analyse économique ?

Nous pensons que oui. Comme la notion de « transition », elle aussi introduite dans les dernières décennies, elle suppose un processus de transformation dont la vitesse propre n’est pas celle des phénomènes routiniers. Un autre intérêt de cette notion est qu’elle plonge (si l’on peut dire) l’objet d’analyse dans un contexte – ici, celui de la mondialisation – qui lui donne une partie de son sens, ce qui nous semble approprié pour parler des transformations économiques concernées : les économies émergentes ont été, dans un processus qui mérite examen, immergées dans les flux d’échanges mondiaux avant d’émerger[20]. Le terme suppose aussi un avenir ouvert, ce qui offre à l’analyste la possibilité – mais pas la garantie – de ne pas se laisser tenter par des développements téléologiques sur l’aboutissement du processus. Enfin, son sens dans l’analyse systémique nous semble également fécond : la notion d’émergence, dans la systémique, propose que certaines propriétés des processus étudiés sont le résultat non prévu des interactions entre les éléments de systèmes plus larges, qui les englobent. Suivant cette approche, l’émergence économique serait alors une « propriété émergente » de la mondialisation…


[1] Van Agtmaël, The Emerging Markets Century. New-York : Free Press, 2007, Introduction.

[2] Ibid.

[3] Ibid. Autres ouvrages du même auteur : Emerging Securities Markets (Euromoney, 1984) ;  The World’s Emerging Stock Markets (Probus Publishing, 1992).

 

[4]Au 31 décembre 2010 : Brésil, Chili, Chine, Colombie, République Tchèque, Egypte, Hongrie, Inde, Corée du Sud, Malaisie, Mexique, Maroc, Pérou, Philippines, Pologne, Russie, Afrique du Sud, Taiwan, Thaïlande et Turquie.

[5] Voir, par exemple, l’emploi de ces termes dans les publications annuelles du « Global Development Finance», rapport de la Banque Mondiale sur les conditions de financement des pays en développement.

[6] Les sources de ce dernier type sont nombreuses. Nous pouvons citer à titre d’exemple l’ouvrage de Shahid Javed Burki, qui fut successivement en charge de l’Asie et de l’Amérique latine à la Banque Mondiale, intitulé Changing Perceptions and Altered Reality : Emerging Economies in the 1990s. Washington, D.C. : The World Bank, 1999.

[7] Reem Heakal, « What is an Emerging Market Economy ? »,  http://www.investopedia.com/articles/03/073003.asp, consulté le 9/03/2011.

[8] Voir par exemple World Bank Development Indicators, www.worldbank.org .

[9] Jim O’Neil, “Building Better Global Economic BRICs”, Goldman Sachs Global Economic Papers, N°66, 30th  November 2001.

[10] Dominic Wilson, Roota Purushothaman, “Dreaming with BRICs: the Path to 2050”, Goldman Sachs Global Economic Papers, n°99, 1st October 2003.

[11] OECD (2008), Globalisation and Emerging Economies: Brazil, Russia, India, Indonesia, China and South Africa. Paris, OCDE, ISBN 978-92-64-04480-7, 454 pages.

[12] RIA Novosti, Moscou, 15 juin 2009.

[13] Bulgarie, Croatie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Ukraine, Bostwana, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Liban, Tunisie, Ile Maurice, Namibie, Equateur, Jamaïque, Trinidad et Tobago, Bengladesh et Vietnam

[14] Voir par exemple http://www2.standardandpoors.com/spf/pdf/index/SP_Select_Frontier_Factsheet.pdf pour Standard and Poor’s et http://www.msci.com/products/indices/country_and_regional/fm/ pour MSCI Barra (consultés le 10 mars 2011).

[15] Jim O’Neill, Dominic Wilson, Roopa Purushothaman, Anna Stupnytska : “How Solid are the BRICs”, Goldman Sachs Global Economic Paper n°134, 1st December 2005. Dominic Wilson, Anna Stupnytska : “The N-11 : More than a Acronym”, Goldman Sachs Global Economic Paper n°153, March 28, 2007.

[16] Michael Geoghegan, « From West to East », speech to the American Chamber of Commerce in Hong Kong, 27 April 2010, http://www.hsbc.com/1/PA_1_1_S5/content/assets/emi/2010/1007_emi_report_geoghegan.pdf, consulté le 9 mars 2011.

[17] « Knowing your BRICs and CIVETS », Entreprise Resilience Management Blog, December 21, 2010,  http://enterpriseresilienceblog.typepad.com/enterprise_resilience_man/2010/12/knowing-your-brics-and-civets.html, consulté le 9/03/2011.

[18] Le terme de « puissances émergentes » est ainsi employé dans le programme de Géographie de la classe de 4ème , applicable à partir de la rentrée 2011.

[19] Le fait, abondamment commenté, que le premier marché mondial de l’automobile soit désormais la Chine est une illustration de ce basculement. Sur la base de cette acception, l’auteur de ces lignes a fondé en 2008 une licence professionnelle intitulée  « développement international de l’entreprise vers les marchés émergents » en ignorant alors, par naïveté sans doute, l’origine financière du terme.

[20] Julien Vercueil, « S’immerger pour émerger. La singularité des modes d’ouverture des ‘BRIC’ », in Piveteau A. (dir.), Émergences capitalistes au Sud, Paris : Karthala, 2013.

Texte complet en pdf : Emergences généalogie et définitions